Chez le constructeur Garmin, j’appelle le 340 LM ! Voici un GPS moto abordable (+/- 280 euros) qui devrait en satisfaire plus d’un, par son prix entre autre, mais aussi par ses prestations tout à fait satisfaisantes. Je vous en parle dans ce test suite à plusieurs semaines d’essai. C’est parti !

Présentation du GPS Garmin Zumo 340 LM

Dans la gamme du constructeur, vous avez le Zumo 310 tout en bas, puis ce Zumo 340 LM, le Zumo 390 LM et le Zumo 590 LM tout en haut.

Tous sont des GPS optimisés à l’usage sur un deux-roues puisqu’ils appartiennent à la gamme Zumo. Par définition, ils sont donc résistants à l’eau, d’une fabrication plus robuste, optimisés pour l’usage avec la main gauche, etc.

Ce que l’on retrouve dans la boîte

Concernant le GPS

Au déballage, on retrouve le GPS qui fait de suite bonne impression. Il est recouvert presque intégralement d’un plastique de type gomme qui le rend résistant aux chocs mais surtout insensibles aux griffes. Il ne craindra pas les mauvais traitements, hors écran. Quoique…

Il tient aussi du fait très bien en main, surtout lorsque vous porter vos gants moto. Il n’y a pas de risque de le laisser s’échapper.

La présentation est sympathique et ça reste un appareil plutôt compact, notamment avec une épaisseur contenue de 3 centimètres sur la zone la plus bombée. Il devrait prendre place aisément sur un support dédié juste derrière la bulle de protection de votre moto, par exemple.

Les accessoires

Pour le reste, vous retrouvez son support dédié ainsi qu’un sachet avec la visserie et tous les éléments de fixation du fabricant américain RAM Mount.

RAM qui n’est plus à présenter, c’est d’une fabrication très robuste et fiable dans le temps. On retrouve leurs kits avec les GPS d’autres grandes marques également, ainsi qu’en vente séparée avec toute une gamme d’accessoires utiles et garantis à vie pour la plupart.

Dernière chose, un câble USB pour le PC et un câble d’alimentation pour la moto sont inclus dans le package d’origine. La câble d’alimentation moto sera à fixer à l’aide d’une vis sur le support GPS et à raccorder à la moto à votre convenance. Soit directement à la batterie, soit via un branchement sur l’après-contact pour que le chargement se coupe lorsque votre moto est à l’arrêt, c’est une sécurité supplémentaire pour ne pas risquer un jour de vous retrouver avec une batterie déchargée en cas d’oubli !

Prenez la décision de l’installer ou non dès le départ sur la moto, car il faudra le mettre en place avant de fixer la platine principals à 4 vis et écrous.

 

Ses spécificités générales

Pour parler un peu plus du GPS lui-même, il dispose d’un écran anti-reflet de type WQVGA TFT et d’une résolution de 480 x 272 pixels sur les 10,9cm de diagonale, format 16/9 donc.

On retrouve à l’arrière le port micro-USB pour effectuer la recharge via un PC, ainsi que pour transférer vos fichiers et effectuer les mises à jour. A ses côtés, un haut-parleur prend place pour la conduite en voiture si vous disposez par exemple du support ventouse optionnel. La prise jack 3.5mm et le port pour la carte micro-SD se trouvent quant à eux sous le GPS.

Tous ces éléments sont protégés par des « trappes » en caoutchouc pour rendre le GPS étanche, puisqu’il détient la norme IPX7 qui le certifie étanche sous l’eau jusqu’à 1 mètre de profondeur, vous pouvez voir venir de ce côté là. J’ai eu l’occasion de le vérifier à plusieurs reprises.

Garmin annonce jusqu’à 7 heures d’autonomie dans les meilleures conditions (pensez à désactiver le bluetooth par exemple), ce qui colle avec ce que j’ai obtenu durant cet essai. C’est une très bonne autonomie qui sera suffisante pour une journée de balade avec les amis, sans avoir à le recharger.

Les services inclus

Ce GPS moto dispose de base d’une cartographie pour 24 pays de l’Europe de l’Ouest. A noter que cette cartographie vous est proposée avec des mises à jour gratuites et à vie comme bien souvent.
C’est bien entendu upgradable via un achat sur le site Garmin si vous avez besoin de plus de cartes.

Installez le petit logiciel Garmin Express, connectez le GPS à votre PC et vous pouvez effectuer vos mises à jour. Elles sont à faire de préférence au moins 1 fois par mois pour garder un bon signal GPS et une cartographie à jour.

