Que vous pratiquiez le tout-terrain ou non, vos chaussures ou bottes moto peuvent être vouées à percer à cause d’une pluie imprévue (si elles ne sont pas waterproof) ou d’un passage de gué par exemple. Il existe des solutions actives avec les séchoirs électriques chauffants équipés ou non d’un ventilateur, et des solutions passives que je vais évoquer ici.

Le but n’était pas de lutter contre l’infiltration d’eau, le mal est déjà fait. Nous allons voir directement comment sécher vos bottes et même les assainir.

 

Préambule avant la bataille

La solution passive a deux avantages : le premier, c’est d’être transportable car peu encombrant. On peut l’envisager pour partir en roadtrip histoire de ne pas systématiquement remettre des bottes trempées le lendemain d’une sale journée. Le deuxième, c’est que ça ne demande aucune prise de courant, donc pas de consommation énergétique. Cela vous permet là aussi de l’utiliser n’importe où et sans bruit quelconque, d’un ventilateur par exemple.

L’astuce la plus connue et la plus efficace consiste à insérer du papier journal en boule à l’intérieur des bottes. C’est une solution gratuite puisqu’on a tous des publicités en boîte aux lettres ou des catalogues en libre service dans certains magasins pour s’en faire un petit stock d’avance.

Cela peut prendre une nuit pour des bottes humides à quelques jours pour des bottes trempées. Ce n’est pas une solution miracle mais elle fonctionne, très bien même ! C’est ce que j’ai toujours utilisé jusqu’ici avant de découvrir le produit Drysure qui promettait quelque chose de tout aussi efficace et pratique.

Présentation des Drysure Extreme

Drysure est un produit qui nous vient d’Angleterre et qui a été conçu à la base pour sécher les bottes de ski d’un passionné prénommé James Robbins. Celui-ci a ensuite décliné son produit en deux tailles pour convenir aussi bien aux chaussures qu’aux bottes, avec la version « Extreme » ici présentée, la plus grande.

 

Pour faire simple, et vous allez comprendre ensuite, voici la description faite sur la boîte du produit (traduite) :

Drysure Extreme est né d’un besoin de sécher les bottes rapidement, sans chaleur, électricité ou piles. La conception brevetée est jusqu’à 12 fois plus efficace que le séchage à l’air et améliore l’hygiène des chaussures en réduisant la croissance des bactéries et des champignons.

Convient pour les chaussures de ski et de snowboard, les bottes de jardin, les bottes de fermier, les bottes en cuir spécialisées, les bottes de moto et toutes les bottines hautes.

Les sacs à billes d’oxyde de silice peuvent absorber jusqu’à 10 jours de transpiration et d’humidité qui s’accumulent dans des zones telles que les doigts de pied.

L’objectif est prometteur. Il vous promet de sécher rapidement à l’aide de billes de silice comme dans les petits sachets que l’on retrouve souvent dans des produits neufs (poches de vêtements, chaussures etc…). Ici les billes sont nettement plus grosses, environ 5 millimètres de diamètre. Le tout est enfermé dans une chaussette micro-perforée puis dans une enveloppe en plastique pour garder une ventilation naturelle et éviter le contact direct avec la botte.

 

Le produit est bien entendu réutilisable au delà des 10 jours théoriques de capacité d’absorption et trois méthodes sont préconisées par la marque pour les régénérer :

  • soit sur un radiateur chaud
  • soit à l’exposition directe au soleil
  • soit pendant 1 à 2 heures dans un four à 100°C

La dernière solution est considérée comme la plus efficace mais c’est aussi la plus contraignante. L’idéal est de les enfourner quelques minutes après la fin de cuisson d’un plat pendant que le four est encore un peu chaud mais pas trop.

Le prix de ce produit est d’environ 30€ pour la version classique et 35€ pour la grande comme ici, en plusieurs coloris à chaque fois.

Maintenant que les présentations sont faites, il est temps de passer à la comparaison !

Test comparatif des journaux contre Drysure

Les papiers journaux

Etant donné que je suis un grand utilisateur des bottes enduro non étanches et des sorties tout-terrain très humides (surtout en cette période), j’ai pu multiplier les tests comparatifs au cours de ces 3 mois d’essai.

Le principe est simple : je place à chaque fois les bottes près d’un radiateur après avoir lavé l’extérieur et retiré les semelles. Ces dernières prendront place sur le radiateur et sèchent très rapidement de cette manière ou bien pendues à un fil à linge.

