Avec un nom de marque contenant autant d’accents que dans un nom de meuble IKEA, on pourrait croire que la société Mârkö nous vient tout droit des pays scandinaves. Et pourtant, ce n’est pas le cas puisque la marque, apparue en 2015, est originaire des Alpes françaises. Avec ce nouveau casque, le Mârkö R-One, la marque française décide de se lancer pour la première fois dans le milieu du casque sportif haut de gamme.

Mais attention, chez Mârkö, je vous le dis d’entrée de jeu, haut de gamme égal 300€. Un tarif donc relativement raisonnable par rapport à des modèles haut de gamme d’autres marques impliquant un budget plus que conséquent.

Alors que vaut ce modèle vitrine Mârkö R-One ? Est-il à la hauteur de ses prétentions ? Peut-il être adapté dans le cadre d’un usage en trail routier ? C’est ce que nous allons voir dans cet essai après 3 mois et 1000 km parcourus avec.

Déballage et contenu de la boite

Dans le carton, le Mârkö R-One va à l’essentiel puisque l’on retrouve :

  • Le casque emballé dans une fine housse
  • Un Pinlock 30 à venir monter à l’intérieur de l’écran
  • Un cache nez (que je n’ai pas ici car j’ai récupéré un modèle de démonstration pour cet essai et le cache nez était absent).
  • Et enfin la notice.

Présentation et finitions du Mârkö R-One

À la première prise en main, le Mârkö R-One fait bonne impression. La coque, peinte ici en noir mat, est en fibres composites (il s’agit d’une superposition de 6 couches de fibres absorbantes, fibres multi-composite et haute performance) qui font de lui un casque solide et léger. Le design est simple et épuré. On retrouvera juste un petit aileron intégré sur l’arrière du casque pour améliorer l’aérodynamique.

 

L’autre élément qui surprend, c’est son poids. En effet, avec 1 235 grammes pesés sur la balance en taille S, on ressent tout de suite les aspirations sportives de ce R-One. Ce poids variera quelque peu suivant la taille que vous prenez mais n’excédera pas 1 340 grammes, ce qui reste très léger à mes yeux.

Pour ce qui est de l’écran, ce dernier est doté de série d’un Pinlock 30 (de taille standard) qui peut sembler assez petit en regard de la taille de l’écran mais nous en parlerons plus en détail dans la partie usage sur route. Cet écran peut d’ailleurs être verrouillé par un loquet sur le côté gauche de la charnière.

Niveau ventilation, on retrouve 3 entrées d’air sur le devant (2 sur le front et une sur le menton, réglables sur 2 niveaux), et 3 extracteurs d’air sur l’arrière (1 sous l’aileron et 2 sur le bas du casque).

 

Casque sportif oblige, il n’y a pas d’écran solaire interne intégré au casque et le R-One n’est pas non plus fourni avec un second écran fumé. Cet ajout aurait été le bienvenu mais à ce jour, Mârkö ne vend pas d’écran fumé (aucune trace de cela sur leur site internet). J’espère que ce sera le cas dans les semaines/mois à venir car c’est typiquement le genre d’accessoire presque indispensable pour rouler tranquillement sous le soleil quand il n’y a pas d’écran solaire intégré.

En dessous du casque, on retrouve une classique boucle double-D ainsi qu’une bavette amovible.

 

La finition intérieure m’a en revanche moins convaincu. Certes les assemblages et coutures sont de bonne facture, et l’objectif ici est de minimiser le poids en optimisant au maximum la quantité de mousse, tissu et plastiques employés, mais j’aurai tout même aimé qu’un peu plus de soin soit apporté sur la mousse qui arrive en contact de l’oreille. On retrouve juste un morceau de tissu sans mousses, qui ne vient pas forcément recouvrir tous les plastiques internes de fixation, et cela se ressent une fois porté (on en reparle là aussi juste après). Point positif tout de même, on notera la présence d’un système d’extraction d’urgence des mousses de joues qui peut toujours être utile en cas d’accident.

Autre point positif sur cet intérieur, c’est le bon niveau d’absorption qu’il propose en cas d’accident grâce à l’emploi d’un calotin en polystyrène multi-densités (EPS). Là aussi, c’est ce qu’il se fait de mieux dans le domaine en matière de sécurité. Bien entendu, le calotin est creusé au niveau des oreilles afin de permettre la mise en place d’écouteurs et d’un système intercom.

 

Enfilage et usage sur route

L’enfilage du Mârkö R-One se fait sans difficulté. L’ouverture des mousses sous le casque est large et permet d’insérer sa tête sans s’arracher les oreilles.

En revanche, sortir sa tête est une autre histoire. En effet, comme je vous le disais dans la partie finition, les mousses au niveau des oreilles sont en contact avec certaines zones plastique et, sur mon exemplaire, mon oreille droite se retrouve à frotter contre une partie plastique à chaque fois que je sors la tête du casque. Ce n’est pas non plus coupant mais cela reste désagréable. C’est d’autant plus dommage que le confort de port est très bon.

Ce sujet m’interpellant, j’ai contacté la marque afin de leur faire part du sujet, et ces derniers m’ont annoncé qu’ils étaient conscients du problème (ils ont eu des cas similaires) et m’ont annoncé qu’un nouveau kit de mousses de joue sera livré début Mai avec les futurs casques. Je mettrai bien entendu à jour le test afin de vous faire part du changement suite à la réception des éléments.

Dernier détail intéressant à vous partager et qu’ils m’ont expliqué : si vous achetez ce casque avant Mai et que vous constatez le même soucis d’inconfort que moi, il vous suffira de contacter la marque et ces derniers s’engagent à vous fournir un nouveau kit de mousses de joue une fois cette nouvelle version sortie.

