Guidon large, pare-mains, jantes à rayons, peinture rouge dans le plus pur style Africa Twin. Il n’est pas rare, de loin, de le confondre avec une moto. Les motards vous saluent même lorsque vous êtes à son guidon (et que vous êtes bien équipé), il s’agit du Honda X-ADV.

Le constructeur japonais a surpris tout le monde lorsqu’il s’est mis à vendre officiellement son concept de scooter trail, et moi le premier. Forcément, lorsque Honda Belgique m’a proposé de me prêter un Honda X-ADV pendant une semaine, je n’ai pas pu résister. Même si c’est un scooter !

Que donne-t-il au quotidien ? En offroad ? Est-il à la hauteur de ses prétentions marketing ? C’est ce que nous allons voir ensemble dans cet essai de quelques jours.

Présentation du X-ADV

Cet hybride repose sur une architecture déjà connue chez Honda puisqu’il utilise comme base le scooter Honda Integra 750. Pour le moteur, on est là aussi sur du connu car exploite le moteur de 745 cm³ de chez Honda déjà présent sur les motos Honda NC750 et NC750X ainsi que sur le Integra 750.

Il s’agit d’un bi-cylindre qui développe 54 ch à 6 250 tr/min avec un couple maxi de 68 Nm à 4 750 tr/min. Autrement dit ça pousse pas mal. De plus il est couplé à une boite automatique DCT (double embrayage) ce qui lui permet de passer les rapports instantanément. C’est très efficace et l’on se retrouve à tenir tête à des motos de cylindrée équivalente sans soucis.

Le 0 à 100 km/h se fait en 5 secondes et la sonorité ressemble fortement à une Africa Twin, c’est vraiment plaisant de faire rugir ce moteur.

Côté châssis et suspensions, il n’a pas à rougir face à certains trails :

  • Jantes à rayons tubeless de 17 pouces à l’avant et 15 pouces à l’arrière qui sont d’ailleurs superbes,
  • Fourche inversée de 41 mm de diamètre, réglable en précharge et détente avec un débattement 153,5 mm,
  • Suspension arrière Pro-Link avec mono amortisseur, réglable en précharge, dotée aussi d’un débattement 150 mm.

Ces différents éléments lui permettent d’obtenir une garde au sol qui culmine à 16 cm, ce qui est très honorable et lui permettra de passer aisément une grande partie des obstacles en chemin et en ville.

Dernier point à préciser qui m’a assez surpris, le poids. Ce X-ADV fait tout de même 238 kg une fois ses 13 litres de réservoir occupés. Cela fait lourd sur le papier mais, en vrai, le poids est situé assez bas et ne se ressent pas.

Equipement : il ne manque pas grande chose

Le Honda X-ADV est richement équipé et il ne manque pas grand chose pour faire un sans faute :

  • utilisable en mode automatique, séquentiel ou manuel grâce à des commandes de vitesses situées au guidon.
  • Un choix parmi 2 modes de comportement moteur :
    • Un premier mode D (pour mode Day) : c’est vraiment le mode de tous les jours. Les passages de rapport se font rapidement, c’est doux et confortable à utiliser. C’est très intuitif et en phase avec un usage quotidien.
    • Un second mode S (pour mode Sport) : là c’est une autre histoire. Le scooter est très vif, ça titre très fort, très vite et les passages se font haut dans les tours. Au freinage, la boite n’hésite pas non plus à débrayer très vite pour utiliser au maximum le frein moteur. C’est fun, c’est velu, parfait pour arsouiller sur les petites routes de campagne ou pour éclater un kéké au feu rouge.
  • Un guidon large (identique à celui de l’Africa Twin) sur lequel est monté une paire de pare-mains (empruntés aussi à l’Africa Twin).
  • Une béquille centrale bien pratique pour l’entretien de la chaîne de transmission (graissage, tension). Car contrairement aux autres scooter, le X-ADV est doté d’une transmission par chaîne et non par courroie. Un choix obligatoire de la part de Honda au vue des velléités tout chemin de ce scooter.
  • Une première instrumentation très complète inspirée de la CRF450 Rally qui permet d’avoir accès à toutes les informations : Trip A/B, consommation moyenne, date, heure, température, vitesse, compte-tours ou encore indicateur de rapport engagé. C’est juste dommage que tout se contrôle depuis le tableau de bord et non depuis le guidon. C’est clairement moins pratique à manipuler.
  • Une deuxième instrumentation indiquant si le frein de parking est activé, l’ABS, le neutral ou encore le système anti-démarrage, est disposée au centre du guidon. C’est très gadget car cela n’a aucune utilité directe mais c’est très esthétique.
  • Un éclairage full LED très visible. Les clignotants sont bien marqués, le feu arrière est lui aussi très esthétique avec sa double bande d’éclairage, et les feux LED à l’avant faisant office de feux de croisement et feux de route sont particulièrement efficaces de jour comme de nuit. On voit bien, on est bien repéré sur la route, il n’y aucun reproche à faire à ce sujet.
  • La bulle est réglable manuellement et propose 5 niveaux de réglage. La différence totale de hauteur est de 136 mm entre le point haut et le point bas, avec une variation d’angle de 11°. Elle est efficace et protégera bien votre tête même à vitesse autoroutière. Par contre elle n’est pas très large et vos épaules auront tendance à tout de même subir le vent. De plus, elle est compliquée à manipuler à une main et je ne saurai que trop vous conseiller d’éviter de vouloir la régler en roulant. Ce n’est franchement pas pratique.
  • Scooter oblige, on retrouve un coffre de selle de 21 litres doté d’un allume-cigare. On y rentre aisément un casque intégral mais pas un casque dual sport / adventure muni d’une casquette. C’est dommage surtout pour un scooter pensé pour les adventuriers 🙂
  • Dernier équipement à signaler très agréable pour le quotidien, le système de démarrage sans clé. Ce n’est pas nouveau, on retrouve cela chez Harley Davidson, chez BMW, etc. mais je n’avais jamais expérimenté cette fonction sur une moto auparavant et c’est vraiment plaisant de ne plus devoir sortir sa clé pour démarrer le scooter, ouvrir la trappe à essence ou encore le coffre de selle.

