Fondée en 1972, Nolan est une société italienne qui se démarque principalement par le matériau utilisé pour ses casques, à savoir du polycarbonate moulé par injection, développé par la société Lexan.
Il faut savoir que ce matériau était déjà utilisé pour les casques de protection des astronautes. La partie histoire étant faite, nous allons revenir dans le présent pour passer au crible le N100-5 en coloris Flat Lava Grey, affiché à 414,99 € PPI dans ce coloris et 354,99 € en coloris uni. Voici mon avis après 5 mois d’utilisation.

L’intérieur de la boîte du Nolan N100-5

Dans la boîte rappelant l’Italie, il y a :

  • Le casque qui se trouve dans sa housse noire
  • Le Pinlock à installer
  • Des réfléchissants à coller histoire d’être en toute légalité en France
  • Et la paperasse habituelle, livret de garantie de 5 ans, manuel d’utilisateur, etc.

Sa partie externe, sa finition et son poids

Nolan oblige, la calotte est en polycarbonate moulé par injection de LEXAN. De la famille des plastiques, c’est le king du milieu, celui qui pèse dans le game ! Il offre le meilleur résultat en termes de résistance aux chocs violents, offre une bonne résistance thermique et est résistant aux UV.
Il est disponible en 2 tailles de calotte afin que les plus petites têtes n’aient pas l’impression de ressembler à un personnage de pop culture.

 

Le casque jouit de la double homologation P et J ! On peut donc rouler avec aussi bien en position ouverte que fermée. De plus, il est verrouillable via un bouton coulissant sur 2 positions.

Quant à la finition, elle se veut assez exemplaire. L’ensemble est bien emboîté et respire la solidité. La déco est aussi bien disposée, ça fait plaisir à voir, bref c’est clean !

Enfin, au niveau de son poids, il est annoncé pour 1650 gr à +- 50 gr, que j’ai plutôt relevé à 1732 gr pour mon taille M. Ce n’est pas un poids plume mais il est dans les normes actuelles pour un casque modulable.

Intérieur, aérations et ouverture

L’intérieur

Passons maintenant à l’intérieur du casque. Les mousses sont en Clima Comfort, ce sont en fait des mousses à double densité micro-perforées qui favorisent la ventilation, et le tout est certifié Sanitized (tissu anallergique). Bien entendu, les mousses sont démontables et lavables.

Derrière la mousse, on peut voir des trappes amovibles au niveau des oreilles qui laisseront leur place à des écouteurs. Il faut savoir que Nolan a ses propres intercoms (N-Com) qui sont compatibles avec les autres marques d’intercom via un pairage universel. Pourquoi est-ce qu’ils ont développé les leurs ? Pour mieux les intégrer au sein de leurs casques tout simplement, afin de parfaire le design et la prise au vent.
Pour ce casque-ci, vous devrez vous orienter vers la série B901 de N-Com, mais bien entendu vous pourrez y placer un intercom d’une autre marque sans trop de soucis.

 

Le verrouillage du casque se fait grâce à une boucle micrométrique qui est en plastique très résistant. Petite particularité, il y a un système de verrouillage microlock, l’ouverture se fait en deux étapes. On tire d’un doigt sur la partie rouge, et la section grise suit naturellement.

La visière claire dispose de 5 crans et est assez grande afin d’avoir un très bon champ de vision.
Pour la solaire, là aussi le système est un peu différent de ce que l’on voit habituellement. La glissière n’a pas simplement une position on/off, mais dispose de 4 crans pour 4 niveaux devant ses yeux. Et pour rabattre la visière solaire, il faudra simplement appuyer sur le bouton se trouvant à côté de la glissière pour qu’elle remonte d’elle-même.

Dernier point le démarquant des autres, il y a moyen de resserrer une partie autour du cou afin d’être encore mieux isolé du vent et du bruit. Il suffit de tirer sur les élastiques et ça se fait tout seul.

 

Les aérations et l’ouverture du casque

Pour celles-ci, on retombe dans de l’assez classique. Une aération au niveau de la bouche pour rafraîchir le visage et éviter l’apparition de buée sur les lunettes (pratique à la mauvaise saison), elle a deux positions, ouverte ou fermée.
Quant à l’autre aération, elle se situe sur le haut du casque et dispose elle aussi de deux positions, ouverte ou fermée.
L’extraction de l’air se fait à l’arrière en dessous du petit spoiler sur le haut du casque.

Quant à l’ouverture et fermeture du casque, encore une fois c’est assez inhabituel par rapport à la concurrence. Il y a un système de double action afin de pouvoir ouvrir le casque. En fait, il faut d’abord tirer la partie rouge en bas de la mentonnière afin de libérer la partie haute et ensuite pincer les deux pour déverrouiller le tout. Ça vous semble compliqué ? Dans les faits, c’est hyper simple !
Et en cas de chute, aucun risque que ça s’ouvre si on tombe la tête la première le menton vers le sol. C’est bien rassurant !
Autre particularité de l’ouverture du casque, c’est le mouvement elliptique que fait la partie mobile. En gros, la mentonnière se rapproche du casque en bout de course afin de limiter l’effet voilier pour ceux qui rouleront le casque ouvert, puisqu’il est aussi homologué en tant que casque Jet je le rappelle.

