A l’heure où de plus en plus de fabricants de casque moto intègrent directement le module intercom en option, il y a les motards qui, pour le côté évolutif et personnalisable, préfèrent choisir un intercom universel. En effet, avoir le choix de la marque, des performances et de l’ergonomie du produit, est un avantage certain.

Il y a quelques mois, nous contactions la marque Midland pour évaluer leurs produits, et c’est vers le modèle Midland BT Next Pro que nous nous sommes tournés pour réaliser ce test complet. Voici ce qu’on en pense dans le détail après 3 mois d’essai.

 

Un point sur la gamme Midland 2018

Avant d’entrer dans le vif du sujet, voyons de quoi se compose la gamme intercom du fabricant italien, bien connu par ailleurs pour ses appareils de communication CB et autres Talkie-Walkie.

On y retrouve 4 appareils pour le motard, qui vous proposent un usage de base pour simplement communiquer avec son smartphone et ainsi rester joignable, jusqu’à la possibilité de communiquer avec plusieurs motards, à grande distance, d’avoir une bonne qualité audio pour la musique, et avec une grande autonomie pour vos balades et voyages.

Voici leurs spécificités dans les grandes lignes pour y voir clair :

Midland BT Go :

  • 119,99€ l’unité
  • Étanche,
  • norme Bluetooth 3.0,
  • connexion jusqu’à 2 motards,
  • portée de 200 mètres,
  • autonomie de 8 heures.

 

Midland BTX1 Pro Hi-Fi :

  • 172,44€ l’unité / 300,05€ le pack duo
  • Étanchéité IPX4,
  • norme Bluetooth 4.2,
  • connexion jusqu’à 2 motards,
  • pairage intercom universel,
  • portée de 300 mètres,
  • radio FM,
  • ajustement automatique du volume,
  • feu stop d’urgence,
  • autonomie de 30 heures.

 

Midland BTX2 Pro Hi-Fi :

  • 208,84€ l’unité / 379,99€ le pack duo
  • Étanchéité IPX6,
  • norme Bluetooth 4.2,
  • connexion jusqu’à 4 motards,
  • pairage intercom universel,
  • partage de la musique,
  • portée de 1000 mètres,
  • radio FM,
  • ajustement automatique du volume,
  • feu stop d’urgence,
  • autonomie de 30 heures.

 

Midland BT Next Pro Hi-Fi :

  • 299,99€ l’unité / 499,99€ le pack duo
  • Étanchéité IPX6,
  • norme Bluetooth 4.2,
  • connexion jusqu’à 8 motards,
  • pairage intercom universel,
  • partage de la musique,
  • portée de 1600 mètres,
  • radio FM,
  • ajustement automatique du volume,
  • feu stop d’urgence,
  • BTT Button inclus,
  • autonomie de 20 heures.

 

Contenu du package Midland BT Next Pro + BTT Button

Le modèle que nous avons reçu pour ce test comprend 1 boîte avec les deux kits intercom ainsi que 2 boîtes de l’accessoire BTT Button, qui est maintenant inclus d’origine concernant le modèle BT Next Pro. Vous comprendrez un peu plus loin tout l’intérêt de ce petit accessoire qui est d’ailleurs aussi compatible avec les Midland BTX1 et BTX2, en option cette fois.

Contenu de la boîte intercom Midland BT Next Pro Twin :

  • une belle valise textile semi-rigide de rangement,
  • 2 modules intercom Midland BT Next Pro,
  • 2 kits de fixation casque à pince,
  • 2 kits de fixation casque à coller,
  • 1 clé BTR pour effectuer le montage,
  • 2 kits d’oreillettes stéréo Hi-Fi,
  • 2 microphones filaires pour casque intégral,
  • 2 microphones perche pour casque modulable et jet,
  • 2 kits de velcros autocollants pour oreillettes et micros,
  • 1 câble de recharge USB vers micro USB,
  • 1 câble de recharge USB vers 2 micro USB,
  • 1 chargeur secteur vers USB,
  • 1 notice papier en anglais et italien.

