Après un premier intercom lancé en novembre 2016 connu sous le nom Dexter D1, la marque Dexter (qui appartient au distributeur Motoblouz) revient avec une nouvelle version totalement remaniée de son intercom, intitulée sobrement Dexter D1 EVO. Même si tout a été modifié, il garde un point commun avec son prédécesseur : un prix plancher de 99,80€.

Ayant testé la première version D1 qui m’avait bien plus dans l’ensemble (surtout à ce prix situé un peu en dessous de 100€), j’ai pu ainsi constater les différences et les évolutions entre ce D1 EVO et le D1. Alors, est-ce une réelle nouveauté ou de la simple poudre au yeux ? A-t-il corrigé les quelques défauts que j’avais pu remarquer sur le D1 ? C’est ce que nous allons voir dans cet essai après 2 mois de test !

Contenu de la boite et installation du Dexter D1 EVO

Au déballage, on découvre un set allant à l’essentiel contenant le nécessaire pour fixer l’intercom sur tous les types de casques.

On retrouve :

  • le module principal Dexter D1 EVO,
  • un clip de fixation adhésive,
  • un clip de fixation à pince,
  • le set d’oreillettes et un micro perche qui viennent se connecter en mini USB sur le boitier,
  • 2 velcros ronds pour oreillettes,
  • 2 rehausses d’oreillettes,
  • une bande velcro rectangulaire pour fixer le micro perche,
  • un câble de recharge micro USB,
  • et enfin les notices de montage et d’utilisation de l’intercom.

Bien entendu, comme il s’agit d’un pack duo que l’on teste, vous multipliez tous ces accessoires par 2 et vous obtenez une boîte chargée mais compacte.

La finition du boitier est très correcte. L’ensemble est en plastique, avec des boutons souples faits de caoutchouc. Il donne l’impression de valoir plus cher que ce qu’il ne vaut, ce qui est un bon point :).

Côté poids, comptez un ajout de 50 grammes sur votre casque une fois installé. Cela reste très discret.

 

Que ce soit sur un casque intégral, un modulable ou un jet, il est possible d’attacher le Dexter D1 EVO sur tout type de casque grâce à ces éléments. Et on peut enfin le fixer sans le coller, c’était un des reproches que j’avais fait sur le D1. Maintenant c’est corrigé et on peut l’installer à l’aide de la pince. C’est plus pratique, universel et robuste qu’une fixation adhésive.

Autre point d’amélioration, les câbles d’oreillettes et micro qui sont plus épais et donc plus robustes. Là aussi c’est une belle modification pour la longévité de l’intercom.

L’installation se fait assez facilement et je n’ai pas eu de difficulté à l’installer sur mon Nexx X.WED2. Les câbles et connecteurs sont un peu épais mais j’ai réussi à tout caser sans gênes et sans rien abîmer.

Le seul regret que j’aurai au niveau du rendu final est à propos du choix du micro. En effet, on est obligé d’installer le micro perche. Il n’y a pas d’alternative de type micro filaire qui permettrait d’avoir quelque chose de plus compact dans le casque. Autant le micro perche est parfait dans le cadre d’un casque jet ou modulable, mais dans le cadre d’une installation dans un casque intégral, c’est assez gros. De ce fait, si votre bouche est déjà très près de l’avant de votre casque, vous risquez sûrement d’être dérangé par la mousse du micro.

 

C’était un peu mon cas personnellement et j’ai fait le choix de retirer cette mousse sur le micro pour plus de confort. Je sais que je perds un peu en qualité pour le micro mais je m’en sers peu en communication intercom comme je vous l’expliquerai après.

 

C’est dommage que Dexter n’intègre pas un micro filaire dans la boite ou bien qu’ils ne viennent pas le proposer en option payante. J’aurai vraiment été preneur. Mais bon, cela reste un intercom accessible en tarif donc je ne peux pas avoir le même niveau d’exigence qu’avec un intercom 50% plus cher voire plus.

Fonctions du Dexter D1 EVO

Côté fonctionnalités, cet intercom va à l’essentiel et permet 3 choses :

  • écouter de la musique du Smartphone et/ou les instructions de son GPS,
  • gérer un appel téléphonique,
  • effectuer des conversations de motard à motard, jusqu’à 4 intercoms en simultané

Ici, pas d’application smartphone ou de logiciel de configuration à installer sur son ordinateur. Tout se gère depuis les boutons de l’intercom grâce à des combinaisons et des instructions indiquées dans la notice.

