Dans l’ensemble GlobeTracker nous allons voir le pantalon dans ce test. D’ailleurs, vous pouvez retrouver l’article sur les gants et celui sur la veste via ces liens.
Est-ce un pantalon vraiment toutes saisons ? En 3 mois, j’ai pu le tester dans les conditions les plus froides et bien entendu une mise à jour sera faite lors de la saison la plus chaude.

On fait le tour du pantalon

C’est un pantalon qui est disponible du M au 4XL au tarif de 599,99 €. Ici dans son coloris gris, le look se veut relativement simple, mais efficace, pas de lignes qui partent dans tous les sens, ce qui est en adéquation avec son coté Touring / Adventure. De type 2 en 1, le textile externe en nylon 6.6 se veut élastique, résistant à l’abrasion, et est laminé en 3 couches avec une membrane H2OUT pour garantir au maximum l’étanchéité.

Les ventilations et les fermetures

Du côté des ventilations, elles sont en mesh au niveau des cuisses et sont cachées derrière des panneaux gris à tirettes noires brillantes.
Les poches disposent de tirettes avec des fermetures de la même teinte que les ventilations des cuisses.
De plus, le bas du pantalon est assez large que pour mettre des bottes type adventure ou enduro comme mes Toucan Goretex ou mes Sidi Crossfire 3 SRS. Pour fermer le bas, on retrouve le même style de tirette sur l’arrière de la jambe.
Notez aussi qu’il y a des soufflets d’aisance au-dessus de chaque genou.

La taille de ce futal est réglable via deux velcros avec anneau de chaque côté des hanches, un système classique mais toujours bien efficace. Bien entendu, le pantalon se ferme via une fermeture éclaire assez classique et deux pressions.

Petite précision, il faut savoir que toutes les tirettes sont étanches.

J’ai failli oublier, mais ce pantalon dispose d’un zip de raccordement et surtout de bretelles hyper swag qui pourront être retirées grâce au système de scratchs.

 

La doublure thermique et les protections

Vous y trouverez une doublure thermique en Micropile, une sorte de doudoune très fine qui a la particularité de s’arrêter à mi-mollet. Notez que la partie se trouvant devant les parties génitales est ouverte et donc ne dispose pas de protection thermique à ce niveau-là.
En retirant cette petite doudoune grâce à la tirette sur le dessus du pantalon et aux pressions sur le bas des jambes, on découvre une doublure en Mesh qui parcourt tout l’intérieur du pantalon. De plus, au niveau du fessier il y a une partie en Mesh rouge qui est plus épaisse et qui permettra sans doute de laisser circuler l’air plus facilement en position assise, à vérifier bien entendu.

Coté protection le pantalon n’est pas en reste car il répond à la norme : Pr En 17092-3:2017 de catégorie AA.
Dans les faits il y a les protections de genoux qui sont réglables en hauteur et des protections de hanches qui sont dissimulées dans des poches. Les deux sont de taille généreuse afin de maximiser la surface de protection en cas de chute.

 

De nouveaux matériaux

Parmi les nouveaux matériaux employés sur l’ensemble GlobeTracker il y a :

La membrane Dermizax en polyuréthane. Étanche et respirante, elle est autorégulante et extensible. Techniquement, plus la température ambiante augmente, plus ses propriétés respirantes augmentent.

De plus, les fibres textiles Coolmax permettent d’évacuer l’humidité plus rapidement.

Enfin, le tissu Cebonner est résistant à l’abrasion grâce au nylon recyclé avec une touche de coton en son sein. Ce matériau de dernière génération est léger et très doux, c’est un produit développé par le fabricant japonais Toray. Pour la petite anecdote, c’est un partenaire de SPIDI avec lequel ils ont développé il y a vingt ans la membrane H2OUT.

En route

L’enfilage et le confort

Le petit tour du pantalon est fait on va passer à l’enfilage.
Si vous êtes un partisan des bretelles parce que c’est trop swag, il faudra en mettre une de chaque côté du pantalon avant de l’enfiler, vous verrez c’est vraiment plus simple comme ça ^^ Bon sinon c’est un futal quoi, une jambe -> l’autre jambe, je ne vous fais pas de dessin, on le fait tous depuis fort longtemps ce geste…
Par contre la chose à vérifier c’est la hauteur des protections de genoux. Concrètement, une fois les jambes pliées ces protections doivent revenir devant vos genoux afin de protéger votre rotule mais aussi le haut de votre tibia. Pensez aussi à régler vos sangles de ceinture et vos bretelles super classes !

Quant à la taille, comme d’habitude allez en magasin le tester, car ça sera en fonction de votre morphologie. Pour ma part en tout cas, j’ai pris une taille au-dessus, car pour aller bosser ou en formation je peux plus facilement mettre un jeans par dessous.

 

Côté confort, vu les températures actuelles je dois dire que je n’ai encore roulé qu’avec la doublure thermique. Quoi qu’il en soit, le confort y est princier ! On ne ressent pas les protections de hanches et de genoux qui sont pourtant bien grandes et présentes.

On en vient à l’utilité des bretelles… Sachez que si ce n’est pas super sex, c’est super pratique et je ne saurais plus m’en passer. En fait une fois qu’elles sont en place et bien réglées, elles font ce pourquoi elles sont faites, empêcher le pantalon de glisser et tomber ! Car oui en offroad on roule souvent debout et vous vous doutez bien que perdre son froc en pleine action, c’est comme courir avec son pantalon baissé… Une grosse galère !
Du coup je peux le dire, les bretelles c’est la vie. Même si c’est moche, c’est du confort.

