Nouveauté 2018, ce casque Touring modulable Kappa KV31 a rapidement attiré mon attention de par son prix particulièrement attractif. Il faut savoir répondre à tous les budgets, et moi le premier, je suis plutôt client de ce genre de produit.

Après 2 mois et demi d’essai, j’ai pu faire le tour de ce casque dans le cadre d’une utilisation route (et pas que !), il est donc temps de vous en parler bien en détail.

La marque Kappa, cousine de Givi

Cette marque italienne, créée en 1956 à l’époque sous le nom de Cappa (avec un C et non un K), fût rachetée et renommée par Givi en 1991, et enfin distribuée en France depuis 1995. On connait surtout Kappa pour sa bagagerie moto, souvent très ressemblante à celle de Givi étant donné qu’elle en reprend bon nombre d’innovations et technologies.

Il n’en reste pas moins que la marque développe bel et bien des produits exclusifs parallèlement cela, souvent orientés entrée et moyen de gamme, et dont le segment des casques comprend aujourd’hui une large gamme tout à fait intéressante à découvrir. On regrette d’ailleurs qu’elle ne soit pas mieux distribuée sur le marché.

 

Ce qu’il faut savoir du Kappa KV31

Concernant ce modulable Kappa KV31, son prix public de 139€ en coloris uni (Arizona Basic) et 145€ avec motifs comme ici (Arizona Phantom) pourrait en étonner certains, mais force est de constater que certaines technologies sont largement maîtrisées et amorties depuis plusieurs années. La concurrence est grande même dans cette gamme de prix !

Disponible dans 6 tailles du XS au 2XL, le casque est annoncé à 1650 grammes à +/-50 gr. Je l’ai relevé à 1665 grammes en taille M et sans Pinlock. Un poids dans la moyenne en fin de compte pour un modulable Touring, conçu bien entendu en thermoplastique injecté et non en fibre.
Sa coque est de taille unique, ce qui en fera un casque volumineux pour les petites têtes et donc sans réel gain de poids à en attendre.

 

Son homologation vaut pour le mode intégral (P) mais pas pour le mode Jet (J). C’est un peu dommage même si je ne vous cache pas qu’il vaut mieux éviter de rouler avec la mentonnière relevée et que je ne l’aurais pas fait de toute façon, le risque de finir défiguré est trop important à mon goût.
Cela dit, ça m’est arrivé de le faire machinalement sur quelques centaines de mètres et que ce casque dispose malgré tout d’un système de blocage en position Jet, aucun risque de décrocher.

Le casque est compatible Pinlock (option à 29,95€), prédisposé intercom également grâce aux emplacements prédécoupés aux oreilles, et dispose d’un écran solaire rabattable. Les mousses à l’intérieur sont anallergiques et entièrement démontables et lavables, la bavette est amovible, et sa jugulaire est de type micrométrique. Pratique surtout pour un usage urbain et les petites courses.

 

On se réjouit de constater qu’il est donc bien équipé et qu’il fait dans l’ensemble bonne impression en mains, à quelques détails près.
En effet, j’étais un peu déçu de constater quelques défauts de finition à sa réception. J’ai relevé des griffes assez nettes à deux endroits sur le casque, ainsi qu’une boursouflure dans le plastique (assez discrète), une couture pas au top sur une portion du coussinet de joue sous le casque (côté gauche sur la photo), et un mauvais ajustement de la partie inférieure noire de la mentonnière (côté gauche).

Difficile de dire si je suis un cas isolé ou non mais vous devriez de toute manière pouvoir faire un échange produit auprès de votre revendeur si vous êtes concerné, ce serait bien normal.

Les quelques vis visibles à l’intérieur de la mentonnière et la qualité des plastiques rappellent un peu le prix du casque. Ce coloris mat est d’ailleurs relativement sensible aux traces de frottement et aux griffes, ce qui est courant cela dit (ceux qui en ont le savent bien). Si vous n’êtes pas spécialement soigneux, préférez les coloris vernis brillants.

Le mécanisme de rotation de la visière principale fait par contre bonne impression et je l’ai trouvé facile d’entretien grâce à l’éjection automatique en baissant les petites leviers de chaque côté, pas besoin de tirer sur la visière avec le sentiment de casser quelque chose. Les crans d’ouverture, au nombre de 5, sont aussi très agréables à la manipulation. C’est à la fois doux et précis. Le cran de fermeture est bien franc, empêchant ainsi toute ouverture même à très haute vitesse.