On n’a donc pas de fonction radio intégrée au boitier, ni de fonction Mesh ou radiofréquence pour les discussions par intercom. Tout fonctionne grâce à la puce Bluetooth intégrée à l’intercom, ce qui a ses avantages et ses inconvénients comme je vous l’expliquerai un peu après.

 

Vous l’aurez compris, tout est fait pour ne conserver que les grands basiques.

Passons maintenant à l’appairage, qui se fait très facilement grâce au gros bouton D-1 que l’on maintient quelques secondes. On a du bluetooth 4.1 dans le boitier, ce qui permet un appairage rapide avec mon smartphone et une consommation peu énergivore.

Une fois que c’est mémorisé, il ne me reste plus qu’à simplement démarrer le Dexter D1 EVO en appuyant 3 secondes sur les deux boutons latéraux et, en moins de 5 secondes, il est connecté à mon smartphone, prêt à streamer ma musique ou les instructions d’une de mes applications de navigation telles que Google Maps, Waze, Coyote, etc.

Le Dexter D1 EVO est capable de mémoriser jusqu’à 2 appareils Bluetooth et un autre intercom pour dialoguer avec. Vous pouvez ainsi aisément faire mémoriser votre smartphone et votre GPS, puis les faire fonctionner de concert. L’intercom basculera alors d’une source à l’autre selon les flux audio qui lui sont transmis.

 

Ici aussi, le guide d’utilisation en français est très clair et permet d’appairer un second appareil aussi vite que le premier.

Utilisation au quotidien

Durant ce test qui s’est fait entre avril et juin, j’ai pu tester l’intercom avec différents types de gants (hiver, mi-saison et été) et mon retour d’expérience est le même quel que soit le type de gants employés.

C’est-à-dire que je n’ai eu aucune difficulté pour appuyer sur les boutons intercom et fonctions, mais par contre pour les boutons de volume j’ai du mal à « bien viser ». En effet, sous cette apparence de bouton de volume plutôt larges, seulement une petite zone du bouton est réellement effective, ce qui oblige à « pincer » le bouton en quelques sortes pour réussir à monter ou baisser le volume. Il faut un bon temps d’adaptation.

 

Au début, je galérais vraiment mais maintenant cela va mieux. J’aurai préféré des boutons plus « cliquant » que ces petits boutons. J’avais eu le même soucis avec les boutons de volume de l’ancien modèle mais ils étaient placés différemment 😀

A part ça, tout fonctionne simplement. J’apprécie tout particulièrement l’appui sur le bouton fonction qui permet de démarrer Google Assistant sur mon smartphone Android (si vous avez un iPhone, cela démarrera Siri). C’est super pratique et cela permet de tout commander sur son appareil : musique, guidage, appels, messages, etc.

Qualité du son des haut parleurs

Le point qui m’a vraiment surpris sur cet intercom, ce sont les haut parleurs. Je vais aller droit au but, ils sont très bons !

Déjà ceux de l’ancien modèle étaient sympas pour le prix, mais là, je les ai trouvés meilleurs que les haut-parleurs fournis avec un Sena 30K (qui coûte presque 3 fois plus cher accessoirement). On n’est pas au niveau d’un Cardo avec haut parleur JBL mais je trouve que c’est aussi bon que les haut-parleurs Cardo classiques.

Que ce soit pour de l’écoute musicale ou pour entendre des voix (avec un GPS, en mode intercom ou en appel), la puissance est clairement au rendez-vous et la qualité sonore est plus que correcte. Même à 130 km/h, la musique reste audible. Le seul moment où il m’a montré ses limites, c’est lorsque je roulais sous une tempête de pluie et de vent, là les éléments ont pris le dessus. Heureusement, on ne roule pas souvent dans ce genre de situations.

Autre détail à signaler, l’intercom Dexter D1 EVO n’est pas doté d’un système venant ajuster le volume selon le bruit ambiant. Il faudra donc ajuster manuellement le volume si l’on se met à rouler vite et que le bruit ambiant augment avec la vitesse.

 

Il est évident que l’on n’aura pas non plus une qualité audio studio mais, cela reste très agréable et surprenant vu le prix de cet intercom. Le seul moment où le son est un peu « bizarre » au niveau qualité, c’est lorsque l’on écoute la musique à l’arrêt, moteur coupé. J’ai l’impression que les haut-parleurs et l’intercom sont calibrés pour compenser certains bruits inhérents au roulage, mais personnellement, je n’écoute pas souvent la musique avec mon intercom moto à l’arrêt donc cela reste un défaut acceptable :).