Contenu de chacune des 2 boîtes du BTT Button :

  • 1 module principal Bluetooth,
  • 1 bouton filaire déporté à la poignée,
  • 2 sangles caoutchouc (dont 1 de rechange),
  • 2 velcros autocollants (dont 1 de rechange),
  • 1 notice papier en français et autres.

 

A ce stade, on peut déjà en faire deux constats. Le premier, c’est qu’on en a pour son argent. C’est très complet et qualitatif en main.
Le deuxième, c’est qu’il faudra se référer à la notice numérique pour l’avoir en français puisque la notice papier ne comprend que de l’anglais et de l’italien.

Voici le lien de téléchargement direct : https://www.alan-midland.fr/index.php?controller=attachment&id_attachment=155

Mise en route et installation des appareils

Logiciel Midland BT Pro Updater

Comme pour tout produit électronique, la première chose à faire est de le recharger à 100%, de le connecter à votre ordinateur, et de lui appliquer la dernière mise à jour en date à l’aide du logiciel approprié.

Installez le logiciel BT Pro Updater et téléchargez le dernier micrologiciel en date sur cette page : https://www.midlandeurope.com/en/page/12236-mwe-2018
A la réception, le firmware des intercoms datait du 13 Novembre 2016. Suite à quoi nous avons installé celui du 31 Juillet 2018, c’est à dire la version 3.74.
Pour le moment, il faut donc aller rechercher manuellement le firmware sur le site Midland pour vérifier si une mise à jour est disponible. À cela, la marque nous a précisée qu’il est possible qu’une mise à jour logiciel permette à l’avenir de détecter et de télécharger automatiquement le dernier firmware en date.

 

L’interface logiciel est un peu rustique et il se trouve mal traduit en français à plusieurs niveaux (choix de la langue en haut à droite). Il y a de quoi peaufiner cela à l’avenir.

Le nombre d’options personnalisables est important. On peut y ajuster les sensibilités de plusieurs fonctions, les activer ou non, compléter ses stations radio préférées, et même jouer avec un égaliseur audio (Tone setting). Cette dernière est bienvenue !

Tant qu’on est sur le logiciel PC, j’en profite pour vous inviter tout de suite à décocher l’option « Audio Reduction » dans la fenêtre qui s’ouvre en cliquant sur « Volume de l’appareil ». En effet, tant que l’option reste cochée, le volume maximum de l’intercom est totalement bridé, peu importe le niveau de volume choisi dans le réglage. Après cela, on peut enfin écouter sa musique avec un niveau conséquent et suffisant.

Installation du Midland BT Next Pro sur votre casque

De base, les intercoms sont livrés montés sur les supports autocollants 3M pour venir les coller à votre casque. Etant donné l’encombrement de l’électronique incluant le feu stop d’urgence, c’est le montage que je recommande si votre casque le permet. Dans mon cas, j’ai choisi le montage par pince pour une plus grande flexibilité, et il suffit pour cela de démonter les 2 vis BTR à l’aide de la clé fournie pour y installer le bon support.

 

L’installation ne pose pas de problème même sur un casque avec des rebords importants et des reliefs, comme sur ce Nexx X-D1 ou sur le Nexx X-WED2 de Matthieu. Serrez modérément les 2 vis de maintien pour une bonne tenue une fois que vous avez la position optimale.

Les câbles sont qualitatifs, il ne craignent pas le moindre pincement et sont assez longs pour effectuer une mise en place de manière discrète en les passant dans la lèvre du rebord du casque. Les écouteurs sont plutôt compacts, et j’aurais simplement apprécié que Midland fournisse des cales d’épaisseur pour ajuster leur proximité à vos oreilles comme cela se fait parfois. Cela permettrait d’optimiser le confort d’écoute dans certains casques en limitant les bruits parasites du vent.

 

Le module intercom se glisse et se clipse de manière franche et sûre dans son support. Aucune faiblesse n’a été constatée.

La petite antenne n’est présente que sur ce modèle BT Next Pro. Même si c’est une antenne fixe, j’ai trouvé cela bien vu qu’elle soit flexible. Il n’y a pas de risque de l’endommager lors d’une mauvaise manipulation un peu brutale.

