Présentée comme une veste touring avec son nom très évocateur, cette nouvelle Hevik Stelvio ne manque pas d’allure. La marque italienne a développé un produit à la fois simple et abordable mais sans pour autant sacrifier les finitions et la polyvalence du produit.

Après quelques mois d’essai passés avec par presque toutes les températures sur route et en tout-terrain, nous allons voir à qui elle se destine exactement, avec quels atouts et quelles limites.

Présentation de la veste Touring Hevik Stelvio

La nouvelle veste Hevik Stelvio de type 2 en 1 se positionne en entrée de gamme sur le segment des équipements polyvalents de la marque. Si votre budget est serré et que la veste Hevik Titanium de type 3 en 1 n’a pas un grand intérêt pour votre usage, alors cette Stelvio sera l’alternative à considérer.

Disponible du S au 4XL dans 3 coloris différents (noir, noir/jaune néon, gris glacé) et dans une coupe homme ou femme, elle s’affiche à 189€ prix public.

 

Pour l’adapter au mieux à votre morphologie, on y retrouve des éléments de serrage par bouton pression au niveau des bras et du col, ou par velcro aux poignets, à la taille et près des hanches. En plus de la fermeture par zip YKK, l’avant de la veste se ferme par deux boutons pression en bas et par des velcros pour tout le reste du rabat. Le col étant quant à lui agrémenté de néoprène sur tout le pourtour du cou ainsi que sur deux zones à l’avant pour favoriser le confort.

 

Qui dit veste de type 2 en 1 dit doublures. La veste Hevik Stelvio est donc équipée d’une doublure fixe en mesh, d’une membrane imperméable fixe et d’une doublure chaude 100% polyester amovible. Cette dernière se fixe à la veste par une fermeture éclair sur tout l’intérieur, et par des boutons pression au bout des manches et à la taille pour une bonne tenue. On appréciera les détrompeurs de couleur rouge et noir pour la mettre en place sans prise de tête.

Lors des températures plus élevées, vous disposerez de 4 ouvertures « Dynamic Air Intake », soit 2 à l’avant pour l’arrivée d’air frais et 2 à l’arrière pour la régulation corporelle.

 

Du côté des possibilités de rangement, ce sont 2 grandes poches externes étanches de 15 x 17 cm que l’on retrouve au bas de la veste, fermées par un zip étanche, des boutons pression ainsi qu’une petite zone en velcro. Une autre poche se situe en haut derrière le rabat par velcro pour un accès rapide, étanche également avec un zip spécifique et des dimensions généreuses d’environ 15 x 15 cm. Enfin, vous disposerez d’une poche à l’intérieur de la veste du côté gauche de 11 x 17 cm, répliquée à l’identique dans la doublure chaude. Pas de grande poche cargo au bas du dos par contre.

 

Concernant la protection offerte par cette veste Hevik Stelvio, il s’agit d’un textile polyester 600 Deniers résistant à l’abrasion avec une zone renforcée au niveau des coudes. Les 4 coques aux coudes et aux épaules en matériau souple sont signées de la marque Safe Tech et certifiées EN 1621-1 2012 de niveau 1, avec la possibilité en option d’y ajouter la grande dorsale Hevik H-Full Back Armor certifiée de niveau 2.

 

Maintenant que les présentations sont faites, passons à l’essai sur le terrain pour voir si chaque élément joue bien son rôle dans la vie de tous les jours.

L’essai de la veste Hevik Stelvio 2 en 1

Enfilage et réglages

A l’enfilage, la coupe de cette veste ne révèle aucun souci particulier. Et j’irai même plus loin en précisant que malgré une perte de poids non négligeable entre le début et la fin de cet essai, je suis parvenu à effectuer l’ajustement nécessaire pour compenser le flottement qui apparaissait petit à petit. A ce jour, une taille M serait probablement souhaitable mais cette veste en taille L fait malgré tout le boulot tant l’amplitude des différents réglages est généreuse.

 

De même que pour le type de gants que l’on choisit de mettre, je parviens aussi bien à mettre en place les manchettes à l’intérieur ou à l’extérieur de la veste en fonction du modèle, de la saison et des intempéries. Cela peut paraître évident mais par expérience c’est loin d’être toujours le cas, du moins de manière aussi aisée que dans le cas présent.

 

Du côté du col, j’apprécie les deux boutons pression qui permettent un réglage resserré ou plus décontracté en fonction de ses préférences ou des températures. Il est de plus très confortable grâce aux empiècements en néoprène, je n’ai jamais eu à m’en plaindre sur ce point.

