En 2018, HJC décide de taper un grand coup dans le milieu des casques haut de gamme avec le HJC RPHA 90, un nouveau casque modulable imaginé par la marque Sud Coréenne, qui vient remplacer le RPHA MAX Evo.

On ne présente plus HJC qui fait partie des leaders mondiaux sur le marché des casques motos et qui a la réputation de sortir des casques au rapport qualité/prix/prestation souvent agressif. Ici le HJC RPHA 90 ne fait pas exception mais vient tout de même monter en prix afin de proposer le premier modulable haut de gamme de la marque, et ainsi venir marcher sur les plates-bandes de Schuberth ou encore Shoei.

Me voici avec un retour complet sur ce HJC RPHA 90 après 4000 km de parcourus avec sur route. Alors qu’en est-il de ce premier coup d’essai dans le haut de gamme ? Est-il à la hauteur des superlatifs dont la marque le qualifie ? C’est ce que nous allons voir dans ce test !

Déballage et contenu de la boite

A l’intérieur du carton d’emballage, on retrouve :

  • le casque HJC RPHA 90 protégé dans une housse de bonne qualité,
  • une bavette à venir scratcher dans le casque,
  • un écran anti-buée de la marque Skipfog (une filiale du groupe Pinlock qui produit des modèles spécifiquement pour HJC),
  • des mousses couvre haut-parleur,
  • un lot de stickers réfléchissants,
  • et enfin la notice.

 

Il ne reste donc qu’à installer le Skipfog et la bavette avant de commencer à utiliser le casque. Ces 2 opérations se réalisent sans difficulté. Le Skipfog est parfaitement taillé pour être inséré dans l’écran du RPHA90.

Présentation et finitions du HJC RPHA90

Découvrons maintenant le casque qui fait fort impression dès qu’on le prend en main. La première chose qui surprend dès qu’on le soulève c’est sa légèreté pour un casque modulable. En effet, avec un poids de 1500 gr (à +/-50 gr), il fait office de poids plume dans la catégorie.

Ceci est possible grâce à l’utilisation d’une calotte en fibre tri-composite PIM+ (pour Premium Integrated Matrix) qui est un mélange de carbone et de fibre de verre tissée. Cela permet ainsi à la calotte de rester légère tout en restant bien résistante aux impacts.

 

En parlant de sécurité, sachez que ce HJC RPHA 90 est homologué dans le cadre d’un usage exclusivement fermé (en version intégral). Personnellement, cela ne me dérange pas car cela ne me viendrait pas à l’esprit de rouler casque ouvert mais c’est un point à noter pour les fans de grand air.

Sur l’avant du casque, on retrouve un large écran incolore traité anti-UV avec un Skipfog faisant la pleine largeur de l’écran. Les crans sont fermes à l’ouverture/fermeture, et un clapet situé au centre de l’écran vient verrouiller solidement l’ensemble une fois fermé. Derrière l’écran, un grand écran solaire vient couvrir tout le champ de vision une fois déployé grâce à la glissière située sur le bas côté gauche du casque.

 

2 ventilations sont également présentes sur l’avant du casque : une première au niveau du menton et une seconde au niveau du front. Ces dernières sont réglables sur 2 niveaux (ouvert ou fermé).

On notera la présence de 2 surfaces réfléchissantes au niveau du front pour une visibilité nocturne accrue.

 

A l’arrière, on va également retrouver une ventilation qui fera office d’extracteur d’air une fois ouverte ainsi qu’un discret aileron pour optimiser l’aérodynamisme.

L’ouverture de la mentonnière du casque se fait grâce au levier rouge que l’on trouve sous la mentonnière. Il suffit de le pousser pour voir cette dernière s’ouvrir à 90°. L’écran gère tout seul l’ouverture de la mentonnière et ne pose pas de soucis à l’ouverture / fermeture quelle que soit sa position.

 

Le verrouillage de cette partie mobile est d’ailleurs confiée à des crochets entièrement en métal, gage de solidité et de résistance à l’ouverture en cas de choc. Le bruit d’ouverture / fermeture de la mentonnière est très qualitatif et participe au sentiment de qualité générale.

Point de détail à signaler que j’apprécie beaucoup, les côtés de la mentonnière sont creusés afin de faciliter la préhension avec des doigts gantés pour la fermeture. C’est un petit plus ergonomique fort appréciable au quotidien.

 

Passons maintenant au dessous du casque où l’on découvre un système de fermeture par boucle micrométrique métallique doublé d’une importante protection en tissu pour éviter tout frottement désagréable avec le cou. Elle aurait pu être un peu plus épaisse afin d’être plus rigide, cela aurait été pertinent. Pour l’ouverture / fermeture de la boucle, il suffit d’appuyer sur le bouton rouge pour permettre à la boucle de se libérer.

