Choisir un intercom, pas simple ! Chez Cellularline, la gamme est claire, les produits sont globalement les mêmes et seules certaines fonctions essentielles justifient la différence de prix. On vous explique.

Cellularline ce sont des produits Italiens, made in Philippines pour le produit présenté ici. Une marque qui conçoit de nombreux accessoires pas forcément dédiés à la moto d’ailleurs, mais qui propose des intercoms moto depuis 2005 déjà, donc une belle expérience en la matière.

Pour poser les bases à ceux qui se demandent à quoi servent ces appareils, et bien vous pouvez réceptionner un appel téléphone ou en passer, écouter la radio, la musique de votre smartphone, avoir un retour audio des informations de guidage du GPS, et bien sûr communiquer avec d’autres motards équipés d’un appareil intercom eux aussi.

Présentation du Cellularline Sport

Le Cellularline Sport est un intercom sorti en 2016 aux côtés de deux autres modèles : le Urban en entrée de gamme, et le Tour en haut de gamme que j’ai déjà eu l’occasion de tester précédemment.

Leurs prix ? 139,99 €, 229,99 € pour le modèle ici présent, et 269,99 €. Prix publics indiqués.

Tous les trois reprennent le même design et seul le modèle Tour dispose en plus d’une batterie externe de 2200 mAh dans la boite pour accroître largement son autonomie.

Dans la boite du Cellularline Sport vous disposez de :

  • une fixation à pince & une fixation à coller 3M
  • un micro filaire pour casque intégral & un micro perche pour casque modulable
  • des mousses de rechange de bonne qualité pour ces 2 micros
  • et des scratch autocollants pour bien fixer les haut parleurs et le micro

C’est un intercom qui est capable de se connecter à d’autres Cellularline, 4 au maximum et à une distance de 1km en champ parfaitement libre. Je n’ai eu qu’un produit en test, impossible de pouvoir vous le confirmer je précise.
Mais sachez qu’il dispose aussi d’une fonction Anycom qui lui permettra de se pairer aux intercoms d’autres marques et la portée maximale en champ libre dépasse sans souci les 500m. Ce qui est satisfaisant à l’usage.

Ce que je fais régulièrement lorsque nous ne sommes qu’à deux motos, c’est de simplement effectuer un appel téléphone au collègue. Avec cette technique, vous n’êtes ainsi plus du tout limité par la portée maximale et la qualité est franchement très correcte. Avec le bon réseau de téléphonie mobile et les forfaits illimités actuels, c’est une bonne solution pour outrepasser la portée maximale réelle plutôt limitée des intercoms en général.

 

Son design est élégant, pas des plus compact mais plutôt discret dans l’ensemble, en particulier dans ce coloris noir « piano ». Vous le verrez ci-dessous installé sur 4 casques différents, il s’intègre plutôt très bien je trouve.

Le Cellularline Sport dispose de nombreux boutons contrairement à d’autres, mais ils ont chacun une fonction dédiée pour ainsi dire, ce qui simplifie grandement son usage. Plus besoin de feuilleter longtemps une notice, de chercher à se souvenir comment marche telle ou telle fonction lorsqu’on est en route sur la moto, ce qui peut être dangereux soit dit en passant… ici c’est bien simple.

On a clairement un produit ergonomique puisqu’on trouve assez facilement où appuyer. Seuls les boutons Music et FM sont un peu plus délicats, aucun problème pour le reste. Encore que tout dépend de la paire de gants utilisée, c’est forcément bien plus agréable avec des gants été.

 

Un bouton pour l’allumer et l’éteindre, un bouton pour lancer un appel ou décrocher, un bouton pour activer la musique du smartphone, et un autre pour lancer la radio. Sur le dessus et le dessous, ce sont les boutons de réglage du volume + et – ainsi que deux autres pour passer à la musique suivante ou précédente.

Logiciels et applications

Synchronisez-le à votre smartphone et à votre GPS moto grâce au bluetooth, à la norme 4.2 s’il vous plaît ! Une norme récente qui permet des débit plus élevés et moins de consommation de batterie. Mais avant ça, veillez à installer le dernier firmware en passant par votre PC à l’aide du logiciel Interphone Update http://www.interphone.com/fr/software-update
Celui-ci est en anglais uniquement et pas forcément des plus moderne, mais globalement c’est assez automatisé, pas de souci.

Autre logiciel optionnel, Interphone Menu ou Panneau de contrôlehttp://www.interphone.com/downloads
Celui-là vous permettra d’avoir accès à toutes les fonctions de l’intercom pour le personnaliser à votre guise.

