Rouler l’hiver ou sous la pluie est à la fois une épreuve pour le pilote mais également pour la moto. Entre l’eau, le gel, le givre, la neige et le sel, la moto subit de plein fouet les éléments.

Afin d’éviter tout problème de corrosion ou d’oxydation, l’idéal serait de nettoyer sa moto après chaque balade.

Personnellement, je serai incapable de faire cela et je n’ai absolument pas le temps, vu mon usage quotidien, de commencer à nettoyer la moto tous les jours.

La marque Ecossaise Scottoiler, dont je vous ai déjà parlé lors de mon essai de leur graisseur de chaîne automatique v-system, propose depuis plus de 5 ans un produit à asperger sur sa moto afin de faciliter l’entretien et surtout bien la protéger lorsque l’on roule l’hiver : le Scottoiler FS 365.

Cela fait maintenant 2 mois que je m’en sers. J’ai commencé à l’utiliser à partir de la fin de l’Automne (car nous avons eu un Automne assez doux dans le Nord) et, comme nous sommes en plein milieu de l’hiver, j’en profite pour vous partager mon retour d’expérience sur ce produit d’entretien.

Est-il réellement efficace et protecteur comme Scottoiler l’indique ? C’est que nous allons voir dans ce test.

Fonctionnement du Scottoiler FS 365

Le Scottoiler FS 365 est un produit liquide fait d’un mélange d’huile minérale et d’eau. Certains lecteurs chimistes diront que mélanger huile et eau ne fait généralement pas bon ménage car l’huile n’est pas miscible dans l’eau. Ici ce n’est pas le cas, puisque le produit est parfaitement mélangé en permanence grâce à la présence d’un agent de surface (appelé aussi tensioactif) qui va permettre de solubiliser la solution.

A cela, est ajouté un additif anti-corrosion pour bénéficier d’une dose de protection complémentaire dans le liquide.

Le produit est stocké dans des bouteilles de 1 litre ou des bidons de 5 litres et peut être aspergé sur la moto par le biais d’un diffuseur qui est fourni avec.

 

2 modes de vaporisation sont proposés sur le diffuseur :

  • un mode concentré pour un flux de liquide précis.
  • un mode brumisateur pour un flux plus diffus et léger.

Ce produit Scottoiler FS 365 permet selon la marque, de former une barrière efficace contre la corrosion et l’oxydation, en s’accrochant tous les types de surfaces sur la moto.

Dernier détail permettant de parfaire sa conscience écologique, sachez que le produit est totalement biodégradable et n’est donc pas polluant.

Application du produit sur la moto

Avant d’apposer du FS 365 pour la première fois sur la moto, il est important de bien nettoyer cette dernière. Il faut donc en premier bien laver et sécher sa moto puis ensuite, on vient vaporiser une couche de Scottoiler FS 365 sur l’ensemble des parties les plus exposées à la route.

Personnellement, j’en applique sur la fourche, les phares, le radiateur, les collecteurs d’échappement, l’échappement, le moteur, le sabot moteur, la suspension et le bras oscillant.

On peut tout à fait en mettre sur le réservoir, le compteur et toute la partie supérieure de la moto, mais je n’ai pas considéré cela comme nécessaire car ce ne sont pas les zones les plus maltraitées. Autant donc garder le précieux liquide pour les parties les plus nécessitantes.

Attention par contre à ne pas en mettre sur les disques de frein, les étriers de frein, et les pneus sous peine de pas pouvoir freiner au premier virage ou de se retrouver à terre à la première mise sur l’angle de la moto. Heureusement le produit peut être facilement ôté avec de l’eau donc il n’y a rien d’irréversible en cas d’erreur.

L’utilisation du Scottoiler FS 365 est donc très simple et vaporiser toute la moto ne prend que l’affaire de 2 minutes.

Une fois cette première application faite, il faudra renouveler le processus après chaque sortie avec la moto une fois le moteur froid, afin de conserver en permanence une couche de FS 365 sur les parties à protéger.

Pour une utilisation optimale, il faudra juste faire attention de ne pas appliquer le produit lorsque le moteur est chaud ou si la moto est exposée à un soleil de plomb (ce qui risque peu arriver en hiver).

Utilisation au quotidien et efficacité

A l’usage, on remarque que le produit laisse une couche brillante qui n’est pas des plus désagréable visuellement. On a l’impression que la moto est propre et j’ai presque le sentiment de revoir le noir brillant de lorsque je l’ai sortie de concession.

Si on se rapproche, on remarque que la couche de protection vient limiter l’accroche de la saleté à l’exception du bras oscillant qui n’est pas une surface verticale et qui vient donc faciliter le dépôt.

Pour autant, la moto reste bien protégée malgré mes 4 000 km parcourus, ce qui est vraiment appréciable, surtout au niveau du collecteur qui prend particulièrement le sel lorsque les routes sont gelées.

Au toucher, on sent une légère couche d’huile sur la moto qui se nettoie facilement. Les zones aspergées n’étant pas en contact avec mon équipement, pas de risque que je me mette du gras.

Côté comportement, j’ai remarqué que le produit générait de la vapeur lorsque je démarre la moto le matin en raison de l’évaporation de l’eau contenue dans le produit.

Cette évaporation vient dégager une odeur que je n’ai pas trouvé dérangeante. Je trouve que cela sent la même odeur que le neuf de l’intérieur d’une voiture. Je m’attendais à ce que cela sente l’huile de frite mais non, pas de soucis à se faire de ce côté.