Là où j’ai été un peu gêné c’est lorsqu’il est en position grand ouvert avec le zip de fermeture principal de la veste descendu de quelques centimètres, donc lorsqu’il fait chaud. Le col n’étant pas préformé pour rester de côté, il a plutôt tendance à rester en position neutre et battre avec le vent lorsqu’on roule. Le métal du bouton pression vient alors cliqueter sur le casque et c’est dommage. C’est de l’ordre du détail en termes de conception mais ça ferait vraiment la différence à l’usage si cela avait été peaufiné.

Utilisation par temps chaud et en tout-terrain

Puisque cet essai se termine à l’été et par des températures élevées, enchaînons justement avec les choses qui sont en retrait. En effet, ce ne sera pas sa saison préférée puisque la membrane d’étanchéité est inamovible. Aussi bonne soit-elle, la respirabilité est forcément grandement impactée comme pour n’importe quelle veste de ce type.

Les 4 zips de ventilation sont équipés de fermetures classiques, non étanches. Vous l’aurez compris, il reste donc cette membrane d’étanchéité par derrière qui vient obstruer le flux d’air même lorsque ces ventilations sont en position ouverte. Il est vrai que l’on ressent quand même un certain apport d’air frais pourvu que la moto ne soit pas équipée d’une bulle de protection trop imposante, et je la trouve même étonnamment efficace en réalité, toutes proportions gardées. Les boutons pression qui servent à les garder bien ouvertes y sont pour beaucoup, c’est bien vu.

 

Si la veste Hevik Stelvio reste convaincante par des températures comprises entre 20 et 25 degrés, elle trouvera vite ses limites au delà. Il ne vaut mieux pas avoir à traverser trop de zones à 50 km/h ou pire des embouteillages, surtout dans ce coloris noir qui doit j’imagine renforcer cette sensation de chaleur par rapport au coloris gris glacé disponible au catalogue. Les ventilations demandent un minimum de vitesse pour jouer leur rôle, et leur petitesse ne peut suffire alors même que la membrane d’étanchéité par derrière limite l’apport d’air frais.

En toute logique vous l’aurez compris, le tout-terrain n’est pas non plus sa tasse de thé. Amener un Trail de plus de 200 kg sur des pistes plus ou moins roulantes devient vite très physique dès lors qu’on manque de respirabilité aux vitesses auxquelles on évolue. Il faudra un minimum de bagage technique pour être capable de compenser l’effort physique requis en ayant une bonne mobilité sur la moto, un bon choix de trajectoire et un bon cardio.

 

Elle peut donc tout à fait dépanner si vous estimez être un pilote expérimenté et apte à la supporter, dans la mesure où vos sorties tout-terrain ne sont pas trop techniques en termes de franchissements. Cela dit, même si vous roulez bien, c’est un collègue qui pourra avoir besoin de votre aide et là vous allez vite surchauffer si vous avez à relever ou pousser des motos, à partir à pied en reconnaissance, etc.

En bref je ne la conseille pas pour du tout-terrain, cela reste avant tout une veste plutôt dédiée à un usage routier et pour traverser quelques chemins roulants à l’occasion. A mon sens, une veste réellement polyvalente doit avoir une conception de type 3 en 1 et avec de grands panneaux de ventilation ouvrables.

Usage routier le reste de l’année et imperméabilité

Lorsque les températures sont plus raisonnables, c’est là que cette veste prend tout son sens. Cela dépend bien entendu de la sensibilité de chacun, mais on aura tendance à retirer la doublure chaude vers les 10 – 15 °C, et à ouvrir les ventilations au delà des 15 – 20 °C à titre indicatif. C’est sous les 25 °C qu’elle est le plus agréable et efficace en termes de régulation corporelle, donc à la mi-saison et en période hivernale.

 

On parvient alors à passer plusieurs heures avec en finissant par l’oublier, d’autant plus que cela reste une veste relativement légère à porter. Seules les coques de protection mobiles (mais qui tombent bien au niveau des articulations) vous rappellent qu’elle est bien là puisque ces dernières ont plutôt un toucher assez ferme. A ne pas confondre avec leur flexibilité qui est par contre très bonne ! Leur conception est tout à fait honnête mais on n’est pas au niveau du confort d’un matériau comme le D3O ou équivalent que l’on retrouve sur des vestes plus haut de gamme. J’ai juste trouvé les coques d’épaules un peu petites à la limite.