Les voici en image :

Pour jumeler votre intercom avec le smartphone, lancez la recherche bluetooth de manière classique comme pour n’importe quel autre appareil, puis téléchargez et lancez l’application Interphone Control disponible sur iOS et Android : http://www.interphone.com/fr/news-detail/news/276473

 

Il faudra à nouveau lancer le mode pairage sur votre intercom comme le signale le message à l’ouverture (en anglais encore), puis cliquez sur « Reconnect » et enfin « Jumeler ». Voilà, vous pouvez maintenant personnaliser totalement votre intercom sans devoir le connecter à un PC.

J’ai noté des problèmes de détection à plusieurs reprises lorsque j’utilise cette application, ça finit par marcher mais c’est parfois pénible, un peu dommage.
A l’inverse, dès qu’on allume l’intercom on est surpris qu’il se connecte toujours instantanément au smartphone, pas besoin d’attendre une dizaine de secondes comme c’est le cas chez certains concurrents.

Cette application vous permet en plus des réglages d’accéder à toutes les fonctions de l’intercom pour vous simplifier la vie. Pas de français mais c’est très clair et avec de larges boutons pour une manipulation facile avec les gants de moto. C’est selon moi une application bien étudiée et adaptée aux motards, vous avez encore moins de raison d’ouvrir le mode d’emploi !
A la limite, un lien rapide vers la notice de l’appareil aurait pu être un plus, mais vu la simplicité d’utilisation de l’appareil lui-même ou de l’application, je n’en tiendrais pas rigueur personnellement.

 

Quelques astuces à savoir

Notez qu’en appuyant une fois sur le logo téléphone de l’appareil, celui-ci permet de déclencher l’assistant vocal du smartphone (Siri, Google Now, Bixby, etc.) et de pouvoir ainsi accéder à tout un tas d’autres fonctions sympathiques comme : passer un appel en nommant un de vos contacts, dicter un sms, demander l’heure et j’en passe…

utiliser l’assistant vocal

La radio FM capte relativement bien, même si c’est rarement très bon sur les intercoms moto d’une manière générale. Je vous conseille cela dit de désactiver la fonction « RDS » car il a tendance à très vite se mettre à rechercher une station qui capte mieux pour pas grand chose, et au final il coupe fréquemment la station pour nous gâcher le plaisir…

L’idéal est plus simplement de disposer d’un abonnement musique en streaming de type Spotify ou Deezer et de lancer une playlist, vous bénéficierez d’ailleurs d’une meilleure qualité d’écoute.
Petit point bien pratique, c’est qu’il n’y a pas besoin de stopper la fonction en cours pour passer à l’autre. Appuyez sur le bouton correspondant et l’intercom s’occupe de basculer dessus automatiquement. De musique à radio, de radio et vice versa par exemple.

Autre conseil, si vous trouvez le son encore un peu faible même en ayant le volume maximum, pensez à régler la fonction Auto Volume sur Disabled. Vous pourrez ainsi profiter de toute la puissance des haut parleurs qui sont plutôt pas mauvais du tout ! Mais le résultat varie pas mal d’un casque à l’autre.

Idéalement, il faut qu’une mousse passe devant les haut-parleurs pour atténuer le haut du spectre (les aigus) qui sont un peu trop en avant et ça peu piquer aux oreilles avec un volume soutenu, en plus d’apporter un certains déséquilibre. Les voix sont bien audibles et je le trouve agréable à écouter même sur autoroute, surtout si vous utilisez des bouchons d’oreilles.

 

Les oreillettes sont relativement fines et ne poseront aucun problème d’installation, y compris dans les casques pas spécialement étudiés pour recevoir un kit intercom à la base comme c’est le cas du Astone en photo ci-dessus. La pince passe assez bien elle aussi, seul le casque Nishua Enduro carbone faisait de la résistance, ça bloquait 1 cm avant de savoir l’enficher à fond. Mais pas de panique, il reste la solution de le coller au double face 3M avec le support dédié qui vous est livré dans la boite. Le résultat est le suivant :

 

L’installation est propre, les câbles sont assez longs pour ne pas poser problème et un seul « gros » câble solide part de l’intercom pour aller dans le casque.
Faîtes simplement attention au connecteur qui touchera bien souvent lorsque vous posez votre casque à plat sur une table, la patte de renfort en plastique sur le support ne suffit pas toujours à le protéger convenablement, il pourrait prendre un mauvais coup et c’est un bémol que j’ai pu noter.

Autonomie

L’intercom Cellularline Sport dispose d’une autonomie théorique de 15H en appel intercom, vous pouvez voir venir. Avec un usage majoritairement musique et ponctuellement téléphone/intercom, il me restait les 3/4 de la batterie au bout de ces 15H d’utilisation. Les communications intercom sont les plus consommatrices.