 

Le seul réel reproche que j’aurai à faire concernant l’usage serait sur la rigueur qu’engendre l’utilisation du Scottoiler FS 365.

Comme il faut l’appliquer après chaque sortie, qui plus est moteur froid, il faut garder une vraie rigueur dans l’application pour que la solution reste efficace.

C’est une habitude à prendre que j’ai personnellement prise très rapidement. Tous les soirs (puisque je roule tous les jours), je vais dans mon garage et j’applique le produit sur la moto avec le vaporisateur, et en 2 minutes c’est réglé.

Nettoyage et entretien

L’autre avantage que j’ai vu suite à l’utilisation du Scottoiler FS 365 est le gain de facilité que le produit apporte lorsqu’on doit laver la moto.

Maintenant, avant chaque nettoyage, je vaporise du produit sur toute la moto puis je la rince au jet d’eau et là, c’est juste génial. Toute la couche d’huile FS 365 part avec le jet d’eau, et donc toute la saleté qui était emprisonnée entre la couche originelle et les différentes strates de produits part sans frotter ni gratter.

C’est vraiment pratique et cela accélère grandement la vitesse de nettoyage de la moto.

 

Par extension, en offroad, cela va aussi limiter l’adhérence de la terre et donc largement faciliter le nettoyage.

Scottoiler s’est d’ailleurs penché sur le sujet puisqu’ils proposent un produit plus puissant dérivé du FS 365 dénommé TMX365. Je ne l’ai pas testé mais j’imagine que cela doit être encore plus simple de nettoyer son trail après une sortie offroad qu’avec le produit que j’utilise.

Consommation et tarifs du Scottoiler FS 365

Au niveau de la consommation, j’ai utilisé environ 1 bouteille d’un litre en 3 semaines.

Mon Explorer étant tout de même assez grosse, et puisque je me sers de la moto tous les jours, il est donc normal que les bouteilles d’un litre se consomment assez rapidement.

Si vous êtes du genre à ne sortir la moto que les weekends de grand soleil hivernal, vous ne consommerez sûrement qu’une bouteille de 1 litre sur un hiver complet.

Dans un cas d’utilisation quotidien comme le mien sur une grosse moto, j’estime qu’il me faut environ 6 litres de Scottoiler FS 365 pour passer la saison froide confortablement.

Côté tarifs, le FS 365 peut être acheté sur le site de Scottoiler et ces derniers proposent plusieurs conditionnements permettant d’avoir un rabais sur le prix selon la quantité commandée. Comptez donc :

  • 8,99£ (environ 10,30€) la bouteille de 1 litre,
  • 26,95£ (environ 30,80€) le pack de 4 bouteilles (cela vous en fait 4 pour le prix de 3),
  • 34,99£ (environ 39,90€) le bidon de 5 litres (avec en plus une bouteille de 1 litre offerte).

Il y a donc des packs adaptés pour chaque usage : du motard occasionnel jusqu’au motard quotidien. Il est juste dommage qu’il faille compter 23€ de plus de frais de livraison qui seront donc à ajouter au prix … C’est du liquide donc c’est lourd mais cela alourdit également le prix réel à payer.

Le coût de revient journalier reste tout de même faible et raisonnable à mes yeux, surtout en regard du gain de protection et de facilité de nettoyage apporté.

MISE À JOUR du 01/02/2018 : Bonne nouvelle ! Scottoiler vient de m’apprendre que l’importateur Bihr propose le FS365 à la commande dans les concessions agréées par l’importateur (donc cela fait beaucoup de concessions en France 😁) ! Il est possible de retrouver les concessionnaires près de chez soi par le biais de cette page web via le bouton « Where to buy it ? » : https://www.bihr.eu/ProductSearch/Detail/169897

Le test du Scottoiler FS 365 en vidéo

Test du Scottoiler FS 365 : idéal pour rouler à moto l'hiver
J’ai été très agréablement surpris par le produit Scottoiler FS365. Je m’attendais à un produit un peu gadget qui ne serait pas forcément super efficace et c’est tout le contraire. Ces Ecossais savent ce qu’est l’hiver et ont trouvé une solution vraiment efficace.

Il est facile à apposer sur la moto, protège bien le moteur, les collecteurs et toutes les zones attaquées par le sel, le gel et la crasse que peut amener la pluie. En plus, il me facilite la tâche lorsque je dois nettoyer l’Explorer (chose que j’aime ô combien faire…).

Je ne peux que vous le conseiller pour peu que vous soyez un tant soit peu rigoureux sur son application très régulière.
ON A AIMÉ
  • Facile à appliquer sur la moto
  • Protection efficace contre le sel, le neige et la pluie
  • Coût d'usage assez raisonnable
ON N'A PAS AIMÉ
  • Application obligatoire après chaque sortie
  • Toucher un peu gras
  • Frais de port élevés pour être livré en France si l'on achète sur le site
4.4Note Finale

2 Réponses

  1. Steph

    Si c’est pour l’appliquer sur une moto froide, pourquoi ne pas le faire le matin avant de partir plus que de ressortir le soir ?

    Répondre
    • MriMattheus

      La raison est plutôt personnelle à vrai dire : je suis toujours à la bourre le matin car je n’arrive pas à me lever assez tôt, donc chaque minute compte ! 😀
      Je suis plus un nocturne qu’un matinal donc je préfère le faire le soir 🙂
      A+ !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.