L’Icon Raiden DKR est sans doute le flagship de la marque. Il revient dans deux coloris monochromatic, le noir et le gris. Nous allons vous le faire découvrir dans ce test.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas et / ou qui vivent dans une grotte, voici un petit résumé de la marque.

Icon, c’est une marque qui a été fondée en 2002 aux USA. Via leur expérience, ils veulent nous fournir de l’équipement de qualité avec un look atypique. De manière générale on peut dire que le pari est réussi. Le matos a souvent un look carrément décalé pour notre plus grand plaisir !
Ce sont d’abord les Stunter qui ont été séduits, ensuite c’est le grand public qui a été conquis par la marque.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il faut vraiment prendre en compte que c’est un équipement qui sera plus adapté aux basses températures. Comprenez par-là, en dessous des 22-23 °C…
D’ailleurs si vous allez sur le site officiel de la marque, c’est clairement indiqué.

Ce n’est donc pas un équipement qui sera utilisé toute l’année.

 

La veste Raiden DKR

L’Icon Raiden DKR Monochromatic grise, avec un nom pareil on peut déjà dire que l’ensemble se hisse sur le podium des noms les plus longs…
Blague à part, cette veste disponible du S au 4 XL au tarif de 420 euros prix public, est fait de textile Hycor étanche et respirant Dupont Teflon. Elle dispose d’une coupe relaxe (large), de ce fait allez le tester en magasin si vous le pouvez avant achat. Car dans mon cas j’ai dû prendre 2 tailles en dessous pour que ce soit correct, et encore je le trouve un poil trop grand. Cela dit, la coupe étant large, ça ne choque pas, puis j’aime bien avoir de la place dans mon équipement…

Gros plus à mes yeux, il n’y a aucun scratch (velcro) au niveau de la tirette. La fermeture se fait classiquement via cette dernière et ensuite le rabat se ferme grâce à des aimants dissimulés et deux pressions, une en haut et l’autre sur le bas du blouson. Le bout de la manche se « ferme » via un long velcro, je préfère ça pour les manches que des pressions.
Que ce soit les tirettes ou les velcros, tout se manipule aisément et sans accroc, gage de qualité !

 

Au niveau du look, le Raiden DKR se veut sobre et atypique. Il n’y a pas d’esbroufe, c’est un équipement qui va à l’essentiel. Surtout dans ce coloris gris avec une touche de rouge sur l’inscription Raiden.
J’avoue que je l’aurais aussi vu dans un autre coloris, histoire de faire un clin d’œil à une certaine licence…

Protections

La protection a été confiée à du D3O homologué CE, que ce soit pour les épaules, les coudes et même pour la dorsale. Tout est inclus avec la veste, et comme c’est de plus en plus rare, il est bon de le souligner.
Les protections de coudes sont réglables sur 3 niveaux, de quoi pouvoir bien les adapter à votre morphologie.
Petit commentaire pour la dorsale, j’aurais aimé qu’elle couvre tout le dos car il n’y a que les parties moyenne et haute qui sont protégées. Cela dit il faut bien justifier les dorsales vendues séparément.

Confort

En terme de confort, on s’y sent assez bien. On ne ressent pas les protections et pourtant elles sont bien présentes. Tant mieux, cela veut dire qu’elles se placent naturellement. D’ailleurs je confirme, au touché elles se trouvent bien en place. Un gage de sécurité à mes yeux, pour certains ça tombe sous le sens mais ce n’est pas toujours le cas.
Gros avantage du D3O, sa flexibilité ! C’est d’ailleurs grâce à cela qu’on ne ressent pas du tout la présence de tout ce petit monde.

Le bord du col, comme celui des manches, est en matériau synthétique très doux. Il apporte un grand confort, néanmoins le col a une forme spécifique qui fait qu’au début il appuie assez fort sur la glotte. On ne va pas se le cacher, ce n’est pas agréable. Cela dit une petite période de rodage, histoire de casser sa forme, gommera en grande partie ce défaut.

Ensuite concernant les manches, elles disposent de coupe-vent qui finissent par un élastique qu’il faudra placer comme si on enfilait une mitaine. Le hic, c’est que l’élastique sert vraiment de trop, c’est désagréable et ça finit même par faire un peu mal au bout de plusieurs heures de balade… Pour bien faire, il faudra le couper et le faire plus large afin d’obtenir un vrai confort.

Pour toute la partie intérieure, c’est du textile mesh assez agréable au touché, qui laisse circuler l’air. Je n’ai rien à reprocher à ce niveau là non plus. Enfin on peut serrer le bas grâce à un élastique qui fait le tour de la veste.