Petit aparté : un point que je trouve regrettable (il ne concerne que ceux qui n’utilisent pas le système de charge permanente sur la moto), c’est que vous n’avez aucun voyant d’état de charge de la batterie, sauf à devoir allumer le GPS pour faire apparaître le logo à l’écran d’accueil. Une petite led qui passe d’une couleur à une autre pour indiquer la charge complète aurait été utile.
À savoir aussi, et c’est encore plus gênant, que vous ne pouvez pas utiliser le GPS pour commencer à rechercher une adresse tant que celui-ci reste connecté en USB au PC. Si sa batterie est vide, vous devrez attendre qu’il soit un minimum rechargé pour le débrancher et le manipuler.

Le logiciel BaseCamp vous sera utile pour créer des trajets personnels, retravailler vos trajets créés à partir du GPS lui-même, etc… Une solution gratuite mais que certains préféreront remplacer par quelque chose d’un peu plus complet et réactif comme par exemple ITN Converter ou Tyre To Travel, gratuits eux aussi.

Ce qu’il en est à l’utilisation

Mise en place sur la moto

 

Avant de pouvoir l’installer sur la moto, vous devez d’abord installer le système de fixation RAM Mount sur le support Garmin du GPS. A ce propos, le visuel des 4 écrous à l’arrière avec la tige fileté qui dépasse, ce n’est pas très joli joli… Garmin aurait pu par exemple fournir des caches en plastique à mettre par dessus pour la finition. C’est un détail, mais ça compte.

Sur le guidon, c’est du système RAM Mount, donc fixation au choix avec un U à placer de préférence au centre du guidon ou en latéral droit sur votre commodo avec deux vis fournies, plus longues qui celles d’origine. Ce sera donc suivant les préférences de chacun, mais personnellement, j’aime avoir l’appareil centré sur la moto, ça me semble plus sécuritaire. Aucun souci pour l’installation, ça se fait bien et en quelques minutes surtout avec un outil à cliquet.

Un mauvais point à noter pour ceux qui ne voudraient pas installer le câble d’alimentation fourni mais plutôt un câble USB standard à connecter sur l’allume-cigare ou le port USB déjà présent sur votre moto : lorsque le GPS est clipsé à son support, la trappe du port micro USB (au dos du GPS) se retrouve partiellement masquée, impossible donc d’en faire l’usage, ce qui est fort dommage !

 

Les premiers pas avec ce Garmin 340 LM

L’allumage du GPS est plutôt long, comptez environ 30 secondes. On tombe alors sur un écran d’accueil sympathique et agréable à l’œil.

Après quelques minutes, on prend vite ses marques, c’est intuitif et ergonomique. L’écran anti-reflet fait bien le job et la luminosité à niveau moyen suffira dans la majorité des cas. Si le soleil tape de face, montez-la un peu et vous n’aurez pas de souci à lire l’écran, chose qui se confirme sur la route.

Le tactile réagit instantanément, même au travers des gants. C’est efficace, à aucun moment je n’ai eu de souci de précision ou de non prise en compte de ma sélection. Le type de clavier qui vous est proposé est plutôt pratique à l’usage, malgré un temps d’adaptation nécessaire pour gagner en rapidité de frappe. Voir la vidéo en fin d’article pour une démonstration.

Seul petit bémol, l’écran n’est pas un multitouch donc n’espérez pas naviguer sur la carte (notamment la fonction de zoom) comme vous pouvez le faire sur votre Smartphone ou sur le dernier Tomtom Rider 40/400 à titre d’exemple. Quelques années les séparent, c’est bien normal.

Autre chose qui a pu se confirmer ensuite sur la route, c’est qu’il capte bien le signal GPS, même en intérieur là où d’autres modèles n’y parviennent pas du tout (GPS toujours à jour, je précise).

Sur la route

Un premier point tout bête mais très bien vu : le bouton d’allumage – de veille – d’extinction, se trouve côté gauche de l’appareil ! D’autres constructeurs devraient en prendre exemple, ça évite de lâcher la poignée de gaz de la moto, surtout pour les fonctions de mise en veille et d’extinction (car l’allumage se fait souvent avant le départ).

A ce titre, lors de la navigation sur route, si vous estimez par exemple connaître le trajet sur les prochains kilomètres, vous pouvez effectuer un appui court sur ce bouton pour le basculer en mode veille et ainsi économiser votre batterie. Appuyez à nouveau dessus et vous revenez presque instantanément sur votre guidage en cours. Très bien vu.

Lancez maintenant votre itinéraire ou choisissez de naviguer vers un point d’intérêt aux alentours, et c’est parti !

Vous avez droit à un visuel qui reprend l’ensemble des informations nécessaires et on prend vite ses marques. A savoir qu’il est personnalisable avec de multiples visuels différents déjà intégrés d’origine et accessibles dans le menu du GPS.

Tout en haut de l’écran s’affiche le nom de la prochaine route à prendre, avec sur la gauche la manoeuvre à effectuer et la distance restante jusqu’à celle-ci. En bas à gauche, vous connaissez votre heure d’arrivée, à droite votre vitesse en temps réel (qui vire au rouge lorsque vous dépassez la limite légale) avec la vitesse réglementaire en rappel juste à côté.

