Le fabricant espagnol Shad fait partie des marques historiques qui conçoivent des produits pour la moto et en particulier de la bagagerie. Depuis plusieurs mois maintenant, nous avons reçu à l’essai le modèle Shad SW38 qui ne manque pas d’intérêt pour son côté polyvalent aussi bien pour un usage régulier qu’occasionnel.

La gamme Shad SW compte à ce jour 4 nouvelles références 2020 au catalogue, à savoir une sacoche de réservoir SW22 de 13L par fixation magnétique, notre sac de selle et sac à dos SW38 de 35L, des sacoches latérales SW42 de 25L par sac, et un autre sac de selle et sac à dos SW45 de 40L. Toutes ces références reprennent une construction similaire, relativement robuste, étanche, et à la fois proposées à prix compétitif.

Présentation du sac Shad SW38

Afin de rendre ce produit particulièrement intéressant si vous ne vouliez en acheter qu’un, Shad l’a pourvu de bretelles réglables rembourrées en mousse EVA permettant ainsi de l’utiliser aussi bien en tant que sac de selle que comme un sac à dos. Si ce sac de 35 litres pourrait être amélioré sur quelques points dans chacun des cas comme nous allons le voir, il a au moins le mérite de pouvoir le faire. C’est un vrai 2 en 1 abordable proposé au prix public de 79€.

Il est vrai que, suivant le chargement que l’on souhaite emporter à moto (le poids, la nature des produits) et le type de sortie moto route ou tout-terrain, on aimerait pouvoir passer de l’un à l’autre avec un seul et même produit. Cela permet de limiter l’investissement si l’on n’a pas besoin davantage de capacité d’emport en termes de litrage.

 

A la réception, vous retrouverez donc 4 sangles textiles d’arrimage afin de pouvoir fixer le Shad SW38 sur votre moto. Chacune d’elles mesure 1,60 m de long par 2,5 cm de large, et l’on y retrouve un anneau en matière plastique ainsi qu’un petit élastique coulissant. Sur le sac, ce sont également 4 anneaux robustes en textile qui serviront à faire passer les sangles, ainsi que deux généreuses poignées pour le manipuler.

De chaque côté du sac on dispose du système Molle, c’est à dire plusieurs petites boucles pour permettre d’y accrocher d’autres éléments, ainsi qu’une grande poche à accès rapide d’environ 20 x 20 cm qui prend place au centre, sécurisée par une fermeture étanche.

Notez que tous les motifs et inscriptions grises sont réfléchissants afin d’améliorer votre visibilité de nuit. Il y en a aussi bien sur le côté qu’à l’arrière en hauteur, afin d’être efficaces même si vous disposez d’un top case à l’arrière de la moto.

 

L’intérieur du sac Shad SW38 est fait d’un seul compartiment général de 35 litres, il n’y a pas de possibilité de segmenter quoique ce soit. Ce sera à vous de soigner votre chargement afin de garder à disposition rapide ce qui doit l’être, et de mettre le reste le plus au fond du sac. La fermeture par enroulement, renforcée par un rebord en textile très résistant, assurera une parfaite étanchéité du contenu avec au minimum un à deux tours complets. Laquelle viendra s’accrocher de chaque côté via des boucles à clip rapide.

En ce qui concerne son matériau principal, on est en présence de PVC Tarpaulin Mesh 3 couches, à la fois résistant et facile à nettoyer. Certaines zones sensibles bénéficient de surcroît d’un revêtement texturé pour augmenter la résistance de l’enveloppe à l’abrasion, à savoir le dessous du sac et grossièrement toute la partie arrière.

Ce matériau thermosoudé garanti une étanchéité à 100% du sac de niveau IPX5. Par définition, cela signifie une résistance contre les poussières et autres résidus microscopiques, de même qu’aux jets d’eau de toutes directions à la lance.

Enfin, on notera l’absence de housse de rangement. Pratique mais pas indispensable, je préfère personnellement que le budget soit consacré au sac en lui-même plutôt qu’à ce genre d’accessoire.

Utilisation du Shad SW38 comme sac à dos ou sac de selle

Ci-dessous, le sac Shad SW38 représenté dans les deux cas possibles d’utilisation, à savoir en mode sac à dos sur la photo de gauche ou sac de selle sur la photo de droite. Cela vous donne une idée du rendu et de son encombrement sur un Trail routier de moyenne cylindrée.

 

Un sac à dos étanche et gros volume

A l’enfilage, le sac offre des possibilités de réglage au niveau des sangles d’épaules bien sûr, pour l’adapter à votre corpulence une fois équipé ou pourquoi pas pour une utilisation à pied sans l’encombrement d’une veste moto et de ses coques de protection. Une fois le bon réglage trouvé, on déplacera l’élastique coulissant afin de maintenir proprement le surplus de sangle.

On retrouve également une sangle de maintien au torse par boucle rapide, ajustable en écartement et en hauteur sur une zone de 15 cm. C’est-à-dire que que vous pouvez là aussi la disposer comme vous le préférez pour obtenir à la fois un bon maintien du sac et un confort optimal.

 

Pour ce qui est du confort, les bretelles sont relativement bien rembourrées sans être exceptionnelles, mais c’est le manque de rembourrage en mousse dans le dos qui pourra s’avérer un peu plus inconfortable à l’usage. Cela dépend de la nature du chargement comme par exemple une paire de chaussures qui pourrait se faire ressentir, mais aussi de la taille et du type de dorsale dont est équipée votre veste moto. En effet, de nombreuses dorsales modernes sont de nature souple et assez confortables au repos (matériau qui durcit instantanément lors de l’impact), ce qui pourra améliorer le ressenti du Shad SW38 sur votre dos.