La doublure thermique

La doublure thermique qui est fournie est assez intéressante dans sa conception, ce n’est pas une simple doublure car elle a des fentes disposées au niveau des aérations. De ce fait lorsque ces dernières sont ouvertes, une bonne aération se fait ressentir mais bien entendu la doublure limite le flux d’air. C’est particulièrement intéressant lorsqu’on fait de l’offroad mais qu’il fait froid, sous l’effort on a tendance à vite avoir très chaud et à transpirer. Ce système limite vraiment la transpiration sous l’effort, un réel bonheur si comme moi vous avez tendance à avoir vite chaud.

Toujours en parlant de la doublure, sachez que la manche de celle-ci s’arrête à la moité de l’avant-bras. À ce niveau là, c’est une autre doublure chaude et coupe-vent qui prend le relais. Celle là est par contre inamovible car elle est tout simplement cousue… Bien qu’elle soit super confortable et idéale pour les périodes plus froides, c’est clairement cette partie là qui empêche le blouson d’être toutes saisons !

Aérations

En termes d’aérations c’est là qu’ils ont fait vraiment très fort et surtout très efficace.
Sur le devant, il y a deux grandes tirettes qui dissimulent deux aérations très efficaces et ce même avec des températures avoisinant les 28 °C. En plus de ça il y en a aussi sous les bras, ce qui fait un réel bénéfice à l’usage. Sur la partie arrière il y a l’extracteur d’air, la chose qui empêchera de finir en mode parachute.

À l’usage c’est juste redoutable d’efficacité. Dès que les 30-40 km/h sont passés, on sent le vent circuler abondamment dans la veste. Moi qui ai toujours chaud, c’est rafraîchissant et c’est un réel plaisir !
Le seul bémol est au niveau des manches… Il n’y a pas d’aérations dessus. Et comme la partie coupe-vent est cousue, il est impossible d’avoir une aération des bras. On a vite très chaud lorsqu’il fait plus de 20°C. On finit trempé des avant bras, ce n’est pas super glamour. Mais comme c’est un équipement prévu pour les saisons plus froides, on lui pardonne.

 

Poches

La veste dispose de 5 poches sur la partie externe qui sont bien entendu étanches comme le reste de l’équipement.
Il y en a 2 plus classiques pour y mettre ses mains (ou des objets évidement). Notez qu’elles sont en une sorte de doudoune, un régal pour avoir chaud aux mains !
Puis une grande très visible qui permet de mettre un gros portefeuille, mais qui dispose surtout d’une microfibre pour visière ou lunettes, une bonne idée qui fait vraiment plaisir.
Mais aussi une poche sous le rabat suffisamment grande pour y loger un grand smartphone moderne.
Et pour finir, une poche un peu plus dissimulée sur la partie arrière droite via une pression, qui permettra d’y mettre toutes sortes de choses comme :

  • gilet fluo
  • T-Shirts
  • Slips
  • Chaussettes
  • Préserva…

On s’égare ! Bref tout ce qu’on peut avoir besoin le temps d’un week-end du moment que ce n’est pas trop dur, car elle fait toute la partie arrière basse de la veste. Il faut toujours se dire qu’en cas de chute, ça peut faire mal…

En interne, il y a une poche de chaque coté de la veste qui se ferme avec un zip, très classique. De plus, deux autres poches en mesh élastique dans le fond de la veste, de quoi y mettre des papiers sans le moindre soucis.
Petit bémol, je dois dire que j’ai eu un soucis avec la poche où on peut glisser un lecteur mp 3 – 4… Il s’avère que le fond de la poche a été mal cousue et du coup le trou s’est agrandi petit à petit. Je n’ai rien mis de tranchant dedans, la seule chose qui y rentrait c’était mon porte carte en cuir souple, autant dire que ce n’est pas ça qui a pu endommager la couture. Mais bon un petit tour de main avec du fil et une aiguille et le trou disparaîtra, il est bien placé.

 

L’étanchéité

C’est bien simple, je n’ai pas réussi à la mettre en défaut sur ce plan là, elle est bel et bien étanche… Bien entendu je n’ai pas fait de test hautement scientifique, j’ai simplement roulé une bonne heure sous la pluie. Et ça m’a permis de confirmer ce que la marque certifie, une excellente étanchéité. Enfin pour pousser la chose jusqu’au bout, on s’est dit que me faire arroser volontairement dans le jardin ça serait assez fun. Vous pourrez le découvrir plus clairement dans la vidéo !

 

Le pantalon

Ce pantalon disponible du S au 4 XL au tarif de 299 euros prix public est en fait un sur-pantalon. Il est déconseillé de l’utiliser sans un pantalon en dessous, que ce soit classique ou technique. (Je vous explique pourquoi en dessous).

Il est dans le même type de matériaux que la veste (textile Hycor étanche et respirant Dupont Teflon). La fermeture du pantalon se fait via deux pressions et une tirette,  il y a aussi un soufflet d’étanchéité supplémentaire. Le pantalon est ajustable sur les cotés via un système classique de velcro et en plus il dispose de superbes bretelles carrément trop swag. Sur ce pantalon il y a aussi des pièces en textile tout en bas des jambes, utilisées pour empêcher le pantalon de remonter. Cependant c’est à déconseiller avec des cales-pieds orientés offroad, vous aurez vite fait de les sectionner. De ce fait, à ne réserver que pour la route.