D’un point de vue ergonomie, cet intercom est plutôt satisfaisant mais pas infaillible. Il faut exercer une pression assez forte (trop ?) sur les boutons et j’aurais aimé que le bouton central soit en relief décalé par rapport aux deux autres de chaque côté, de telle sorte qu’on les distingue mieux les uns des autres, en particulier avec des gants mi-saison et hiver.
Ça reste plutôt pas mal, mais peut mieux faire 🙂

A quoi va servir l’accessoire BTT Button ?

L’intercom Midland BT Next Pro permet de communiquer jusqu’à 6 motards en « one-to-one » et jusqu’à 8 motards (4 motos) en mode conférence, avec une distance allant jusqu’à 1,6 kilomètre entre les motos. Nous ne retrouvons pas de mode de pairage « Mesh » chez Midland, contrairement à ce que proposent Cardo et Sena pour leurs modèles les plus haut de gamme de même tarif (le Sena 30K et la série Cardo Smartpack et Packtalk).

Le mode de pairage Mesh étant le plus performant et le plus approprié pour des conversations avec un grand nombre de motards, pourvu qu’ils disposent tous d’un appareil compatible et de la même marque. C’est d’ailleurs souvent ça le problème en balade… cette restriction complique les choses en dehors du fait que la fonction n’est réservée qu’aux modèles haut de gamme, donc chers, et encore peu répandus.
Mais si l’on imagine que c’est le cas, alors chaque motard peut communiquer avec tous ses collègues à la fois, avec un pairage facile, sans être impacté par un changement de position dans la file, ou même si l’un d’eux quitte et/ou rejoint le groupe plus tard après le départ. C’est un maillage totalement dynamique où les intercoms communiquent entre eux via leur propre protocole de communication, sans avoir à respecter de chaîne de pairage comme pour les modes de pairage classiques.

Et c’est là où Midland a préféré choisir une solution alternative en réalisant une application smartphone BTTalk et en incluant (pour le BT Next Pro) l’accessoire BTT Button. Le système permet de communiquer avec un nombre illimité de motards, partout dans le monde, et peut importe la marque de votre intercom. Voilà qui est intéressant !
Cela dit, le protocole de communication ne repose pas sur la technologie des intercoms mais bien sur le réseau de téléphonie mobile de votre opérateur (Orange, Bouygues, SFR, Free…). Nous verrons plus loin ce que cela donne à l’usage.

 

Le bouton déporté sur la poignée de la moto n’est ni plus ni moins qu’un système de Talkie-Walkie. C’est-à-dire qu’il faudra appuyer pour parler, chacun son tour.
Même s’il fonctionne avec une pile, son autonomie est presque illimitée puisque sa consommation est négligeable. Il est bien entendu étanche aux intempéries et l’application BTTalk est disponible sur Android comme sur iOS.

Procédures de pairage

Pour chaque pairage à effectuer, il faut commencer par éteindre l’appareil. En effet, Midland a fait ce choix pour, selon eux, simplifier la procédure de pairage et éviter de s’emmêler les pinceaux avec les fonctions de chaque bouton quand l’appareil déjà en marche. Pourquoi pas, cela se discute. Nous n’avons pas plus de mal avec d’autres marques d’intercom sans avoir à les éteindre pour autant.

Exemple, pour pairer un Smartphone ou un GPS (activez le Bluetooth sur votre appareil) :

  1. allumez l’intercom en le faisant entrer en « mode configuration » en restant appuyé 7 sec sur le bouton central
  2. appuyez 3 sec sur la touche volume + ou volume – (au choix)
  3. entrez le code PIN 0000 dans votre téléphone ou autre si nécessaire

Une fois le pairage réussi, l’intercom revient tout seul dans le mode en cours et est prêt à être utilisé.

Pour pairer un autre intercom Midland :

  1. allumez l’intercom en le faisant entrer en « mode configuration » en restant appuyé 7 sec sur le bouton central
  2. appuyez 3 sec sur la touche avant ou centrale ou arrière (au choix)
  3. effectuez la même opération sur l’autre unité
  4. une fois le pairage réussi, quittez le « mode configuration » en appuyant 2 fois sur la touche centrale

La Led revient alors au bleu clignotant et vous pouvez lancer la communication intercom en cliquant 1 fois sur le bouton correspondant au canal de pairage choisi sur l’un des deux intercoms au choix. Vous devez être en mode « intercom » pour commencer une communication intercom.

