Voilà maintenant plusieurs semaines que nous avons reçu en test l’intercom Cellularline Tour pour vous en parler, nous allons voir ici si c’est un vrai challenger aux autres grands du marché.

En 2005 Cellularline lance son premier intercom et c’est en 2016 que leur gamme évolue avec 3 nouveaux modèles à la carte : le Urban, le Sport et le Tour que nous avons en test.
Ils sont disponibles à respectivement 139,99€ – 229,99€ – 269,99€ prix publics indiqués en version Solo.

Pour aller à l’essentiel :

  • le Urban sera limité à 2 intercoms maxi pilote/passager (100m) et avec 12H d’autonomie annoncée.
  • le Sport monte jusqu’à 4 intercoms avec une portée théorique de 1km maxi et 15H d’autonomie.
  • le Tour gère lui aussi 4 intercoms mais permet de poussez à 1,5km de portée et 20H d’autonomie !

Présentation et autonomie du Cellularline Tour

Le produit présente très bien, la qualité de finition est bonne et il est d’ailleurs certifié étanche IP67.
C’est un appareil plutôt léger puisque 66 grammes seulement (contre 55 annoncés), et au design profilé et discret qui prendra place sans trop dénaturer votre casque.

Cet intercom est fourni dans la boite avec les accessoires suivants :

  • fixation à pince + fixation à coller
  • micro filaire (casque intégral) + micro à perche (casque modulable)
  • mousses de rechange pour les 2 micros
  • cales d’épaisseur à mettre sous les haut-parleurs si besoin
  • batterie externe de 2200 mAh

 

La batterie externe est une spécificité du modèle Tour de la marque, les Ubran et Sport n’en bénéficient pas. Un petit plus qui coûterait environ 10€ en achat séparé mais qui est bienvenu dans le pack, c’est la première fois que je vois ça.

Notez que c’est un des rares à être équipé du Bluetooth 4.2 là où la plupart de ses concurrents en sont encore au 4.1. Débits de transfert plus élevés et moins de consommation énergétique, voilà par exemple le côté intéressant de cette norme.

Côté batterie justement, la promesse des plus de 20H en communication est tenue puisqu’il est clairement infatigable le petit ! Avec un usage majoritairement musique Spotify/Radio FM et ponctuellement intercom/téléphone, il dépasse très largement l’autonomie annoncée, malgré un volume d’écoute souvent au 3/4. Passé les 20H d’utilisation, j’avais encore 70% de la batterie disponible.

Le plus gros consommateur d’énergie est la fonction intercom à intercom. Une fois à plat, la batterie externe de 2200mAh permettra de le recharger environ 1,5 fois et ce très rapidement. Chose vraiment appréciable.

 

L’installation ne pose pas de souci, je vous passe cette étape. Les câbles sont assez longs pour ne pas être embêté et les oreillettes ne sont pas trop épaisses, ça passe dans n’importe quel casque aisément. Il a été installé dans un Scorpion Exo 500 Air, un Nexx X-D1 et un Nishua Enduro Carbone, les deux premiers étant d’ailleurs équipés d’emplacements dédiés aux écouteurs d’un intercom.

Pairages aux appareils

Côté pairages, il est limité à 4 motards à la fois, ce qui le place en retrait de ses concurrents de tarif proche (+/- 300€) qui montent à 8 voire 15 motards en simultané. Encore faut-il que les intercoms du groupe soient tous de la même marque et compatibles comme d’habitude, c’est souvent là que ça coince en balade…

Dans le cas contraire, il dispose d’une fonction de pairage universel appelée Anycom pour que n’importe quelle autre marque d’intercom s’y connecte en « mode téléphone ». Cela dépanne bien et la portée maxi reste bonne en champ libre, nous avons atteint les 600 mètres sans coupure avant de passer un virage.

 

Il a pu se pairer avec un un intercom Cardo Q1 et un Sena 20S, mais le pairage avec un Sena 10C se coupait à chaque fois 2sec après s’être effectué. Le souci vient donc du Sena 10C par déduction. J’ai contacté Sena à ce propos, sans réponse.