Le bas du pantalon est ajustable au niveau de la cheville via des pressions, deux niveaux sont possibles via ces derniers. En parlant des pressions, sachez que j’en ai perdu une…
Le pantalon étant assez large, je suis resté accroché à mon cale-pied droit et paf… ça a cassé. C’est clairement de ma faute et je ne remet pas en cause cet aspect du pantalon, c’est juste pour l’anecdote. En plus c’est facile à réparer, il suffit de remettre une pression.

 

Protection et confort

Comme pour la veste, sa protection a été confiée à du D3O. Il y en a naturellement aux genoux mais aussi aux hanches.
Premièrement, bien que je ne doute pas de leur efficacité, je trouve la taille des protections de hanches un peu petite par rapport à ce que j’ai déjà pu voir sur les autres marques.
Deuxièmement, la protection des genoux ne se met pas bien en place… Le D3O se positionne légèrement vers l’intérieur de la jambe. J’ai beau jouer avec pour les orienter comme il faut, elles finissent toujours par revenir à leur mauvaise place initiale. Néanmoins je tiens à préciser que c’est assez léger, c’est vraiment parce que j’ai bien inspecté la chose que je m’en suis rendu compte.

Place au confort, de ce point de vue là c’est impeccable. Comme pour le blouson, les protections ne se font pas ressentir. On y est bien, allez viens… Regarde comme on est bien. Regarde tout ce qu’on … Ok, j’arrête là.

Aérations et poches

Petite déception à ce niveau, il n’y a pas du tout d’aérations. C’est sans nul doute une des deux choses qui font qu’il n’est pas adapté pour la saison chaude.

Point de doublure hiver ici, enfin elle est intégrée en réalité. C’est un avantage car pas besoin de retirer de doublure quelconque. Mais c’est aussi un inconvénient, parce-que du coup ça limite grandement la plage d’utilisation. Avec cette doublure chaude intégrée, c’est un véritable défi de rouler avec lorsqu’il fait plus de 20 – 25 °C. Cela dit, il est destiné aux trois autres saisons et donc aux températures généralement inférieures.
Et pour ces autres périodes c’est le must, je n’ai jamais eu froid. En même temps avec un pantalon qui fait un peu coupe-vent en dessous, il n’y a pas de grand risque d’avoir froid.

L’étanchéité

Mon pantalon étant assez neuf et pas encore assez « usé », il n’a pas percé lors de mes sorties sous la pluie. Mais voulant savoir ce qu’il en était dans le temps, je me suis donc un peu renseigné autour de moi. Pas de solution miracle. Avec le temps les coutures se relâchent un peu (ce n’est pas décelable à l’œil nu) et de ce fait l’étanchéité n’est plus optimale. Je précise que ce n’est pas moi qui ai subit un trempage de sachet, mais MriMattheus qui a ce pantalon en usage personnel. Il m’a confirmé qu’à la longue, le pantalon tient bien les 45 premières minutes mais qu’il finit par laisser s’infiltrer un peu d’eau. Je n’ai pas encore trouvé le pantalon avec la solution parfaite, peut être un pantalon en Goretex ?

Les petites attentions de l’ensemble

Dans cette catégorie que je ne pensais pas spécialement créer, il y a deux choses qui m’ont interpellé.

Premièrement, dans la poche dissimulée sous le rabat, en gros la poche pour smartphone (dans mon cas), il y a une petite médaille qui y est fixée avec un élastique en textile… J’étais assez étonné car il s’agit en d’une représentation de Saint-Christophe le patron des voyageurs, celui qui veille sur nous lorsqu’on enfourche notre monture. Bien entendu, il faut être croyant pour ce genre de chose, ce que tout le monde n’est pas.

Deuxièmement, dans la grande poche externe que l’on ne peut pas rater, il y a une micro-fibre pour frotter la visière du casque.

Ce sont deux petites attentions qui méritent d’être notées.

 

Le test à retrouver en vidéo

 

Test de l'ensemble Icon Raiden DKR Monochromatic
Bien qu'un poil cher pour sa plage d'utilisation limitée, l'ensemble Icon Raiden DKR Monochromatic est un bon équipement, si on prend en compte le fait qu'il n'est pas fait pour la belle saison.

De manière générale il fait bien son job. L'étanchéité globale, les poches et la ventilation de la veste, m'ont assez séduit.
Mise à part un soucis de poche interne décousue, je n'ai pas rencontré de problème avec.

Pour 719€ l'ensemble, on aurait juste espéré un peu mieux tout de même en terme de polyvalence...
ON A AIMÉ
  • Le style
  • La ventilation de la veste
ON N'A PAS AIMÉ
  • Le prix
  • le manque de polyvalence
3.8Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.