 

Usage sur route du N100-5

Comme d’habitude, on enfile le casque. Comme c’est un modulable, il faudra l’enfiler ouvert et comme bien souvent je dois un peu jouer avec le casque pour que mes oreilles se mettent bien en place, mais bon ce n’est pas dérangeant. On clipse la partie micrométrique et c’est parti !
Ah oui, bien entendu des lunettes passent sans problème et aucune gêne ne se fait sentir.

Maintenant qu’il est posé, je peux vous dire que le confort est au rendez-vous. Les mousses sont vraiment douces au contact de la peau et je me sens bien maintenu sans pour autant avoir une pression désagréable quelque part. C’est ici un sans faute !

 

Passons à l’isolation sonore. Globalement, elle est assez bonne, on est un poil en dessous du C4 de chez Schuberth mais ça ne se joue à pas grand-chose… Cela dit, tout n’est pas rose pour autant. Lorsque je roule avec la visière solaire relevée, j’entends un sifflement, et lorsque je la baisse, plus rien. C’est tout simplement dû à la partie en plastique qui permet d’actionner la solaire puisqu’il se trouve qu’elle est faite de 3 ailettes, et ce sont ces dernières qui génèrent le bruit. Mais bon comme je roule principalement avec la solaire baissée (je suis photosensible) ça ne me dérange pas plus que ça. Mais il suffirait de faire une partie pleine pour gommer ce défaut.

Autre petit défaut, lorsque je tourne très fort la tête pour regarder si je peux dépasser ou me rabattre, je sens et j’entends le bruit du vent passer par les cotés du casque. C’est dû au fait que la partie mobile n’est pas plaquée au casque ou qu’il n’y a pas de joint. Je ne l’ai perçu qu’a de rares occasions mais ça a sa petite importance et c’est bon à savoir.

Comme j’en parlais un peu avant, il y a une partie que l’on peut serrer au plus proche de son cou. Il suffit de tirer sur l’élastique pour le serrer et pour le desserrer il faudra presser le bouton en plastique. Dans les faits cette zone améliore sensiblement l’isolation sonore et empêche bien le vent de passer, c’est surtout appréciable en hiver.

C’est de là que vient le bruit lorsque je tourne fort la tête pour dépasser

L’angle de vision est vraiment grand, c’est toujours bien plaisant de voir un maximum de choses sans devoir systématiquement tourner la tête.
Les crans de la visière sont assez marqués et il n’y a pas de crissement bizarre, même lorsque le casque est mouillé. D’ailleurs, comme les crans sont bien marqués, je peux rouler visière légèrement ouverte (cran 1) afin d’avoir un apport d’air supplémentaire.
Concernant la visière solaire, elle est suffisamment teintée et devant ma vue que pour être efficace en tout temps. Mais petit bémol, en position au plus bas il m’est arrivé que la visière touche mon nez, c’est assez dérangeant lorsque ça arrive, car cette visière solaire est très fine et le contact avec celle-ci est vraiment désagréable. Cela dit, il suffit de s’arrêter au cran juste avant et plus aucun souci. Ce système a pour avantage d’être modulable à sa morphologie.

 

Pour en revenir à l’apport d’air, sachez que la ventilation est facile à manipuler et se veut bien efficace. La partie avant est divisée en deux grosses ventilations et on peut le dire, il y a du débit, c’est vraiment agréable par 28 degrés (c’est le plus qu’on ait eu à l’heure ou j’écris ces lignes) à tel point que je n’ai pas ressenti le besoin d’ouvrir la visière, sauf en ville à moins de 50 km/h…
Pour la partie haute, il a fallu un petit temps de rodage pour que la trappe puisse s’ouvrir plus facilement. Au début, je peinais un peu à l’ouvrir avec mes gants hiver car il n’y a pas grand-chose à accrocher pour ouvrir la trappe de ventilation. Mais une fois ouverte, elle fait bien le job aussi. J’ai souvent assez chaud sur le haut de la tête, et avec ce casque ça allait franchement bien. Je sentais bien le flux d’air parcourir ma chevelure plaquée contre ma tête et c’était assez rafraîchissant.
Idéalement, Nolan pourrait encore pousser un peu plus loin la ventilation du dessus, mais c’est déjà bien satisfaisant !

Enfin au niveau du Pinlock, je n’ai rien de négatif à dire. Je l’ai placé moi-même, il est bien plaqué et il fait super bien son job par toutes les températures. C’est parfait !

La vidéo

Test du casque Nolan N100-5 - Un bon rapport qualité / prix
Nolan frappe fort avec ce modulable !
Bien qu'il soit perfectible à cause du bruit du vent généré dans certaines conditions, le confort, la ventilation et la finition sont au rendez-vous !

Cela confirme que ce Nolan N100-5 est un vrai haut de gamme, qui est à prendre en considération lors de votre quête d'un casque modulable touring.
On a aimé
  • Le rapport qualité/prix
  • Le confort
  • La finition
On n'a pas aimé
  • Les bruits de vent dans certaines conditions
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.