Bizarrement, alors que les premiers pairages fonctionnaient très bien avec le Cardo, par la suite nous n’avions jamais su le refaire, impossible de comprendre pourquoi alors que nous faisions exactement la même chose et qu’aucun appareil n’avait reçu de mise à jour entre deux. C’est très frustrant… de ce fait, on utilisait l’appel téléphone pour faire simple, ça fonctionne très bien (pourvu qu’on ait du réseau).

La portée maxi entre deux intercoms Cellularline est de 1.5km en champ libre, le standard pour cette gamme d’appareil. Nous n’avons pas pu vérifier cette donnée technique puisque c’est le modèle solo qui nous a été envoyé.

Astuce : réglez la fonction Auto Volume sur Disable (désactivé). Le volume maximum possible s’en retrouve augmenté et c’est bien utile. Une petite saturation peut apparaître sur certaines musiques mais pas de souci en utilisation voix par contre.

Pour recevoir les instructions vocales d’un GPS, rien de plus simple pour un intercom en général. Ici ça fait le job en se pairant automatiquement à chaque démarrage que ce soit avec un Tomtom (Ubran Rider) ou Garmin (395 LM). Il est nécessaire de lancer l’intercom avant le GPS pour que cela fonctionne automatiquement.

Lors d’un retour audio du GPS, l’appel intercom ou la musique se coupe quelques secondes, c’est le GPS qui prend le dessus automatiquement.

Avec un smartphone, installez l’application Interphone Control (disponible sur iOS et Android, en anglais malheureusement). Suivez alors ces étapes :

 

Allez dans vos options bluetooth, mettez l’intercom en mode pairage et il sera détecté (pression simultanée sur les boutons power et téléphone pendant quelques secondes).
Vous pouvez alors lancer l’application mais au bout de quelques secondes un message (en anglais) apparaîtra pour vous demander en résumé de valider le pairage en activant le Bluetooth Low Energy. Il faut donc remettre l’intercom en mode pairage et cliquer sur Reconnect dans l’application, puis Jumeler. Normalement, vous n’aurez plus à effectuer cette procédure pour les prochaines fois mais il m’est arrivé parfois de devoir la refaire ponctuellement…

Petit bémol pour cette application disponible uniquement en anglais et sans accès direct à la notice d’utilisation comme d’autres le proposent.

 

Par contre très bon point, alors que certains intercoms mettent parfois plusieurs secondes à se connecter au smartphone lors du départ à moto quand on l’allume, le Cellularline fait un sans faute. Je n’ai constaté aucun échec de pairage et il l’effectue avec une rapidité étonnante dès l’allumage. Merci le Bluetooth 4.2.

Une simplicité d’usage exemplaire

On en vient à parler de l’utilisation des fonctions essentielles au quotidien, à savoir la musique via Radio FM ou Smartphone, et les appels téléphone.

Sans même avoir à ouvrir la notice, vous comprendrez très bien comment il fonctionne et ça c’est rare ! Chaque fonction a son bouton dédié et vous pouvez passer de l’une à l’autre sans avoir à stopper la précédente, bien vu.

Le bouton power (logo, à l’arrière) – le bouton radio (FM, en bas) – celui pour la musique du smartphone (music, en haut), et celui du téléphone (logo, à l’avant).
Vers l’avant de l’intercom on a les boutons volume + (en haut) et volume – (en bas), tandis que vers l’arrière ce sont les boutons suivant (en haut) et précédent (en bas).

Beaucoup de boutons mais ils sont tellement évidents qu’on s’y fait très vite sans avoir à réfléchir à des combinaisons de touches pour lancer ceci ou cela, gros point positif. Leur manipulation est aussi aisée avec les gants, à l’exception des boutons FM et Music qu’on peine un peu à trouver surtout au début. C’était presque un sans faute sur l’ergonomie !