 

Pour les journaux, il faut compter 4 à 5 boules de papiers pour remplir une grande botte d’enduro. Les TCX Comp Evo sur les photos ont en plus la particularité d’être très confortables puisqu’il y a beaucoup de mousse, donc elles absorbent une grosse quantité d’eau.
La technique est de changer les boules de journaux deux fois par jour pour bien faire ; une fois au matin pour absorber durant la journée et une fois au soir pour absorber durant la nuit.

Avec les bottes déjà bien mouillées mais pas totalement trempées, il faut compter 48h pour un séchage complet, soit 2 jours. C’est pour vous dire à quel point ça marche bien !
Si elles n’étaient qu’humides, vous pourriez diviser le temps par deux.

Et lorsqu’elles sont totalement imbibées d’eau suite à des passages de gué où j’y suis allé gaiement (quand votre pied fait chrouiiic chrouiiic à l’intérieur), j’ai noté une moyenne de 4 à 5 jours de séchage. Parfait pour pouvoir enquiller les sorties tout-terrain sur deux week-end de suite en remettant des bottes bien sèches.

Drysure Extreme

Maintenant avec le produit Drysure, comment dire… j’attends désespérément. Trêve de suspens !
Que les bottes soient à moitié mouillées au totalement détrempées, on peut les laisser 5 ou 7 jours, ça ne change rien. Le fond ne sèche pas complètement car j’ai remarqué que le produit atteint son poids maximal d’absorption après 3 ou 4 jours. Au delà il stagne et les bottes restent presque indéfiniment mouillées à l’intérieur.

Au fil des jours, l’eau descend naturellement dans le bas des mousses des bottes, ce qui laisse croire dans un premier temps que le séchage fonctionne. Mais on se rend vite compte les jours suivants que le fond reste bien trempé et qu’il ne se passe plus rien, si ce n’est un séchage naturel très très long.

 

J’ai bien pris soin de sécher les Drysure avant chaque utilisation et même parfois pendant la période de séchage des bottes durant 1h pour les régénérer un peu.
Au cours de cette période de test, j’ai utilisé la méthode du four pendant 2h et celle du radiateur bien chaud pendant des journées entières (ça tombe bien, en plein hiver). Le poids redescend toujours à peu près au même niveau, aux alentours des 260 gr (sans l’enveloppe plastique) pour remonter à près de 280 gr lorsque les billes ont absorbé le maximum de leur capacité.

Cette différence de 20gr environ représente à peine une demi-tasse de café expresso comme je l’illustre en photo ci-dessous, ça ne tient pas la comparaison avec des papiers journaux.

Et si vous pensiez que ce produit pouvait anéantir les odeurs dans des bottes déjà sèches par exemple, et bien la réponse est négative. Je n’ai pas constaté de différence réelle d’un point de vue assainissement. Au mieux, il est capable d’absorber une légère humidité suite à de la transpiration mais ce n’est pas rapide. Oubliez les bottes trempées et le séchage éclair, on est loin de pouvoir le comparer à des produits électriques comme le laisse sous-entendre l’emballage.

Dernière chose après ces 3 mois d’utilisation, avec les multiples tests et phases de séchage (1 fois au four au tout début et le reste du temps au radiateur), j’ai constaté une baisse progressive du poids des sachets de billes de silice. En effet, ils ne font plus aujourd’hui que 336 gr à sec alors qu’ils faisaient 361 gr à neuf, soit une différence de 25 grammes. Les billes qui faisaient 5 mm de diamètre ont pour certaines réduites à 3 mm et je le sens en main que la chaussette orange est plus flexible qu’à l’origine, comme moins remplie.

Alors qu’on atteignait presque 20 gr d’absorption d’eau au départ, on tourne plutôt autour des 15 gr aujourd’hui. Cela démontre bien une usure par la baisse de leur capacité d’absorption.

Match remporté haut la main

Alors en définitive, préférez le papier journal pour une solution gratuite et relativement rapide. Vous pouvez même verser un peu de poudre de bicarbonate dans les bottes pour les assainir 24h, c’est une autre astuce de grand-mère qui a fait ses preuves !
Et si vous êtes du genre pressé, orientez-vous vers des solutions de séchage actif avec des radiateurs alimentés qui assècheront vos bottes en seulement quelques heures !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.