 

Le pairage entre 4 intercoms Midland est plutôt simple à réaliser puisqu’il suffit d’en pairer 1 par bouton avec la procédure standard, sachant que vous avez 3 boutons principaux. Mais au delà, c’est à dire de 6 à 8 intercoms, je vous avoue que cela devient un peu un casse-tête.
Avec une notice sous les yeux, on imagine à peu près quoi faire. Mais on sait bien que dans la réalité, entre le temps que cela prend et la multitude des appareils à manipuler en suivant une procédure et un ordre stricte, c’est très vite une usine à gaz. On ne va pas se mentir ^^

L’intercom Midland BT Next Pro est bien sûr compatible avec les intercoms d’autres marques (Talk2 All) tout comme les BTX1 et BTX2. L’autre intercom devra alors être pairé en mode téléphone comme habituellement, ce qui limite grandement la distance entre les 2 motos. On parle de 300 mètres environ en champ libre.

Nous avons ainsi réussi à pairer les intercoms Midland BT Next Pro avec ces appareils : Smartphones iPhone SE et Samsung Galaxy S9, GPS Tomtom Urban Rider et Tomtom Rider 550, Intercoms Cardo Q2 et Sena 30K.

Note : une amélioration pratique serait d’y ajouter des informations / confirmations vocales sur ce que l’on est en train de faire pendant les procédures de pairage, afin de ne pas avoir à visualiser la couleur de la Led. Exemples : « pairage intercom » – « pairage intercom universel » – « pairage réussi » …).
Ici, pour la majorité des fonctions de pairage, on ne sait pas exactement ce qu’il en est si on a le casque sur la tête, mis à part quelques « bip » discrets parfois.

D’ailleurs, l’intercom ne fonctionne qu’en anglais pour le moment en ce qui concerne ces instructions vocales. L’équipe technique nous a dit travailler sur des traductions en français, italien, espagnole, allemand et japonais. Sans plus de précision sur le délais.

Il existe une application Smartphone appelée BT SET APP, pour Android uniquement à ce jour. L’application iOS est en cours de développement.
Celle-ci permet de modifier certains réglages de l’intercom, d’accéder à la fonction radio FM, à la lecture de votre musique, ou de composer un numéro de téléphone par exemple. Mais elle ne permet pas encore d’effectuer des pairages simples entre intercoms Midland, il faudra inévitablement manipuler son appareil pour cela.
Nous sommes à la version V2.3 pour cette période d’essai.

Il reste encore pas mal de fonctions manquantes à l’appel et qui seraient bien utiles à l’usage, sans compter son interface un peu désuète et sa traduction approximative. La concurrence a de l’avance sur ce point, c’est dommage sur un produit de cette gamme de prix.

Ce qu’on en pense à l’usage, le grand test !

Les fonctions intercom et téléphone

L’intercom a une portée théorique de 1600 mètres en champ libre et sans interférences majeures (circulation dense, antennes à proximité, etc…). Dans la pratique, il faut dire que c’est une distance conséquente que vous atteindrez rarement sans virages entre 2 motos. Jusqu’à 1000 mètres, on ne se voit déjà pratiquement plus, et c’est seulement à partir de là que l’on a noté des dégradations dans le signal à l’usage. Cela dépend des mouvements de tête, de la végétation et autres. Plus on s’éloigne, et plus la communication y devient sensible.

En dessous des 1000 mètres et en champ libre, le Midland procure un son très bien traité, débarrassé de toute perturbation du vent et même du bruit moteur tant que vous ne faites pas une grosse accélération (Noise killer).

Notre petite déception viendra uniquement du volume maximum trop faible pour cet usage intercom et téléphone également, dès lors que l’on passe les 70km/h.
Si nous avions la possibilité de booster davantage le volume sonore, cela aiderait beaucoup à ne pas se faire régulièrement répéter à des vitesses courantes sur nationale ou pire, sur voie rapide.