Concernant la période hivernale, je n’ai pas encore eu l’occasion de la mettre à l’épreuve en dessous des 8 °C. N’étant pas quelqu’un de frileux je suis persuadé qu’elle fera tout à fait l’affaire de toute manière. Mais ce que je peux dire c’est que je l’ai trouvée agréable et que je ne me sens pas engoncé dans la veste équipée de sa doublure chaude.

Si j’avais juste une remarque à faire sur cette doublure chaude ce serait à propos de l’absence de maille perforée sous les aisselles comme cela se fait parfois. Lorsqu’on porte simplement une chemise ou un t-shirt en dessous, je trouve cela plus agréable de conserver malgré tout un minimum de respirabilité à ce niveau pour ne pas avoir trop facilement d’auréoles sous les bras pour ceux qui y sont sensibles.

 

Lorsque le temps se dégrade, j’ai eu la bonne surprise à plusieurs reprises de constater la bonne étanchéité de cette veste Hevik Stelvio. La membrane d’étanchéité a toujours très bien jouée son rôle et je n’ai jamais été mouillé en dessous, que ce soit au bout des manches ou au bas du ventre comme ça peut arriver parfois. Cette membrane descend complètement jusqu’au bas de la veste et remonte ensuite de 6 à 8 cm par l’intérieur. Même chose au niveau des manches avec un retour sur 4 cm. On reste donc toujours bien au sec avec au pire une simple sensation d’humidité après de grosses pluies prolongées.

Et c’est exactement le même constat en ce qui concerne les poches. Les 2 externes au bas de la veste et celle du haut derrière le rabat par velcro ont toutes la mention « waterproof » sur l’étiquette orange, donc étanches. La membrane d’étanchéité les protègent également et les zip spécifiques utilisés jouent bien leur rôle. Mes affaires et documents papiers n’ont pas pris l’eau lors de mes essais sous la pluie, c’est donc un sans faute.

Petite note à l’usage, il arrive parfois que les zips de fermeture des poches viennent à se coincer justement sur l’étiquette orange. Ce n’est pas bien méchant mais ça m’arrive régulièrement.

 

On pourrait aussi lui reprocher l’absence d’une grande poche au bas du dos qui s’avère pratique pour y mettre un paire de gants ou plus simplement la doublure chaude lorsqu’on préfère l’enlever au bout d’un moment dans la journée. C’est dommage.

Je terminerai par contre en félicitant la marque pour avoir réussi à intégrer de manière très esthétique de multiples bandes rétro-réfléchissantes au design de cette veste. Elles jouent un rôle esthétique majeur que j’aime beaucoup, et sécuritaire évidemment puisqu’elles sont très efficaces vu leur taille. C’est une attention bienvenue que l’on apprécie à sa juste valeur et qui vieillit très bien dans le temps. Je ne constate aucune dégradation à ce jour.

Vous souhaitez nous soutenir ?

Si ce produit vous intéresse, sachez que vous pouvez nous aider à financer le site, en cliquant sur le lien ci-dessous pour l’acheter. Nous récupérerons ainsi une petite commission sur votre achat sans que cela ne vous coûte quoi que ce soit ✌️

Acheter la veste Hevik Stelvio sur La Bécanerie

 

Le test de la veste Hevik Stelvio en vidéo

Test de la veste Hevik Stelvio 2020 : une 2 en 1 agréable pour les balades à la mi-saison
La veste Hevik Stelvio s'adresse aux motards qui aiment rouler toute l'année mais de préférence hors période estivale. Elle ne va pas être très démonstrative par fortes chaleurs à moins que vous ne rouliez à 80km/h et au delà mais sera plus que satisfaisante en dessous des 25 °C pour le reste de l'année.
J'ai apprécié le soin du détail et tout particulièrement les nombreuses zones réfléchissantes qui participent à son design, ainsi que son imperméabilité que je n'ai jamais mise en défaut.

Je ne la recommande pas pour un usage tout-terrain à moins que vous n'ayez un niveau expérimenté et que la balade reste globalement roulante. Préférez un équipement dédié à cette pratique ou à la saison estivale pour bénéficier d'un maximum de respirabilité dans ces conditions.

En bref, je n'ai vraiment que peu de choses à lui reprocher à part son col si l'on roule avec en position ouverte et l'absence d'une grande poche au bas du dos. C'est plutôt de l'ordre du détail et principalement une question d'usage en réalité.
On a aimé
  • Bon niveau de finition et soin du détail
  • Imperméabilité réelle, pas de souci
  • Ventilations efficaces hors période estivale
On n'a pas aimé
  • Pas de poche cargo au bas du dos
  • Instabilité du col en roulant si on le laisse ouvert
  • Non recommandée par fortes chaleurs et en tout-terrain
3.8Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.