Vous l’aurez compris, l’équipement est très complet et il ne manque pas grand chose pour faire un sans faute. J’aurai bien aimé un régulateur de vitesse, des commandes au guidon pour l’ordinateur de bord ou encore des vrais repose-pieds pour le offroad fournis de série.

En effet, pour l’équiper confortablement pour les chemins, il faudra passer par la case accessoires et l’équiper de repose-pieds offroad (signés Rizoma) qui sont facturés très cher : plus de 500€. Pour les crash-bar, là aussi, il faudra lâcher un supplément de 200€. Cela vient s’additionner au prix de base de 11 499€ demandé par Honda, ça commence à faire cher et j’aurai bien aimé retrouver ces 2 accessoires indispensables de série sur le X-ADV.

Comportement sur route

En ville

En mode urbain, le X-ADV ne passe pas inaperçu. Entre sa carrure imposante, son coloris rouge rally et ses grosses roues à rayons, il fait tourner les têtes. Clairement on ne le croise pas à tous les coins de rue et il intrigue.

A part le côté inaperçu qu’il faudra oublier, ce maxi scooter est très agréable à manier en ville. Le poids n’est pas handicapant, il braque bien et la roue de 17 pouces à l’avant ne pose aucun soucis. On appréciera la discrétion du passage de rapport de la boite DCT et le répondant du moteur très pratique pour s’extirper du trafic dans les premiers lorsque le feu passe au vert.

Sur départementale

Lorsque l’on quitte la ville, j’ai trouvé le X-ADV encore plus à l’aise et agréable. Il est vif, joueur et donne franchement envie de prendre de l’angle jusqu’à en faire frotter le plastique ! Je me suis beaucoup amusé avec le mode S dans les virages et les petites routes. La sonorité velue du bicylindre donne envie de tirer toujours plus sur la poignée et on retrouve un peu le comportement moteur d’une moto au final. Bref, on s’habitue très vite et il met en confiance très rapidement.

Les pneus Bridgestone Trail Wing collent bien à la route et ne m’ont pas posé de soucis lors de mes roulages sur le sec ou sous la pluie . C’est un bon pneu mixte.

Enfin la suspension est efficace et absorbera sans problème les déformations de la route. Elle vous permettra de passer à bonne vitesse et confortablement sur les routes de campagne.

En fait, c’est un peu le scooter idéal pour les personnes vivants hors de la ville puisqu’il cumule les avantages du scooter et le confort du trail. C’est un hybride sympa et pertinent vue le nombre croissant de personnes qui habitent en campagne et travaillent en ville.

Comportement en offroad

J’ai profité d’une sortie avec des amis pour mettre à l’épreuve des chemins cet X-ADV. Me voilà donc parti en sortie offroad de 40 km avec 3 autres trails. Et là, je ne ferai pas plus de suspens, j’ai été tout bonnement épaté par cet engin !

Je me suis retrouvé à rouler à 70-80 km/h dans les chemins avec un scooter, en position debout. Oui tout va bien c’est parfaitement normal, c’est un X-ADV !

L’ABS non déconnectable vous empêchera de faire des dérapages au freinage mais vous pourrez tout de même vous amuser à faire des drift ou des démarrages bien glissés grâce à l’absence de traction control.  Le couple bien présent à bas régime vous permettra de vous adonner à des sorties de virages en travers comme avec un trail 🙂

La suspension est très efficace pour les petits trous et obstacles mais il faudra penser à la durcir via les réglages pour éviter de trop régulièrement taper en butée.