Note : vous devez être en mode « intercom » pour commencer une communication intercom, et en mode « phone » pour utiliser l’assistant vocal « Siri » ou « Google Assistant » en cliquant une fois sur le bouton avant, pour passer un appel par la voix par exemple.
Pour répondre à un appel téléphone, cliquez une fois sur le bouton avant ou prononcez un mot si la fonction VOX est active. Pour le refuser, cliquez 3 sec.

L’application BTTalk et son BTT Button

Concernant l’application BTTalk, son interface est plutôt réussie. Il suffit de se créer un compte, d’y faire communiquer son intercom (de toute marque) et son BTT Button. Ce dernier étant optionnel puisque l’écran du smartphone peut prendre le relais, mais c’est à réserver pour un usage piéton de préférence.

Une fois fait, on se crée un groupe de discussion et chaque motard s’ajoute au groupe pour pouvoir communiquer via le réseau téléphone 3G/4G.
Le côté multi-marques et sans limite de distance est un vrai plus, mais l’usage du BTT Button à la poignée et la qualité du réseau de votre opérateur mobile risquent très vite de vous laisser sur votre faim.

En effet, devoir appuyer sur un bouton pour parler (rester appuyé pour parler ou bien appuyer une fois, parler, puis relâcher), rend les dialogues beaucoup moins spontanés alors que c’est typiquement ce qu’on aime à moto. Le fait de pouvoir réagir à tout et n’importe quoi en temps réel, d’avoir une conversation fluide.
Ici, il faut effectuer une ou plusieurs actions à chaque prise de parole, sans compter les latences que l’on a parfois, du fait entre autres que cela passe par un réseau téléphonique de +/- bonne qualité là où vous roulez.

 

Et ça, c’est quand vous avez du réseau. Car les zones creuses entre deux antennes relais sont fréquentes sur la route et vous perdez alors toute possibilité de communication alors que vos amis sont parfois juste là, à côté de vous avec leurs motos 🙁
Pourtant, nous faisions nos tests sous le réseau Orange et Bouygues Telecom, il y a pire comme couverture réseau. Le bon côté est que l’application vous permet de revenir automatiquement dans le groupe de discussion dès que la captation est bonne à nouveau.

Il faut dire aussi que le fait de devoir manipuler un bouton à la poignée (gauche), il se trouve qu’il y a beaucoup de situations où cela devient délicat à manipuler rapidement en dehors des lignes droites ennuyeuses que l’on préfère tous éviter en balade.
Dès que l’on manipule l’embrayage, le frein, le clignotant, que l’on effectue une prise d’angle pour son virage, etc… ce sont plusieurs secondes pendant lesquelles vous devez avoir la pleine maîtrise de votre moto et où vous n’allez pas pouvoir avoir une conversation fluide avec vos collègues sur la route avec ce système.

Le principe est pas mal sur le papier. Mais dans la pratique, cette solution ne conviendra pas à tous les usages. C’est un système qui ne viendra jamais remplacer le pairage avec la technologie Mesh mais il peut s’avérer intéressant pour garder une certaine tranquillité, communiquer ponctuellement et ne donner que des instructions utiles lors d’un événement par exemple, à défaut d’avoir une vraie discussion en temps réel entre amis.

L’écoute musicale, radio FM, Spotify

La réception radio FM laisse à désirer comme pour tous les intercoms que j’ai eu l’occasion d’essayer. On y perd facilement le signal, la qualité d’écoute n’est pas géniale quand on capte quelque chose, et la fonction de recherche automatique s’arrête trop souvent sur des stations qu’il ne capte pas ou mal. Ce dernier point a été remonté à la marque, c’est en cours d’amélioration pour la prochaine mise à jour.

Le meilleur moyen de juger de la qualité audio de ces haut-parleurs, c’est avec le streaming musical sur Spotify, Deezer, etc… à l’aide de votre Smartphone.
Et là, c’est une bonne surprise ! Le son est clair, assez précis, et le volume maximum est plus que suffisant dans la majorité des cas. Le grave est en retrait mais le son est intelligible et ne manque pas de détails même sur des musiques un peu complexes.