La protection thermique, l’imperméabilité et l’aération

Comme je le disais un peu avant, la doublure thermique ne descend pas jusqu’en bas de la jambe. Au début ça m’a étonné mais en fait c’est logique ! Comme c’est un équipement Touring / Adventure, Spidi part du principe que vous roulez avec des bottes adéquates et de ce fait il n’y a pas besoin que cette doublure descende jusqu’à la cheville. Bah oui, car si ça descendait aussi bas, bonjour la transpiration ! C’est un point super bien vu de leur part, c’est vraiment appréciable.
Du coup il y a juste de quoi glisser la thermique dans les bottes afin que le froid ne puisse pas s’y engouffrer.

En terme d’efficacité, je dois dire que j’aurais apprécié que cette doublure thermique soit un peu plus épaisse et qu’elle soit présente devant ma… enfin mon… vous avez compris 😀
Alors ce n’est pas que j’ai eu froid, mais j’avais une petite sensation de fraîcheur à l’entrejambe par -2 °C, sans doute dû à l’absence de matière à ce niveau-là… C’est dommage, car sinon ça aurait été un sans-faute pour passer l’hiver vraiment bien au chaud. D’ailleurs vous verrez que pour ça la veste est juste terrible pour l’hiver, mais ça sera dans le prochain test 😉

Je l’ai naturellement utilisé pour faire de l’offroad en hiver et je n’ai pas eu trop chaud avec. Même lors de notre dernière sortie d’hiver qui était très technique.
D’ailleurs, la vidéo de GalorV6 est déjà accessible et la mienne est ici.

 

Au niveau de l’imperméabilité, j’ai roulé pendant une bonne heure non-stop sous une pluie battante et ça a bien fait le job. L’eau ruisselle généralement sur le textile laminé grâce au traitement hydrofuge et à la membrane H2OUT. Il peut arriver que l’eau stagne un peu et crée une auréole, mais elle ne passe pas le textile. C’est nickel à ce niveau-là et si jamais ça devait percer au cours d’une de mes virées avec, je ne manquerais pas de revenir ici pour faire une mise à jour avec le pourquoi du comment.
Bref je suis tout le temps resté au sec !

Enfin pour les aérations, étant donné la fraîcheur actuelle, je n’ai pu les tester qu’à une seule sortie. Et bien qu’elles eussent été efficaces, je n’ai pas assez de recul que pour vous dire si ça sera tout aussi bon en plein été. Je reviendrais donc vers Mai pour compléter cette partie.
Cela dit, vu les panneaux de mesh qu’il y a, je suis tout de même optimiste !

En route pour les chemins

Le test en vidéo

Test du pantalon Spidi GlobeTracker : Le Touring haut de gamme
Pour conclure, je dirais que ce pantalon fait très bien son job. Il se veut étanche, confortable et sécuritaire.
En gros bonus, on peut mettre ses bottes sous le pantalon et ça, j'apprécie grandement.

J'aurais tout de même préféré une doublure thermique qui revienne un peu plus devant mon entrejambe et un poil plus épaisse pour coïncider un peu plus avec celle de la veste dont vous découvrirez le test prochainement.

Il ne me reste plus qu'à tester son aération en été afin d'être fixé sur ses capacités toutes saisons... Mais pour le moment, il répond aux attentes qu'on se fait d'un pantalon à un tel prix.
On a aimé
  • Excellente étanchéité
  • Confort globalement très correct
  • Look sobre et très en accord avec la veste
On n'a pas aimé
  • La protection thermique un poil juste
4.0Note Finale

5 Réponses

  1. locolas fred

    Bonjour j’aurais voulu savoir si vous aviez un avis ou essayé la veste globetracker ? merci

    Répondre
    • Eotiel

      Bonjour,

      c’est justement le test qui sort prochainement, il est déjà rédigé, il me reste la vidéo à faire

      Petit Spoil : Globalement vraiment bon, mais il faut vraiment tester sa taille en magasin.

      Répondre
      • fred

        merci .j’hésite entre la tour evo et la globetracker .donc j’attend le test avec impatience .

    • Eotiel

      En fait de ce que je vois, les principales différences sont :
      – Au niveau du prix de 200 euros d’écart
      – De la vraie grosse doudoune dans le Globetracker
      – Deux poches supplémentaires à l’avant sur le Globetracker.
      – Une aération supplémentaire à l’intérieur sur chaque bras ( mais mal placée cela dit )

      Pour ma part, je ne saurais pas faire sans les deux poches supplémentaires, j’ai toujours (ou presque) des batteries supplémentaires sur moi (Gopro et Panasonic)

      Il faut aussi se dire qu’il faut rajouter 100 € de dorsale et à la limite un plastron à 50 ou 100 €…

      Résultat ça fait 750 ou 800 € pour la Tour evo et 950 voir 1000€ pour la globetracker au complet.

      C’est à méditer, mais en arrivant à un tel prix, je regarderais tout de même chez la concurrence comme la nouvelle Badlands pro de Klim ( c’est la première qui me vient en tête 😉 )

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.