Pour vous situer un peu mon contexte d’usage, je roule avec une moto dotée d’une protection au vent correcte et, 90% du temps, l’intercom me sert à écouter de la musique. J’adore rouler avec de la musique dans les oreilles. Cela fait passer plus vite les trajets, ça met du rythme, bref je suis un grand fan de musique donc je tiens à pouvoir écouter mes artistes favoris à moto.

Pour les 10% restants, je passe 5% du temps à m’en servir pour entendre le guidage vocal de mon GPS, et 5% pour pouvoir discuter avec mes amis quand je roule en groupe.

Mon usage est ce qu’il est mais il sera peut-être différent du vôtre, surtout si vous roulez avec une moto sans protection comme un roadster.

Discussion entre motards

Concernant les capacités de discussion entre motards, là le Dexter D1 EVO propose le stricte minium.

Dexter annonce une portée maximale de 500 mètres entre 2 motos mais, avec Stéphane, nous n’avons pas su dépasser les 400 mètres avant que le son ne devienne complètement haché. Jusque 350 mètres c’était très correct en tout cas mais impossible d’atteindre la distance théorique annoncée par la marque. Pourtant, nous avons testé cela dans une grande ligne droite sans obstacle mais l’on reste sur une technologie de communication à faible portée, à savoir le Bluetooth, donc c’est assez logique que les distances maximales soient faibles.

Dans un milieu plus urbanisé, nous avons constaté une portée générale de 300m. Là cela restait fluide et sans coupures. C’est donc normalement bien assez pour discuter avec sa passagère ou pour rouler avec un pote s’il ne s’amuse pas à vous mettre des mines de distances.

Les voix ne sont pas cristallines niveau qualité, le son est assez compressé mais on s’entend bien. De même pour la qualité du micro, ce dernier annule bien les bruits ambiants et l’on entend exclusivement la voix de son partenaire, pas de bruit parasite à signaler.

Côté compatibilité, comme la discussion se fait par Bluetooth, le Dexter D1 EVO est compatible avec n’importe quel modèle d’intercom pour discuter. Il suffit de lancer le mode appairage bluetooth sur l’autre intercom et cela permet ainsi de discuter avec un Sena, un Cardo, ou même l’ancien Dexter D1.

Pour les conversations à 3 ou 4 motards, là par contre c’est un peu sportif et je ne conseillerai pas trop ce système. Il faut en effet suivre toute une procédure séquentielle pour appairer les intercoms D1 EVO les uns après les autres. Et ensuite il faut absolument garder l’ordre dans lequel ils ont été appairés lorsque l’on roule, sinon ça saute. Donc c’est assez limitant et, si vous souhaitez envisager des discussions à plus de 2 motards, je vous conseille vivement d’investir un budget plus conséquent pour vous tourner vers des modèles dotés de la technologie Mesh tels que le Sena 30K ou encore le Cardo Packtalk. Ce sera bien plus agréable pour tout le groupe.

 

Autonomie

Pour ce qui est de l’autonomie du D1 EVO, là par contre j’ai trouvé que la marque sous estimait la durée de batterie de l’appareil.

En effet, Dexter annonce une autonomie de 10h en conversation. De mon côté, j’ai pu mesurer une autonomie de près de 14h.

Par contre, l’indication de niveau de charge n’est pas super fiable. Car on a l’annonce indiquant qu’il reste 50% de batterie au bout de 9h d’utilisation en moyenne, puis l’on tombe à 10% de batterie 4h plus tard en général. Et, quand il reste 10% de batterie, il y a une annonce vocale toutes les 2 min pour nous rappeler qu’il reste 10% de batterie (donc autant vous dire que cela devient inutilisable car la dame dans l’intercom n’arrête pas de vous demander de le recharger, et ce n’est pas désactivable).

Il y a donc largement de quoi tenir une journée complète de route et, quand il y a besoin de recharger l’appareil, il suffit de 2h30 pour ce faire. Le bloc d’alimentation secteur n’est pas fourni avec mais on peut brancher le câble micro USB vers USB à n’importe quel chargeur secteur, allume cigare ou batterie externe (powerbank). De plus, il peut même être chargé en roulant au cas où.

 

Prix et versions disponibles

Dernier élément qui sera sans surprise puisque j’en ai parlé dès le début de ce test, le prix !