Comme d’habitude, les résultats varient d’un casque à un autre, mais vous avez la possibilité de jouer avec l’égaliseur audio dans le logiciel PC pour affiner vos préférences d’écoute. Le son est criard ? Trop d’aigus ? Baissez-les ! Vous manquez de grave ? Ajoutez quelques valeurs de plus 😉

 

N’en attendez pas non plus des performances dignes d’un casque audio dédié comme si vous marchiez dans la rue, puisqu’on a forcément les nuisances sonores et autres perturbations du vent dans le casque, et que les écouteurs ne collent pas totalement à vos oreilles. C’est aussi ce qui provoque une déperdition du grave comme pour tous les intercoms moto.
Mais si je devais donner un classement sur le rapport qualité audio / volume maximum (en musique), ce Midland trône sans problème sur le podium en 1ère ou 2nd place des grandes marques d’intercom.

Note 1 : il faut savoir que l’intercom Midland ne gère que son propre volume audio et pas celui de votre Smartphone comme ce que fait Cellularline par exemple. Du fait, il faut penser à monter le volume du Smartphone au maximum avant votre départ en balade pour profiter de toute la puissance audio de l’intercom. Ensuite, ce volume est mémorisé à chaque connexion automatique à l’intercom, sauf si vous aviez éteint votre Smartphone entre deux.

Note 2 : avec le firmware actuel 3.74, vous allez avoir une atténuation d’une seconde accompagnée d’un « bip » à chaque pression sur les boutons pour augmenter ou baisser le volume sonore. Cela crée un retard très désagréable qui n’a pas lieu d’être. Midland nous informé que cela sera supprimé sur la prochaine mise à jour normalement. Qui a bien pu avoir une idée aussi bizarre ? ^^

 

Un bon point relevé, c’est que la fonction d’ajustement automatique du volume (AGC) est particulièrement pratique pour ne presque pas avoir à retoucher le volume de l’intercom pendant la balade. Plus vous prenez de la vitesse et plus le volume sonore augmente, et vice versa. Le niveau de sensibilité est ajustable dans les réglages PC et Smartpone.
Cette fonction est maintenant courante dans les intercoms mais pas toujours présente. C’était à noter.

Enfin, il faut savoir que l’écoute de la radio FM n’est pas possible en même temps qu’une autre source audio telle que les instructions vocales d’un GPS par exemple. La radio FM va se couper quelques secondes pour reprendre ensuite à chaque instruction de navigation, contrairement à de la musique en streaming via Spotify, qui va continuer à jouer en arrière plan.

Feu stop d’urgence, fausse bonne idée ?

Le feu stop d’urgence intégré aux 3 intercoms Midland BTX1, BTX2 et ce BT Next Pro nous intriguait tout particulièrement. Celui-ci est censé s’allumer lors d’un freinage + ou – appuyé sur les freins, avec la possibilité d’ajuster sa sensibilité dans les réglages PC et Smartphone. De cette manière, ce feu stop vient, en théorie, complémenter celui de votre moto pour attirer davantage l’attention de celui qui vous suit.

 

Cela part d’une bonne idée, mais cette conception n’apporte rien d’efficace dans la réalité. Sa surface émissive étant bien trop petite pour apporter une réelle visibilité sur la route en respectant les distances de sécurité.

Lorsqu’on n’y prête pas d’attention particulière, on ne le voit absolument pas se déclencher. Le feu stop de la moto se suffit largement à lui même pour concentrer toute notre attention. Et quand bien même on le cherche du regard à l’approche des carrefours, il faut vraiment se positionner près et plisser des yeux pour l’apercevoir suffisamment.

Sans parler de son fonctionnement aléatoire, plus ou moins sensible (le mouvement de votre tête influe sur son déclenchement), des bugs constatés… absence de fonctionnement même sur certains freinages appuyés.

La solution serait de proposer un accessoire Midland optionnel à monter à l’arrière du casque et d’une plus grande surface effective pour au moins le rendre visible en respectant les distances de sécurité (je pense au Cosmo Connected). Mais en l’état, ce feu stop d’urgence intégré n’a pas lieu d’être tel qu’il est, et cela aurait permis de réduire l’encombrement du module électronique sur le casque. Il faut être honnête.