Quoiqu’il en soit, il est évident que je vous déconseille de charger des éléments trop rigides et volumineux voire tranchants en cas d’impact violent, et que l’utilisation d’une dorsale de qualité est vivement recommandée de toute manière, sac à dos ou pas. On n’est jamais à l’abris d’un incident, réservez donc ce sac à l’emport de produits et de matériels qui ne risquent pas de vous causer un inconfort ou pire, un risque pour votre intégrité physique.

 

Malgré tout, pour un usage ponctuel, c’est en sac à dos que j’ai préféré utiliser ce sac le plus souvent. C’est ainsi plus pratique à chaque utilisation, cela ne prend que quelques secondes à l’enfiler, et le poids du sac arrive globalement à reposer sur ma selle une fois que j’ai trouvé le réglage de sangle idéal. C’est de cette manière un poids en moins, sans pour autant qu’il ne se fasse totalement oublier.

Fixation sur la selle à l’aide des sangles fournies

Si vous choisissez plutôt de le disposer à l’arrière de la moto, vous allez par contre devoir prendre quelques minutes pour adopter la meilleure méthode d’arrimage. Que ce soit sur votre selle en position passager ou sur la boucle arrière de la moto, pourquoi pas d’ailleurs en position longitudinale si vous avez assez de place, je vous recommande une fixation en 4 points pour garantir un maintien sans faille.

 

Les sangles fournies étant bien assez longues, 1.60 mètre pour rappel, vous n’aurez aucun mal à atteindre les points d’accroche nécessaires. Pour autant, j’ai trouvé que leur conception simpliste ne permettait pas d’effectuer cette opération de manière ludique et rapide. On cherche un moment à trouver la meilleure méthode de sanglage, en se rendant compte parfois que cela ne permet pas d’effectuer un serrage final efficace.

Si au moins les sangles étaient pourvues d’une boucle fermée sur un des deux bouts, cela permettrait une mise en place plus simple avant d’effectuer le serrage final des 4 sangles. C’est difficile à expliquer par des mots mais cela reprendrait une technique que j’ai déjà pu utiliser avec les sangles d’un sac de selle que j’ai eu par le passé. Malgré tout, une fois que l’on trouve la méthode optimale en prenant son temps, le sac tient bien en place sur la durée.

C’est vraiment le bémol qui m’a le plus titillé à l’usage en mode sac de selle, car pour ce qui est du reste je n’ai rien à en redire. Les 4 points de passage des sangles sur le sac sont particulièrement robustes, tout comme les épaisses poignées qui ne présentent pas la moindre faiblesse même en tirant dessus énergiquement. Je réserverai donc cet usage en sac de selle pour les déplacements de type road trip ou avec un mixte tout-terrain, plutôt qu’à un usage routier fréquent voire quotidien.

 

Un sac étanche de niveau IPX5

Pour ce qui est de l’étanchéité je ne me faisais pas de souci. Ce type de matériau et de fermeture par enroulement ont fait leurs preuves depuis de nombreuses années et dans de nombreuses applications, le Shad SW38 ne fait pas défaut. Les multiples sorties pluvieuses en cette période ont su garder mes affaires au sec, aussi bien dans le compartiment principal que dans la poche d’accès rapide qui se veut efficace.

Cette dernière peut s’avérer pratique pour y stocker les 4 sangles par exemple, ou bien une housse de transport de casque, une paire de gants, un tour de cou, etc. Évitez seulement d’y mettre des documents papier si la pluie s’intensifie, en particulier si vous l’utilisez à plat à l’arrière de la moto, la poche orientée vers le haut. Quelques fines goûtes finissent par s’infiltrer à la longue, ce qui est normal avec une fermeture par zip, étanche ou pas.

Vous souhaitez nous soutenir ?

Si ce produit vous intéresse, sachez que vous pouvez nous aider à financer le site, en cliquant sur le lien ci-dessous pour l’acheter. Nous récupérerons ainsi une petite commission sur votre achat sans que cela ne vous coûte quoi que ce soit ✌️

Acheter le sac Shad SW38 sur Motoblouz Acheter le sac Shad SW38 sur La Bécanerie

 

Le test du sac moto Shad SW38 en vidéo

Test du Shad SW38, un sac à dos et sac de selle robuste de 35 litres
Si vous hésitiez entre l'achat d'un sac à dos ou d'un sac de selle à bon prix, ne cherchez plus. Le Shad SW38 fera les deux, c'est un vrai 2 en 1 certes pas parfait, mais à mon sens imbattable au prix public affiché de 79€. Entre autres, sa construction robuste et étanche lui permet d'obtenir une jolie note globale.

Pour un usage fréquent et majoritairement pour des petits parcours, son utilisation en tant que sac à dos sera privilégiée afin de le manipuler en quelques secondes. Si un petit rembourrage en mousse dans le dos serait apprécié, cela ne s'avère pas rédhibitoire de ce cas d'usage si vous ne transportez pas d'objets trop rigides et volumineux.
Dans l'autre cas, en tant que sac de selle, c'est le système de sangle qui mériterait d'être mieux pensé afin d'accélérer la procédure d'arrimage sur la moto. Ce n'est pas mauvais, mais il existe des solutions un peu plus pratiques à l'usage.

On a aimé
  • Double usage, sac à dos ou sac de selle
  • Construction robuste renforcée aux endroits stratégiques
  • Prix de vente compétitif
On n'a pas aimé
  • Système d'arrimage des sangles à améliorer
  • Non rembourré dans la partie du dos
  • Pas de housse de rangement fournie
4.1Note Finale

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.