 

Vous pouvez au choix activer/désactiver les informations vocales d’un simple clic sur le haut-parleur, de même si vous désirez stopper l’itinéraire en cours en cliquant sur la croix rouge, sans quitter la carte cependant.

A ce sujet, pour ceux qui l’utiliseront en voiture ou au travers d’un intercom bluetooth, vous risquerez d’être agacé par cette voix que j’ai trouvé trop robotisée et hachurée, ça manque vraiment de naturel dans les instructions et j’ai préféré continuer avec les seules informations à l’écran, comme à mon habitude.

Le zoom automatique réagit très bien en fonction du type de route et de votre vitesse, rien à signaler là dessus ; le guidage se fait donc sans souci avec de quoi anticiper les prochains virages et intersections sereinement.

A noter que le recalcul d’itinéraire en cas de déviation, volontaire ou non, est très réactif. Démonstration à retrouver en vidéo également.

Je suis par contre déçu de ne pas y retrouver une fonction « routes sinueuses » que Garmin a préféré ne proposer qu’à partir du modèle de la gamme supérieure. C’est en ce sens que ce GPS manque un peu d’intérêt pour certains motards qui aiment tout simplement faire des sorties balade sans aucun but particulier, si ce n’est de profiter de leur monture, du bon temps et des virolos surtout… Un vrai manque qui fait défaut sur ce modèle en particulier malheureusement. Il faudra donc systématiquement passer par de la création d’itinéraire via un logiciel sur PC si vous préférez qu’il vous emmène sur des routes à sensation.

Petit bonus

Pour ceux qui roulent très régulièrement voire quotidiennement avec le GPS en place sur la moto, une application vous permet d’informer le GPS sur le suivi de santé de votre véhicule, des entretiens effectués avec la date, le kilométrage et le motif. Vous avez la possibilité d’ajouter/modifier/supprimer des catégories pour avoir un mémo complètement personnalisé et bien utile pour se rappeler des choses à faire.

Vous souhaitez nous soutenir ?

Si ce produit vous intéresse, sachez que vous pouvez nous aider à financer le site, en cliquant sur le lien ci-dessous pour l’acheter. Nous récupérerons ainsi une petite commission sur votre achat sans que cela ne vous coûte quoi que ce soit ✌️

Acheter le GPS Garmin Zumo 340 LM sur Motoblouz Acheter le GPS Garmin Zumo 340 LM sur Ixtem-Moto

 

Le test à retrouver en vidéo

Test du GPS moto Garmin Zumo 340 LM
Garmin propose là un GPS globalement de bonne facture, très résistant, réellement étanche, et avec une bonne autonomie d'usage. On peut facilement se passer du branchement permanent sur la moto.
Son écran est lumineux et réagit bien au tactile avec les gants moto mais il laisse un "voile blanc" dans certaines conditions lumineuses. C'est dû à la nature de la technologie employée.

Quelques points sont regrettables comme le port micro-USB qui n'est plus accessible lorsque le GPS est en place sur son support moto, mais surtout l'absence du mode routes sinueuses qui n'est proposé que sur la gamme du dessus chez Garmin avec le 390 LM.

Son prix reste malgré tout assez contenu par rapport à la concurrence au regard de sa qualité globale, et il est d'autant plus recommandable avec les promotions du moment suite à sa retraite prochaine face au 345 LM qui pointe son nez.
On a aimé
  • Robustesse et étanchéité
  • Ecran lumineux
  • Haut-parleur intégré pour un usage en voiture
On n'a pas aimé
  • Pas d'option routes sinueuses
  • Port micro-USB condamné par le support moto
  • Voix de guidage trop artificielle
3.0Note Finale

4 Réponses

  1. STEFF Guillaume

    Salut Galor, la forme ? Dis moi, as tu eu l’occasion de l’utiliser en off road via un fichier gpx transféré avec basecamp?
    Merci d’avance,
    Guillaume

    Répondre
    • GalorV6

      Salut Steff, en forme oui, surtout après un weekend TT qui redonne du peps 😀

      Avec ce GPS Garmin, j’avais essayé de charger un fichier GPX tout-terrain mais le GPS cherche absolument à suivre les routes qu’il connait et est limité en nombre de points sur la carte. En bref, ce n’est pas compatible 😉

      Actuellement, j’utilise l’application OsmAnd avec le Smartphone au guidon de la moto, c’est gratuit et ça fonctionne même hors réseau puisque les cartes sont préchargées 🙂

      A bientôt !
      Stéphane.

      Répondre
  2. Francisco Rosello Alcala

    Bonjour pour s’enregistrer sur le site gamin le site est en Français merci de votre réponse.
    Cordialement Paco.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.