Étanchéité et autonomie

L’étanchéité est un point primordial pour la longévité des intercoms, et nous les avons emmenés sous toutes les conditions climatiques, que ce soit la pluie, la neige, ou même l’eau boueuse 😀

La seule trappe amovible en caoutchouc de l’appareil pour le port micro-USB est très bien conçue. Elle est même un peu délicate à refermer, il faut y aller finement à l’ongle pour faire ça bien, signe que l’étanchéité sera sans faille. Et cela n’a pas fait défaut durant notre période de test, RAS.

 

Son autonomie est excellente puisque les 20 heures sont largement atteintes et même dépassées avec une utilisation radio / musique en majorité, et appels téléphone / intercom ponctuellement. Tout dépend donc de vos usages, mais en général, l’autonomie minimale n’est atteinte qu’en utilisant principalement les fonctions d’intercom et d’appel téléphone / BTTalk.
A noter qu’une fois les 50% d’autonomie perdus, j’ai remarqué que le restant de la batterie se vide à une vitesse exponentielle. Cela peut surprendre.

Concernant la recharge, Midland annonce 2 heures pour une charge totale de 0% à 100%. Ce que j’ai vérifié et validé à quelques minutes près effectivement.

Complément de test, l’avis de Matthieu :

Globalement, je suis du même avis que Stéphane concernant ce Midland BT Next Pro. Je connaissais surtout cette marque pour ses systèmes de communication type talkie-walkie et pourtant, niveau intercom, ils ont des arguments pour plaire !

La première chose que j’ai apprécié est la qualité de fabrication et de finition de l’intercom. Cela respire la solidité et ça c’est important vu ce que subit le matériel avec moi 😀 Le système de fixation est également excellent et je n’ai jamais eu de soucis d’intercom qui se détache.

La seconde chose qui m’a pour le coup le surpris, c’est la qualité de son. Je l’ai trouvée meilleure que ce que j’ai pu connaître sur les Cardo et Sena. On entend bien, le son n’est pas criard, il est puissant même lorsque l’on roule sur autoroute. C’est un vrai plaisir d’écouter de la musique avec. Le seul reproche que j’aurai à faire sur ces haut-parleurs est à propos de l’épaisseur de ces derniers car je les sens un peu dans mon casque après 3/4h de roulage consécutif.

Enfin, troisième chose qui me plait tout particulièrement, c’est l’autonomie qui est conséquente. J’ai pu récemment faire 10h de route d’affilée pour me rendre du Nord jusqu’en Ardèche et j’avais encore de la batterie une fois arrivé. J’arrive clairement à atteindre les 20 heures d’autonomie avec ce dernier dans le cadre d’un usage d’écoute de musique sur mes trajets quotidiens.

Après, tout n’est pas parfait que l’on soit clair. J’ai 2 regrets principaux à son propos : la puissance sonore en conversation et la qualité moyenne de l’éco-système logiciel qui gravite autour de ce Midland BT Next Pro.

Côté puissance sonore, j’ai vraiment l’impression que le son est bridé dans le cadre d’un usage en conversation. On dirait qu’il n’a pas la même puissance qu’en écoute musicale. De ce fait, à partir de 90 km/h, je n’entends plus très bien les personnes avec qui je discute en mode intercom. C’est mieux lorsque je réponds à un appel mais il faudrait tout de même augmenter le volume maximum autorisé. Je suis sûr que cela peut être poussé via une mise à jour du logiciel interne !

Dans la même veine, j’ai apprécié le fait que les 2 canaux bluetooth se superposaient. Je peux ainsi entendre la musique de mon smartphone et les instructions GPS de mon TomTom Rider 550. J’aurai juste aimé que l’intercom fasse une gestion plus poussée des niveaux de son afin que le volume de la musique baisse lorsque le GPS s’active pour mieux entendre les instructions. Ce n’est pas le cas pour le moment mais cela pourra être amélioré par le biais d’une mise à jour à mon humble avis.