La bavette vient protéger du vent tout le dessous de la mâchoire et peut être détachée sans effort au besoin, grâce à sa fixation à scratch. De plus, pour une protection contre le vent et un silence accru, on retrouve de larges mousses de joues surmontées de bandes réfléchissantes, ainsi que des « lèvres » de tissu de chaque côté pour éviter les infiltrations de vent et les turbulences.

 

Enfin, à l’intérieur, on retrouve un tissu en MultiCool qui est antibactérien, anti-transpirant et capable de sécher plus rapidement. Cet intérieur est bien entendu démontable et lavable. Point de détail ici aussi à noter, on remarquera la présence de passages pour les lunettes grâce à des cannelures prévues afin de faciliter la vie des porteurs de lunettes.

 

Vous l’aurez compris, ce HJC RPHA 90 ne fait pas spécialement de fausses notes et, dans ce coloris blanc métal intitulé Pearl White Ryan à la peinture soignée, son style sobre est du plus bel effet. On sent que HJC a travaillé les finitions, les assemblages et les petits détails que l’on est en mesure d’attendre et d’exiger sur un casque haut de gamme.

Enfilage et usage sur route

Un casque, ce n’est pas censé rester à faire objet de décoration sur une étagère, donc passons à l’usage sur route afin de voir si l’on peut continuer sur cette lancée positive.

L’enfilage se fait facilement. On ouvre la mentonnière, on écarte les côtés du casque et cela passe sans difficultés. Les oreilles n’accrochent pas, la tête est à l’aise à l’intérieur et le tissu MutliCool est très doux au contact de la peau du visage.

J’ai par contre dû resserrer les sangles de la boucle micro-métrique qui était un peu trop lâche pour bien serrer sous mon menton. Cependant, l’opération se fait en quelques minutes grâce aux boucles de serrage présentes de chaque côté de la boucle.

 

C’est parti, on peut maintenant attaquer la route sous toutes ses formes mais surtout les routes de type départementales et autoroutes qui sont clairement ses terrains de jeu favoris, et ce pour plusieurs raisons.

Premièrement, j’ai été bluffé par les qualités aérodynamiques du casque. Il ne tremble pas et n’exerce aucune pression particulière même lorsque l’on roule à 130 km/h. On peut bouger la tête à gauche, à droite, il fend l’air sans devoir forcer sur la nuque.

Deuxièmement, le confort de port est très bon. J’ai eu l’occasion de faire plusieurs trajets de 1h30/2h et, il est à noté qu’au début, quand les mousses internes étaient toutes neuves, il me générait un léger appui pas super agréable sur le dessus de la tête (j’ai le même genre de gêne quand je porte un casque audio de type arceau sur la tête durant plus de 1h, pour situer le type de ressenti). Mais au bout de 1500 km, cela s’est rodé et je n’ai plus le soucis depuis, même sur des longs trajets. Il est désormais très agréable et ne me génère plus aucune douleur. Tout le monde est différent sur ce pan car l’on a tous une morphologie hétérogène, donc il est possible que vous n’ayez pas le même ressenti que moi.

 

Troisièmement, le système d’aérations supérieures est bluffant et permet de rouler bien aéré même en cas de forte chaleur. Pour les ouvrir, aucune difficulté à signaler même avec des gros gants. Comme elles sont bien larges et fluides, il est facile de les manipuler. D’ailleurs, les mousses de casque internes supérieures dont je vous parlais juste avant sont épaisses et rainurées dans le but de permettre au flux d’air de bien circuler et ainsi bien rafraîchir le haut du crâne. J’ai pu l’essayer entre Juin et Août et, je confirme qu’elles sont clairement efficaces une fois les ventilations avant et arrière ouvertes. En revanche, j’ai trouvé la ventilation de menton bien moins performante. Que ce soit avec ou sans bulle, on ne sent pas autant d’air passer que sur le dessus. C’est dommage, cela aurait appréciable.

 

Et enfin, quatrièmement, j’ai été surpris par la très bonne insonorisation que prodigue ce casque. Je l’ai trouvé aussi efficace qu’un Schuberth C4. Il absorbe bien les bruits ambiants, les bruits de vent, et permet ainsi de rouler confortablement plusieurs heures à 130 km/h sans bouchons d’oreilles et sans avoir d’acouphènes à la fin du voyage. Ne vous attendez pas non plus à un silence de cathédrale mais il fait partie du top référence dans le domaine des modulables à mes yeux.

Par ailleurs, certains testeurs tels que Ryan de FortNine, un youtubeur canadien, ont pu le tester et le comparer au Shoei Neotec 2 sur ce pan pour en arriver à la conclusion que le HJC RPHA 90 fait même un peu mieux que le nouveau modulable Shoei (voir la vidéo en anglais ici). Je n’ai pas pu vérifier par moi-même mais j’ai toujours confiance en son franc parlé.