La garde au sol de 16 cm permet de passer facilement sur les routes de tracteur et autres chemins peu accidentés. Cela se complique par contre lorsque les ornières deviennent trop profondes. On a vite envie d’attaquer de plus en plus fort et de franchir de plus en plus complexe mais la garde au sol vous rappellera à l’ordre. Cela m’a occasionné un petite chute à basse vitesse, heureusement sans gravité.

J’ai donc pu tester le fait de relever le X-ADV suite à une chute et là encore, le poids situé bas permet de ne pas avoir l’impression de relever un scooter de presque 240 kg.

A mi-parcours, je me rends compte que le sabot moteur alu n’est en fait pas un vrai sabot moteur… Il s’arrête juste en dessous et ne protège ni le carter moteur ni l’échappement. Attention donc à ne pas tout casser en franchissement.

Dernier point à signaler, la position debout. Je n’avais malheureusement pas les repose-pieds offroad montés sur mon modèle de test et j’ai donc dû me mettre debout en bidouillant avec la zone plastique prévue pour poser ses pieds. Et sincèrement, c’était usant. Je n’arrivais pas à rester debout plus de 15 min tellement il fallait gainer les abdos et bloquer les bras pour rester debout efficacement. Je ne pouvais pas vraiment utiliser mes jambes et mon corps pour faire suspension. Après 30 min de balade, j’ai commencé à trouver une position à peu près correcte mais ce n’était pas l’idéal. L’expérience doit être tout autre avec ces fameux repose-pieds offroad.

C’est un donc une bonne surprise et j’ai passé un moment extrêmement fun avec cet X-ADV en offroad. Il m’a surpris, il a surpris mes amis en trail (et aussi des enduristes en pause qui m’ont regardé passer dans les chemins comme si j’étais un extra-terrestre). On peut tenir un sacré rythme et suivre des trails si l’on a un minimum de maîtrise et d’expérience en offroad.

Par contre, en l’état, sans préparation plus poussée, il faudra donc limiter le X-ADV à des chemins. Je suis sûr qu’il peut faire plus mais il faudra le modifier et le protéger un peu plus.

Pour mieux vous rendre compte de ses qualités en chemin, je vous conseille de regarder la vidéo de GalorV6 qui me filmait lors de cette sortie :

Autonomie, consommation et révisions

Après 1000 km, j’ai pu dresser un bilan de la consommation en SP95-E10 de ce Honda X-ADV. J’ai fait la distinction entre 2 consommations différentes selon l’usage :

  • Mode D en ville, sur départementale et en offroad : 3,8 l/100km
  • Mode S ou Mode D sur autoroute : entre 4,5 l/100km et 5 l/100km

C’est donc très sobre et l’on peut atteindre assez facilement 350 km avec 13 litres de carburant en roulage de tous les jours ou 300 km si il est utilisé sur autoroute ou de manière sportive.

Enfin, pour ce qui est des révisions, il faut savoir que l’entretien se fait tous les 12 000 km et que le jeu aux soupapes se contrôle tous les 24 000 km. Le coût des révisions devrait donc être assez élevé tous les 24 000 km. Je n’ai pas pu obtenir les tarifs (qui sont sûrement variables d’un concessionnaire à l’autre).

Les éléments de révision peuvent être consultés sur le site de Honda en cliquant ICI et en mettant « X-ADV » dans le champ modèle.

Test du X-ADV en vidéo

Test du Honda X-ADV : mon avis après 1 semaine passée avec
Je n'irai pas par quatre chemins, j'ai adoré cette semaine passée avec le X-ADV. Honda nous a sortie un hybride fun, différent de ce que propose la concurrence.
A l'aise aussi bien sur le bitume que dans les chemins, il pourra vous emmener un peu partout et je m'imagine tout à fait partir en road-trip avec ce genre de machine.
Je n'ai que peu de reproches à lui faire à part un manque de certains accessoires vitaux à mes yeux comme un vrai sabot moteur, des repose-pieds offroad ou encore des barres de protection.
Avec un tarif de 11 499€, j'aurai vraiment apprécié avoir ces éléments de série car l'on est dans la fourchette haute en terme de prix pour un scooter.
De mon point de vue, acheter un X-ADV est avant tout un achat coup de coeur passion qui ira au dessus de la raison. Si vous hésitez entre un scooter et un trail ou que vous souhaitez fusionner les deux, je ne peux que vous conseiller de partir vers ce dernier.
ON A AIMÉ
  • Le moteur : sonorité, dynamisme
  • Confort de la boite DCT
  • Vraies capacités offroad
ON N'A PAS AIMÉ
  • Absence de repose pieds offroad de série
  • Prix (tarif et accessoires élevés)
  • Confort de la selle médiocre sur long trajet
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.