En parlant de logiciel, vous avez dû le constater au travers des sites internet, de vos objets connectés, etc… l’ergonomie et la qualité d’un logiciel est désormais aussi importante et essentielle que la qualité de l’objet en tant que tel. Nous sommes, en tant qu’utilisateurs, de moins en moins enclins à vouloir réaliser des manipulations complexes avec des séries de boutons dignes du Konami code pour réaliser un paramétrage. C’est souvent plus un hobby d’ingénieur qu’une passion pour motard lambda. Et là justement, il y a un désalignement avec les standards du marché. L’application ordinateur BT Pro Updater manque de modernité, de clarté et d’ergonomie pour être plaisante à utiliser. Côté application smartphone, ce n’est guère mieux avec la BT Set App. De ce fait, Midland a un gros travail à effectuer car la concurrence n’attend pas sur ce plan. Idéalement, ils devraient mettre tous leurs moyens dans les applications pour iOS et Android et délaisser le logiciel PC, car c’est tellement plus pratique un Smartphone 🙂 Heureusement, ces éléments ne sont manipulés que très rarement pour modifier quelques réglages de temps à autres et rien n’est irréversible.

J’ai donc hâte que Midland améliore son éco-système logiciel car le matériel est très sympa à utiliser !

Si je devais l’acheter, est-ce que j’aurai pris ce modèle BT Next Pro ? Tout dépend de l’usage que prévoyez. Par exemple, pour mon cas, je fais peu voir pas du tout de communication motard à motard (souvent à 2 mais pas plus). J’écoute surtout de la musique, mes instructions GPS, et je réponds à des appels. Par conséquent, le modèle BTX2 Pro Hi-Fi aurait pu largement me suffire de par sa distance de communication entre 2 motards, sa qualité de son aussi bonne et son autonomie excellente. Par contre, si vous êtes à la recherche d’un modèle doté de tous ces avantages mais avec une capacité de discussion en groupe augmentée, alors ce BT Next Pro sera tout indiqué.

 

Vous souhaitez nous soutenir ?

Si ce produit vous intéresse, sachez que vous pouvez nous aider à financer le site, en cliquant sur le lien ci-dessous pour l’acheter. Nous récupérerons ainsi une petite commission sur votre achat sans que cela ne vous coûte quoi que ce soit ✌️

Acheter un intercom Midland BT PRO sur Amazon

 

Le test du Midland BT Next Pro en vidéo

Test de l'intercom Midland BT Next Pro Hi-Fi et du BTT Button
Le bilan de cet intercom Midland BT Next Pro est très contrasté. C'est un appareil haut de gamme d'un point de vue tarif mais qui du fait, a plutôt tendance à ne pas nous emballer tant le niveau de détails techniques n'est pas là où on l'attend pour un produit comme celui-ci.

La traduction française du logiciel PC et de l'application Smartphone est perfectible, la BT Set App n'est disponible que sur Android et est incomplète en fonctionnalités, l'intercom ne fonctionne qu'en anglais à ce jour, et le feu stop d'urgence ne nous a pas convaincu.
Rappelons que c'est un produit mis sur le marché fin 2016 - début 2017.

A côté de cela, l'ergonomie, l'autonomie et surtout la qualité audio ont permis de relever le niveau des prestations, mais est-ce-que cela contrebalance suffisamment la note globale en regard des 299,99€ / 499,99€ demandés et de la concurrence ?
Si la fonctionnalité du BTT Button associé à l'application Smartphone BTTalk nous avait totalement convaincu, alors ça aurait été un grand OUI. Malheureusement, sans revenir dessus dans les détails, il se trouve que sur la route, ce système de communication manque de spontanéité et est bien trop dépendant de la couverture réseau de votre environnement.

Si votre usage principal est d'écouter la musique, alors les intercoms Midland sont pleinement recommandables dès le BTX1. Pour communiquer jusqu'à 4 motards avec une bonne distance, le BTX2 peut s'avérer intéressant également. Leurs tarifs les rendent plus compétitifs au regard de leurs prestations techniques, ce qui est moins le cas du BT Next Pro qui est celui que nous avons évalué ici.
On a aimé
  • Qualité audio des écouteurs
  • Grande autonomie promise et réelle
  • Bon niveau de finition et ergonomie correcte
On n'a pas aimé
  • Pas de pairage "mesh" possible, le BTTalk ne compense pas
  • Application BT Set App incomplète et uniquement sur Android
  • Feu stop d'urgence inefficace en l'état et peu fiable
2.6Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.