 

Que peut-on attendre du Kappa KV31 ?

Les manipulations d’usage

D’emblée, l’enfilage du casque est une bonne surprise. On apprécie le revêtement particulièrement doux de type velours, ça fait très « cocooning ». Associé au moelleux des mousses, on se projette déjà sur de longs parcours avec ce casque. J’y reviendrais en fin d’article.
Il est d’ailleurs préférable de l’enfiler en mode jet pour ne pas être gêné au menton par la grande bavette anti-remous.

Les crans du système modulable de la mentonnière sont très francs et le casque tient parfaitement en mode ouvert même sans utiliser le bouton de verrouillage. Je n’ai jamais eu à m’en servir en réalité à part pour l’essayer. Même pour faire brièvement quelques mètres en mode Jet dans des chemins de terre ou en passant des trottoirs, il ne s’est jamais refermé de manière intempestive, il y a de la marge.
Pareil pour le refermer, je n’ai pas d’impression de faiblesse ou de lâcheté du mécanisme si l’on exclu l’appréhension visuelle du plastique. En effet, pas de crochets métalliques ici, ce qui ne l’empêche pas d’être agréable à manipuler et l’homologation vous assure (en théorie) qu’il ne s’ouvrira pas en cas de choc.

Le gros bouton rouge d’ouverture de la mentonnière est discrètement positionné à l’intérieur du casque, ce qui évitera toute ouverture en cas de choc frontal et donne un look de casque intégral tout à fait classique une fois qu’il est fermé. J’ai vraiment apprécié utiliser ce mécanisme durant mon essai, je ne vous cache pas que c’était ma plus grande crainte à la base..

 

Quant à la manipulation de la visière solaire, elle est un peu dure à baisser mais facile à remonter. Le mécanisme s’attrape facilement avec le gant mais il est sensible à la poussière. Ce n’est pas le premier casque qui me fait ça et puis il n’est pas fait pour une utilisation tout-terrain à la base, je ne peux pas vraiment le lui reprocher. Un coup de nettoyage à l’eau et ça revient à la normale.

Là où je serais plus critique, c’est sur la manipulation des ventilations. Elles ne sont pas agréables à manipuler, ça fait très cheap, et en particulier la ventilation mentonnière qui a la fâcheuse tendance à se mettre de travers si vous ne la poussez pas en plein centre, c’est à dire 2 fois sur 3 ! J’ai vite trouvé une solution à cela car c’était un cas de divorce dès la première sortie 😀
J’y ai mis deux petits jets de lubrifiant au silicone en aérosol, celui que l’on utilise pour graisser sa gaine de câble d’embrayage par exemple. Après 2 – 3 trajets où j’ai du subir l’odeur du produit par la ventilation, ça a fini par disparaître et surtout, la trappe de ventilation coulisse maintenant de manière très fluide et se met très rarement de travers, pour ne pas dire plus du tout depuis près de 3 mois malgré un usage poussiéreux sur certaines sorties. Comme quoi, ce n’était pas grand chose au final.

Voyons ce qu’il donne sur la route

Le champ de vision qu’il procure est dans la barre haute pour un casque route. Ce n’est pas le meilleur que j’ai eu mais j’en ai été agréablement surpris, il n’y a rien de pire que de se sentir étouffé et de devoir tourner la tête pour un rien. Ici, je n’ai pas beaucoup changé mes habitudes par rapport au casque Adventure que j’utilise habituellement, tellement j’y vois bien.

Autre bonne surprise pour continuer sur la vision, j’ai trouvé que la visière solaire descendait très bien devant mes yeux, et c’est assez rare pour le signaler. J’ai même une marge correcte pour ne pas qu’elle me touche le nez, donc vraiment un bon point de ce côté là. Elle fonce de manière suffisante dans la plupart des cas et ne se brise pas au premier projectile venu (anecdote de trailliste ^^).