Ce n’est peut être pas l’intercom le plus design et le plus compacte mais il a au moins ce mérite d’être agréable à utiliser.

Faites un clic simple sur le bouton téléphone (à l’avant) et vous lancez l’assistant vocal de votre smartphone (Siri, Google Now, Cortana, Bixby…). Très pratique pour passer un appel simplement en nommant son interlocuteur, envoyer un sms rien qu’à la voix, demander l’heure etc…

Ecouter de la musique

Côté audio, commençons par la radio FM. La réception est correcte globalement mais dès que ça grésille un peu si le signal s’affaiblit, j’ai trouvé qu’il lançait trop facilement une nouvelle recherche et ça mouline. C’est dû à la fonction RDS que l’on peut cependant désactiver. Tant que le signal est bon, tout va bien.

On passe d’une station radio à une autre en un clin d’oeil, il fait preuve d’une réactivité que je n’avais jamais vu jusqu’ici. Il dispose d’ailleurs d’une fonction de recherche rapide des 8 meilleures stations (en moins de 10sec), et l’application smartphone vous permet de les pré-enregistrer manuellement à l’avance si vous préférez.

 

La qualité d’écoute est correcte, assez variable suivant votre casque d’ailleurs. Dans le Scorpion, les écouteurs étaient « en champ libre » à mes oreilles, et là le son était trop porté vers les aigus. Je m’en suis beaucoup servi pour écouter de la musique via un abonnement Premium Spotify. Aigus plutôt précis pourvu qu’on écoute du bon, mais ça cisaille un peu trop les tympans surtout en montant franchement le volume. Le grave est totalement en retrait, j’ai déjà entendu mieux, mais aussi moins bien.

C’est par contre déjà bien mieux avec le casque Nexx puisqu’une mousse perforée passe devant les écouteurs de l’intercom, ce qui atténue très bien le haut du spectre. On obtient alors un bon confort d’écoute car c’est plus équilibré, seul le grave manque à l’appel. Pour gagner encore en confort, l’idéal est d’utiliser des bouchons d’oreilles pour atténuer les remous du vent.

La fonction FM mix permet de pouvoir écouter la radio en fond sonore tout en dialoguant en appel intercom. Le volume se baisse automatiquement lorsque quelqu’un parle.

Bonus : nous n’avons pas manqué de tester son étanchéité à l’eau et à la poussière, IP67 approved !

Vous souhaitez nous soutenir ?

Si ce produit vous intéresse, sachez que vous pouvez nous aider à financer le site, en cliquant sur le lien ci-dessous pour l’acheter. Nous récupérerons ainsi une petite commission sur votre achat sans que cela ne vous coûte quoi que ce soit ✌️

Acheter l’intercom Cellularline Tour sur Motoblouz

 

Test de l'intercom Cellularline Tour : infatigable !
L'intercom Cellularline Tour m'a conquis par sa simplicité d'usage et sa réactivité générale. Il fait presque un sans faute sur le plan de l'ergonomie.
La batterie est excellente de longévité et le powerbank fourni d'origine est appréciable pour partir en voyage tranquille.

On regrette le logiciel PC et l'application Smartphone en anglais et sans accès rapide à la notice, ainsi que la limitation à 4 motards maximum entre intercoms Cellularline. Ca n'encourage pas assez les collègues à le choisir pour pouvoir dialoguer en grand nombre, étant donné son prix dans la gamme haute malheureusement.

A ce titre, l'intercom Cellularline Sport que nous avons testé également est une bonne alternative pour 40€ moins cher, avec une autonomie et une portée maxi légèrement plus faibles, mais le reste est identique.

Ce fût une très bonne découverte d'une marque qui mérite largement sa place sur ce marché.
On a aimé
  • Autonomie et charge rapide
  • Réelle simplicité d'usage
  • Excellente réactivité générale
On n'a pas aimé
  • Logiciel PC et application en anglais
  • 4 motards au maximum
  • Le prix un peu élevé
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.