Le Dexter D1 EVO est disponible en 2 kits :

  • Une version solo avec un intercom au prix public de 99,80€
  • Une version duo avec deux intercoms au prix public de 189,80€

Un tarif donc franchement bien placé je trouve, surtout que l’appareil est garanti 2 ans et que l’on a un vrai SAV durant ces 2 années puisque c’est un produit Motoblouz. Alors oui, il y a encore moins cher en termes d’intercom entrée de gamme sur des sites comme Aliexpress ou Amazon, mais clairement vous n’aurez pas de réelle garantie et service après-vente si vous achetez un modèle low-cost sur ces plateformes. Ce sont des revendeurs qui proposent ces modèles à très bas coûts et leur boutique ne dure souvent pas des années.

Après, vous faites ce que vous voulez mais je pense que l’écart de prix entre un modèle low-cost importé et ce Dexter D1 EVO n’en vaut pas la chandelle. Cela reste un des meilleurs rapport qualité/prix en intercom à ce jour à mes yeux.

Complément de test : l’avis de Stéphane

L’avis de Stéphane pour compléter le mien :

En ce qui me concerne, l’intercom Dexter D1 EVO a été installé dans deux casques au fil de l’essai. D’abord dans le Dexter Electron avec la pince, puis dans le Bell MX-9 Adventure avec la fixation collante. Cette dernière ne pose pas de problème et tient d’ailleurs mieux en place que la pince qui peut bouger un peu lors de certaines manipulations.

L’appareil est assez compact et d’un design discret, pour une ergonomie presque parfaite. Peu de boutons, intuitif, mais les boutons de volume + et – sont un peu fastidieux à manipuler lors des premières sorties.

Pas de fonction radio dans cet intercom, ça m’a parfois manqué, mais je me suis rappelé à quel point mes précédents intercoms captaient tellement mal en général que ce n’était pas une grosse perte. L’idéal étant de lancer une station de radio (ou mieux Spotify/Deezer, etc) directement en numérique sur le Smartphone pour profiter d’une bonne qualité audio.
On pourra passer à la musique suivante en appuyant 2 secondes sur le bouton volume – , mais on ne peut malheureusement pas revenir à la précédente. Un peu frustrant quand on adore particulièrement une musique  😀

Et justement, la qualité du son est particulièrement étonnante, autant pour sa précision que son volume maximal. Certes, les 3 derniers crans du volume feront souvent saturer la musique car il n’y a pas d’auto-égalisation (les aigus pourront aussi devenir criards), mais on peut ainsi profiter de la musique même à 90km/h et un peu au delà si votre moto protège bien. Belle surprise, c’est le gros point fort de cet intercom Dexter D1 Evo.

A noter au passage pour les quelques bidouilleurs dans l’âme que les deux oreillettes sont détachables avec un connecteur relativement standard sur les intercoms. Ce qui laissera la possibilité d’y adapter d’autres écouteurs sans avoir à couper quoique ce soit et ainsi perdre la garantie sur le câble principal qui se connecte à l’intercom.

 

Vous souhaitez nous soutenir ?

Si ce produit vous intéresse, sachez que vous pouvez nous aider à financer le site, en cliquant sur le lien ci-dessous pour l’acheter. Nous récupérerons ainsi une petite commission sur votre achat sans que cela ne vous coûte quoi que ce soit ✌️

Acheter l’intercom Dexter D1 EVO Solo sur Motoblouz Acheter l’intercom Dexter D1 EVO Duo sur Motoblouz

 

Le test du Dexter D1 EVO en vidéo

Test de l'intercom Dexter D1 EVO : presque parfait pour le prix demandé ?
En conclusion, ce Dexter D1 EVO est une vraie évolution du D1, qui prend en compte bon nombre de remontées des utilisateurs.
On regrettera surtout l'absence de micro filaire et des boutons de volume pas faciles à dompter.

Il sera parfait à mon avis pour les motards cherchant un intercom simple, voulant principalement écouter de la musique, suivre les instructions du GPS et passer quelques appels.
Côté communication, cela reste un bon modèle pour discuter avec sa passagère.
On lui préférera par contre d'autres modèles plus chers mais dotés de plus de portée, pour réaliser des discussions entre 2 motos voire plus.

Il n'est donc pas parfait mais vu le prix, je ne peux que vous le conseiller si vous êtes dans le style d'usage que j'ai détaillé.
A ce rythme en tout cas, la troisième version du D1 qui sortira sûrement un jour (le D1 EVO+ ? ^^) sera parfaite ! Bravo aux équipes Dexter pour cette seconde version bien aboutie 😀
ON A AIMÉ
  • Qualité du son des haut-parleurs et du micro très bonnes
  • Autonomie excellente
  • Tarif très bien placé
ON N'A PAS AIMÉ
  • Pas micro filaire disponible
  • Prise en main des boutons de volume difficile
  • Pas de gestion automatique du volume selon les bruits ambiants
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.