 

Lorsque le casque est en mode Jet (ouvert), la mentonnière lève à près de 90 degrés, ce qui l’élimine complètement de votre champ de vision. C’est simple, lorsqu’on l’ouvre, on a très vite l’impression de ne plus avoir de casque sur la tête en dehors de son poids qui lui est bien présent si vous remuez la tête. J’ai plusieurs fois été surpris à ranger des affaires dans mon topcase ou à faire le plein d’essence, et à repartir avec le casque ouvert sans m’en rendre compte pendant un lapse de temps sur la route.
C’est une chose à laquelle j’ai rapidement pris goût pour quand je manipule la moto à l’arrêt ou à faible vitesse sur un parking, pour me désaltérer lors d’une pause rapide en balade sans avoir à retirer le casque, pour aller faire le plein d’essence à la station, etc etc… Ceux qui n’ont jamais essayé de casque modulable sont souvent perplexes (je l’étais aussi, c’est mon premier) mais si l’on cumule tous ces petits moments pratiques où l’on gagne grandement en respirabilité et en vision, j’avoue que ça manque vraiment dès que l’on repasse sur un intégral classique où l’on a le choix entre chauffer à l’intérieur, ou prendre la peine de le désangler.

Encore hier, j’ai dépanné une crevaison d’un collègue motard au bord de la route pendant 10 minutes tout en gardant le casque en mode Jet, qui d’ailleurs me protégeait des 30 degrés du soleil d’été ! C’est quand même plus sympathique aussi en terme de « proximité » plutôt que de parler dans un casque fermé où l’on distingue à peine votre visage.

 

Son poids de 1650 grammes ne vous le fera pas oublier totalement bien entendu, surtout après y avoir greffé un intercom et éventuellement une caméra d’action. C’est encore bien pour une journée entière mais il pourrait être un peu trop lourd pour les personnes sensibles des cervicales surtout sur plusieurs jours cumulés. C’est malheureusement le bémol de beaucoup de casques modulables, même haut de gamme.

L’aérodynamisme du casque est plutôt bon, c’est un casque route bien profilé qui ne rencontre pas de souci particulier sur ce plan, sans pour autant être au niveau des plus grands. Il ne tire pas plus que ça sur la nuque et n’émet aucun sifflement particulier lorsque la visière est fermée.

Par contre, si vous ouvrez la visière en grand, il a le souci majeur de siffler nettement dès 40km/h. Je vais aller droit au but, c’est pour moi le plus gros défaut de ce casque à l’usage surtout si vous ne lui installez pas de visière Pinlock anti-buée. Dans ce cas, vous devrez souvent ouvrir la visière de plusieurs centimètres, et généralement en grand pour ne pas qu’elle se retrouve pile dans votre champ de vision.
Ce sifflement est continu peu importe que votre vitesse augmente, puis disparaît presque en baissant la visière d’un cran (sur une moto de type roadster ou sportive où l’on incline un peu plus la tête), et s’efface totalement en la baissant de deux crans. Mais elle arrive alors devant vos yeux, ce qui n’est pas une option valable à mon goût.

Décidément, entre le casque Schuberth R2 à 499€ qui souffre du même défaut et ce Kappa KV31 à 145€, je n’ai pas de chance ! Mais j’avoue que dans le cas présent, ça fait nettement moins mal ! ^^

 

L’idéal sera d’équiper ce casque de l’option Pinlock, cela vous dispensera d’ouvrir la visière dans bien des cas pour limiter l’apparition de la buée. Je ne l’avais pas personnellement à disposition pour cet essai.
En l’occurrence, lorsque la visière est fermée, la buée apparaît facilement dès que les températures passent sous les 10-12 degrés surtout en agglomération, ce qui est donc assez fréquent dans l’année ici dans les Hauts-de-France. Si, en plus, il pleut ou que vous êtes habitué à prendre des appels intercom et donc à dialoguer dans votre casque, le Pinlock est pour moi un accessoire indispensable.

Garder la visière fermée vous évitera aussi d’augmenter les nuisances sonores à l’intérieur du casque de toute manière. Le Kappa KV31 est plutôt correct sur ce point. Là aussi, je m’attendais à pire en réalité mais si vous n’êtes pas un minimum camouflé derrière une bulle de protection, il vaut mieux porter des bouchons d’oreilles pour des parcours d’1 heure et plus.

Sur le plan des ventilations, c’est la douche froide. Je n’ai jamais ressenti la moindre brise d’air frais qu’elles soient ouvertes ou fermées, cela doit être tellement négligeable que je ne parviens pas à ressentir de flux d’air même en me mettant debout sur la moto bien sûr. C’est le deuxième gros bémol de ce casque qui fait que je l’utilise beaucoup avec la visière principale ouverte et la visière solaire baissée (pour protéger les yeux), surtout sans le Pinlock anti-buée.
La ventilation mentonnière dévie d’ailleurs le flux d’air vers le haut directement sur l’intérieur de la visière, et je n’ai jamais constaté que la buée s’atténuait plus rapidement quand je l’ouvrais. Ce n’est donc pas qu’une question de sensation mais c’est bel et bien visible. Leur efficacité est très très faible, c’est vraiment regrettable.