J’étais ravi d’apprendre ça car cela montre que leur service client est à l’écoute, et qu’ils assument lorsqu’une erreur est constatée plutôt que de faire l’autruche (certaines marques plus grosses devraient en prendre de la graine).

À part cela, le confort de port sur route est excellent. La légèreté et l’aérodynamique du casque sont tops. C’est assez déstabilisant au début car on a presque l’impression de ne pas avoir de casque sur la tête 😀 Quelle que soit la vitesse à laquelle on roule, le casque ne génère pas de tension, douleur ou points d’appui. Cela permet ainsi de le porter plusieurs heures sans douleurs aux cervicales. Les personnes aux cervicales fragiles ou fan des casques légers apprécieront donc particulièrement ce casque.

 

A l’inverse, côté praticité et insonorisation, le Mârkö R-One ne m’a pas convaincu. Et oui, on n’arrive pas à tomber à 1 235 grammes sans lorgner sur certains éléments. Et, pour mon usage autoroutier quotidien, l’écran solaire m’a fort manqué. Comme il ne dispose pas de fentes dans les mousses pour le passage de lunettes, je n’arrive pas non plus à mettre mes lunettes de soleil. J’espère donc que la marque va se mettre rapidement à vendre un écran fumé car, avec l’été qui arrive, cela va vite devenir obligatoire. Là aussi, je mettrai à jour l’article le cas échéant.

Niveau bruit, les oreilles étant en contact presque direct avec le plastique et le calotin, on entend bien tout ce qu’il se passe autour : le moteur, le vent, les autres voitures, etc. Donc je ne saurai que trop vous conseiller l’usage de bouchons d’oreilles avec ce casque si vous roulez longtemps à vitesse élevée. C’est sympa dans le cadre d’un usage plaisir, mais moins dans un usage utilitaire du quotidien.

Parlons maintenant du Pinlock, qui peut sembler petit vu de l’extérieur, mais qui au final est amplement suffisant au niveau dimensions une fois le casque sur la tête. En effet, le casque étant très compact, les yeux se trouvent très près de l’écran, ce qui permet de ne pas avoir les limites du Pinlock dans le champ de vision.

Lorsqu’il fait froid, pas de soucis non plus. Le Pinlock fait très bien son office et ne laisse pas passer un millimètre de buée. J’ai pu le tester cet hiver et il ne m’a jamais fait défaut. Pareil sous la pluie, l’étanchéité est sans faille pour peu que l’écran soit bien verrouillé avec le loquet. Je n’ai jamais constaté d’infiltration d’eau même sous de grosses averses avec l’écran bloqué. Si par contre vous n’utilisez pas le loquet d’écran, un peu d’eau peut en revanche passer car il n’est pas parfaitement plaqué contre le joint.

 

Nettoyage et entretien

Le nettoyage du casque se fait sans difficulté avec un chiffon humide. Comme il s’agit ici d’un coloris noir mat, cela prend un peu les traces de doigts mais j’adore ce type de coloris donc je suis prêt à faire ce genre de concession 😀

Les mousses internes sont toutes démontables et peuvent être ensuite être lavées à la main. Je n’ai pas eu de grosses difficultés à tout démonter et tout remettre.

Prix, garantie, tailles et coloris disponibles

Comme je vous l’ai annoncé dès l’introduction, le Mârkö R-One est vendu au prix public de 299,90€. Il est accompagné d’une garantie de 2 ans et six coloris sont proposés : noir mat, noir brillant, gris mat, blanc brillant, jaune fluo et orange fluo.

Point rare et notable à signaler, ce casque est disponible en 6 tailles différentes (du XS au XXL) et celles-ci sont réparties sur 4 tailles de calottes différentes. C’est un vrai bénéfice car cela permet d’avoir un casque parfaitement adapté à chaque morphologie. Et à ce tarif, c’est assez rare de trouver autant de calottes disponibles, donc bravo à Mârkö pour cet effort.

Vous souhaitez nous soutenir ?

Si ce produit vous intéresse, sachez que vous pouvez nous aider à financer le site, en cliquant sur le lien ci-dessous pour l’acheter. Nous récupérerons ainsi une petite commission sur votre achat sans que cela ne vous coûte quoi que ce soit ✌️

Acheter le casque Mârkö R-One sur Vintage MotorsAcheter le casque Mârkö R-One sur Star Motors

Le test du Mârkö R-One en vidéo

 

Test du casque Mârkö R-One : Simple et (très) léger
En conclusion, ce casque Mârkö R-One sera un bon compagnon pour les amateurs de sorties plaisir qui roulent en roadster, en sportive ou encore en trail routier sportif.

Son intérêt d'achat réside surtout dans le haut niveau de protection et de sécurité qu'il procure, ainsi que dans sa légèreté et son aérodynamique tous deux excellents (surtout à ce tarif de 300€).

A l'inverse, si vous cherchez un casque avec une bonne insonorisation, passez votre chemin. Cela reste un casque sportif assumé qui plaira clairement aux fans du genre mais qui sera à éviter si vous êtes amateur de casques routiers.
Pour moi, l'alchimie n'a pas pris vu mon usage quotidien de la moto, autoroutier et typé trail adventure, mais cela reste un bon casque sur son segment et sur ce niveau de prix.
ON A AIMÉ
  • Légèreté et protection excellente en regard du prix demandé
  • Aérodynamique très bonne
  • 4 calottes disponibles
ON N'A PAS AIMÉ
  • Pas d'écran solaire et pas de possibilité d'usage de lunette de soleil
  • Insonorisation moyenne
  • Légère gêne au retrait du casque
2.9Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.