Il peut bien entendu être rechargé tout en roulant, et si vous envisagez un long roadtrip avec de longues heures de communication de motard à motard, vous pouvez par exemple lui adjoindre une petite batterie externe pour moins de 10€.

A chaque allumage/extinction de l’appareil, une douce voix vous annonce son niveau de batterie restante.

Vous souhaitez nous soutenir ?

Si ce produit vous intéresse, sachez que vous pouvez nous aider à financer le site, en cliquant sur le lien ci-dessous pour l’acheter. Nous récupérerons ainsi une petite commission sur votre achat sans que cela ne vous coûte quoi que ce soit ✌️

Acheter l’intercom Cellularline Sport sur Motoblouz

 

Test de l'intercom Cellularline Sport : le bon compromis ?
Aux sceptiques des intercoms, je peux vous assurer qu'il suffit d'en avoir un pour ne plus savoir s'en passer. Les moyens et longs trajets passent plus vite, et vous restez joignable en permanence, smartphone dans la poche !

Le Cellularline Sport séduit par son design discret et passe partout. La simplicité d'utilisation est aussi son point fort et l'ergonomie n'est pas en reste.
La qualité d'écoute est dans la moyenne haute, pourvu qu'une mousse passe devant les oreillettes de l'intercom pour atténuer les aigus un peu trop mis en avant.

Au final, seules les fonctions d'intercom peuvent lui faire un peu défaut, puisque Cellularline n'est pas, à ce jour, la marque la plus répandue chez les motards. Il faudra donc bien souvent passer par la fonction de pairage universelle "anycom" qui est forcément un peu plus restrictive.
On espère aussi que la prochaine génération dispose d'une fonction de "maillage" entre motards à l'image des haut de gamme Cardo (DMC = Dynamic Meshwork Communication) et futur Sena (AMN = Adaptative Mesh Networking). Ce qui permet une grande dynamique des motards dans la file, peu importe leur position ou si quelqu'un quitte le groupe par exemple.

Proposé au prix public de 229,99€, le Cellularline Sport est le modèle milieu de gamme de la marque qui me semble le mieux placé des 3 et donc le plus recommandable.
Une traduction française de l'application smartphone et des logiciels PC serait un plus pour l'utilisateur 😉
ON A AIMÉ
  • Très bonne autonomie
  • Qualité audio satisfaisante
  • Intuitif à l'utilisation
ON N'A PAS AIMÉ
  • Volume maximal un peu juste
  • Application en anglais et quelques bugs
4.3Note Finale

4 Réponses

  1. Wixel

    Tout à fait d’accord avec toi et je conseille vivement les kit Audio prosound ( ils en existe pour pas mal de modèles de casques déjà!) qui sont composés de Hp de meilleures qualités pour la musique et d’un micro rigide aussi de meilleure qualité ! Pas de regret dans cet achat 🙂🙂🙂

    Répondre
  2. Philippe Ernotte

    Effectivement trés bon appareil ! … A condition de bien le monter !
    C-à-d, à ce que je vois, pas comme sur les photos de présentation ! 😉 En effet, j’avais monter le mien ainsi et la fiche qui se branche en dessous de l’appareil s’est pliée et les connections se sont rompues dans cette fiche.
    Je m’explique, il faut bien lire les instructions de placements qui préconisent que cette fameuse fiche ne soit pas plus bas que le bord inférieur du casque, sinon, quand on pose le casque, il repose sur cette fiche qui à la longue plie et casse ses connections internes. J’ai donc du racheté un kit « écouteurs & fiche » pour une vingtaine d’€ sur Amazon.

    Répondre
    • GalorV6

      Bonjour Philippe, c’est tout à fait vrai.
      Le fait est que pour ce test, il fallait le passer d’un casque à un autre pour montrer son « universalité ». Je ne voulais donc pas utiliser le patch autocollant mais uniquement la pince. Sur les photos, elle est enfichée à fond, je ne pouvais pas mieux faire.
      Il faut aussi préciser que la fiche est quand même partiellement protégée par un renfort en plastique juste derrière, ce qui limite grandement les risques si l’on manipule son casque avec un minimum de précaution 😉
      Tous les casques ne permettent pas non plus d’utiliser le patch autocollant à cause de leurs dessins, des nervures, des reliefs… c’est une affaire de compromis et surtout du cas par cas.
      A bientôt 🙂 Stéphane.

      Répondre
      • Philippe Ernotte

        Je viens seulement de voir ta réponse ! … 🙂 … De fait, je n’avais pas vu que tu avais utilisé la pince … C’est vrai qu’avec la pince, cette satanée fiche est protégée … De mon côté, j’ai changé de casque (XLite 403 GT) et j’ai remis le même modéle d’interphone, mais en soignant le montage cette fois ci ! 🙂 🙂 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.