 

Abordons enfin la partie confort de ce casque Kappa, un point très important mais malgré tout assez personnel en réalité.
Au contact de la peau, les mousses sont parmi les plus agréables que j’ai pu porter à ce jour. Ce touché velours est réellement agréable et n’apporte pas de chaleur outre mesure comparé à d’autres types de revêtements. Au pire, cela sèche un peu moins vite après une sortie très chaude, mais ça s’arrête là.
Le mal de front habituel que j’ai avec pour ainsi dire tous mes casques (question de morphologie, j’ai une tête plutôt ovale) n’est arrivé qu’après 1h15-30 de route environ, ce qui est très bon. J’ai bien apprécié ce casque pour des parcours routiers de plus d’une heure sans souci, les mousses sont bien moelleuses et l’écoute de la musique dans l’intercom passe le temps ^^

Je termine en précisant qu’il est compatible aussi pour les porteurs de lunettes. J’ai pu en faire l’essai sur une sortie sans noter de gêne outre mesure même si j’ai déjà eu un peu mieux encore.

 

Vous souhaitez nous soutenir ?

Si ce produit vous intéresse, sachez que vous pouvez nous aider à financer le site, en cliquant sur le lien ci-dessous pour l’acheter. Nous récupérerons ainsi une petite commission sur votre achat sans que cela ne vous coûte quoi que ce soit ✌️

Acheter le casque Kappa KV31 sur Amazon

 

Système de verrouillage de la mentonnière

Ce dernier titre va directement être illustré en vidéo puisque j’ai pris le soin d’effectuer un test de résistance de la mentonnière en fin de période de test. Je l’ai filmé dès le premier essai, donc ce que vous allez voir n’est pas un signe d’usure suite à une brutalisation, mais bel et bien la résistance réelle de ce système.

Le simple fait de taper de manière franche, sans aller à l’extrême non plus, suffit à faire lever la mentonnière. Etant donné qu’il n’y a pas de système de crochets métalliques pour réellement retenir cette partie du casque, on se rend compte qu’en insistant un peu à la main, il est possible de le mettre en défaut. On imagine bien ce que cela pourrait donner sur un choc net avec cet angle là le jour d’un accident sur la voie publique. Je vous laisse juge, les images parlent d’elles-mêmes.

A titre d’exemple, voici à quoi ressemble un système métallique de verrouillage de la mentonnière. On en trouve autant avec des systèmes en plastique qu’avec des systèmes métalliques dans cette gamme de prix. Le mieux, c’est de vérifier sur place ce qui marche vraiment ou pas.
Bien sûr, ce n’est qu’un exemple pour que vous ayez un repère visuel, ce n’est pas toujours évident de se l’imaginer à l’écrit.

 

Test du casque Kappa KV31, un modulable Touring très abordable, mais...
Ce casque modulable Kappa KV31 offre au premier abord un bilan assez mitigé, mais suite à cette mentonnière trop peu résistante aux chocs, j'ai fatalement revu mon jugement. Même si toutes mes remarques sont à mettre en perspective avec son prix de vente public de 145€ dans ce coloris Arizona Phantom, on ne peut pas lésiner sur la sécurité.

Ses plus gros défauts sont donc, à mon sens, le manque évident d'efficacité du système de verrouillage de la mentonnière, la ventilation très peu efficace, et le sifflement continu dès les 40km/h avec la visière grande ouverte.
En dehors de ça, c'est un casque tout à fait cohérent pour sa gamme, très satisfaisant sur le champ de vision qu'il procure, son confort, ou encore la manipulation de la mentonnière et de la visière. Il est plutôt dans la moyenne pour le reste.

Sans cette faiblesse de la mentonnière, ce casque aurait été tout à fait recommandable pour les petits budgets avec le Pinlock en option. Malheureusement, j'ai dû revoir ma note à la baisse car j'estime que notre sécurité prime sur le reste.
On a aimé
  • Intérieur velours, agréable et moelleux
  • Position jet efficace et sans accro
  • Grande visière claire et bonne visière solaire
On n'a pas aimé
  • Finition et système de maintien de la mentonnière
  • Sifflement visière ouverte dès 40km/h
  • Ventilations presque inefficaces
1.9Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.