 

Pour ce qui est des détails de confort à signaler, on remarquera que l’écran solaire est bien teinté et protège bien même en cas de soleil éclatant. Côté surface protégée, je ne pense pas que l’on puisse faire mieux car tout le champ de vision est couvert. C’est là aussi d’un grand confort et cela permet de pouvoir rouler visière ouverte sans prendre plein de vent dans les yeux. La glissière se manipule bien avec les gants. J’aurai juste aimé que le cran de déverrouillage soit moins marqué.

Le champ de vision XXL en largeur permet d’avoir une vision périphérique complète très appréciable en toute situation et le SkipFog est très efficace. Je n’ai pas eu moins de 10°C sur cette période d’essai de juin à août mais rien ne passe, pas de buée ni de pluie. En parlant de pluie, l’étanchéité de l’écran et de la mentonnière ont là aussi été sans reproche. Je n’ai pas eu autant de pluie qu’en hiver mais les grosses averses estivales que j’ai pu subir m’ont permis de constater l’absence de fuites.

Nettoyage et Entretien

Le casque se nettoie aisément avec de l’eau et une microfibre. Je n’ai pas vu de micro-rayures se former suite à mes nombreux frottements. Les matériaux et la peinture sont suffisamment de bonne qualité.

Le système de démontage de l’écran fait partie des plus simples que j’ai pu rencontrer à ce jour. Leur technologie « RapidFire 3 » permet un démontage rapide et sans outils en venant juste appuyer sur les tirettes sur les côtés, accessibles une fois l’écran ouvert.

 

Enfin, les mousses se démontent et se remontent sans grosse galère afin de pouvoir les laver à la main. On peut d’ailleurs constater que les emplacements pour installer des écouteurs d’intercom sont bien présents.

Prix, garantie, tailles et coloris disponibles

Concernant les prix et tailles, le HJC RPHA 90 est disponible en 6 tailles allant du 2XS au XL. Ces 6 tailles sont réparties sur 2 tailles de calottes pour optimiser le confort et la sécurité.

Côté coloris, il y a du choix avec pas moins de 12 variantes :

  • 6 coloris graphiques avec 2 designs différents (Tanisk et Rabrigo) proposés au prix public de 529,90€.
  • 6 coloris unis incluant 3 couleurs semi-mat, 2 couleurs métal et 1 fluo, proposés quant à eux au prix public de 479,90€
  • Enfin, un 13ème coloris vient tout juste de faire son apparition, grâce à l’acquisition des droits de la licence Star Wars, avec un modèle Star Wars Darth Vader / MC5 édition qui lui par contre sera proposé à 699,90€ (ressembler à Dark Vador a un coût !).

Tous les modèles sont garantis 5 ans, comme la plupart des casques de la marque sud coréenne.

Vous souhaitez nous soutenir ?

Si ce produit vous intéresse, sachez que vous pouvez nous aider à financer le site, en cliquant sur le lien ci-dessous pour l’acheter. Nous récupérerons ainsi une petite commission sur votre achat sans que cela ne vous coûte quoi que ce soit ✌️

Acheter le casque HJC RPHA 90 sur Motoblouz Acheter le casque HJC RPHA 90 sur Ixtem-Moto

 

Le test du HJC RPHA90 en vidéo

Test du casque modulable HJC RPHA 90 : nouvelle référence de la catégorie ?
Difficile de prendre en défaut ce HJC RPH 90. Pour un premier coup d'essai dans le domaine du casque modulable haut de gamme, je dois admettre que c'est un coup de maître.

On ressent dans ce casque la maîtrise et le savoir faire technologique accumulé depuis des années par la marque. Je n'ai que peu de reproches à lui faire, et le peu que j'ai ne sont que des défauts mineurs.

Personnellement, c'est devenu mon casque du quotidien pour aller au boulot tous les jours. J'ai été conquis par le confort, l'isolation phonique, l'aérodynamique, sa solaire, bref c'est le cocktail idéal du casque routier haut de gamme, proposé qui plus est, à un tarif particulièrement raisonnable (sauf la version Star Wars qui est vendue très chère) si on le compare à ses concurrents allemands ou japonais.
ON A AIMÉ
  • Insonorisation et très bonne aérodynamique
  • Large champ de vision et solaire performante
  • Ventilation frontale efficace
ON N'A PAS AIMÉ
  • Temps de rodage des mousses de tête nécessaire
  • Ventilation menton qui pourrait être plus efficace
  • Rembourrage de la jugulaire qui pourrait être plus important
4.6Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.