Depuis plus de 50 ans maintenant, la marque américaine produit des casques pour la pratique de la moto, étant même à l’origine du premier casque intégral. Avec ce modèle Bell MX-9 Adventure, un casque à vocation dual sport, le fabricant propose une variante plus polyvalente de son casque MX-9 destiné à l’usage tout-terrain pur.

Cela fait maintenant 3 mois que j’ai l’occasion de porter le Bell MX-9 Adventure à mes sorties route et tout-terrain. Le moment est venu de voir dans ce test s’il répond à tous les besoins d’un trailliste qui aime également exploiter sa monture sur tous types de surfaces.

Présentation du Bell MX-9 Adventure MIPS

Nul doute que le Bell MX-9 Adventure déclenchera quelques coups de coeur chez certains d’entre vous, par son style très caractéristique et l’accent qui est mis sur la sécurité pour un prix contenu de 239,99€ en coloris uni et 249,99€ pour les 9 coloris déco. Petit plus, il est garanti 5 ans !

Au déballage, le casque se trouve emballé dans sa housse ainsi que dans une couche de mousse protectrice supplémentaire comme pour la plupart des casques à coloris mat comme ici, plus sensibles aux rayures en théorie. Une petite notice papier en français est disponible (non spécifique à ce modèle), 4 stickers réfléchissants à apposer sur le casque si vous le souhaitez, 2 pièces en plastique à utiliser lorsque vous lui retirez la casquette, et 1 bouchon en caoutchouc pour combler l’orifice du pas fileté apparent.

Disponible en 3 tailles de coque et du XS au XXXL, son poids en taille M est relevé à 1690 grammes en configuration standard avec la casquette, auxquels on soustrait les 90 grammes de cette dernière lors de la conversion en casque plus routier, à l’aide de 3 vis à main. Un poids dans la moyenne plutôt haute pour un casque en polycarbonate sans visière solaire intégrée, mais il a d’autres atouts !

 

Côté équipements justement, la visière de ce casque ne dispose pas de Pinlock mais plutôt d’un bon traitement anti-buée NutraFog II directement intégré à l’écran. Cet écran se veut d’ailleurs épais et robuste pour résister aux agressions en tout-terrain. Mais dans le but d’optimiser la qualité optique, Bell a réduit la courbe que forme l’écran et c’est pourquoi on retrouve un rebord important au bas de celui-ci, qui participe aussi à son style agressif.

La ventilation frontale, qui peut être ouverte ou fermée, ne vous aura pas échappé. Cet orifice aux dimensions généreuses est équipé d’un filtre en mousse pour les grosses particules, et accompagné de deux petites ouïes de part et d’autre du menton du casque.
Au dessus du casque, ce sont deux entrées d’air plus discrètes et non manipulables qui prennent place, pour finir par deux extracteurs à l’arrière sur la partie supérieure.

 

Le Bell MX-9 Adventure est équipé d’une jugulaire de type double-D et son intérieur très accueillant est évidemment entièrement démontable et lavable, laissant apparaît le système de protection MIPS. Ce système de couleur jaune n’équipait pas le Bell lors des premières années de commercialisation. On le retrouve d’ailleurs également sur la version enduro Bell MX-9.

 

La technologie MIPS selon Bell

Ce système de protection unique à la marque (Multi-Directional Impact Protection System) permet en théorie de réduire les forces en rotation provenant de certains types d’impacts afin de mieux protéger le cerveau du pilote. Dans la pratique, cette membrane jaune fixée à l’aide de 4 mini élastiques au calotin va faire office de couche mobile pour permettre une légère rotation du casque sur votre tête, dans le but de réduire l’énergie de l’impact sur le crâne. De cette manière, Bell espère bien limiter le risque de lésions cérébrales.

Je vous invite à consulter leur page dédiée à ce sujet, avec quelques animations pour mieux se rendre compte comment cela fonctionne : https://www.bellhelmets.com/technology/mips

 

Test du Bell MX-9 Adventure, qu’en est-il de sa polyvalence ?

Enfilage et confort

Avec un tour de tête de 56,5 cm, la taille S est souvent celle qui me convient le mieux mais dans le Bell MX-9 Adventure, ma tête n’y rentrait pas complètement. Il taille donc très juste sachez-le. De ce fait, je me suis tourné vers un taille M qui me sied parfaitement même après cette période de 3 mois d’usage.

Le confort des mousses est tout de suite perceptible, elles sont douces au contact de la peau, moelleuses juste ce qu’il faut, et avec un maintient parfait sans pression particulière au niveau du front. Je peux rouler une journée entière avec quelques pauses sans qu’il me procure de gêne particulière, et le dégagement important au niveau des oreilles participe au confort général.

 

A noter que l’on retrouve des emplacements dédiés aux oreillettes des écouteurs d’intercom, ce qui m’a permis d’y installer le modèle Dexter D1 Evo pendant quelques semaines, dont vous retrouverez l’essai sur le site : https://motard-adventure.com/test-intercom-dexter-d1-evo/

Bizarrement, alors que je comptais le déconseiller aux porteurs de lunettes puisque je trouve qu’elles passent difficilement et ne se positionnent pas bien en face des yeux, j’ai pu lire que certaines personnes n’avaient pas ce problème. Je dirais donc que c’est au cas par cas, essayez-le au préalable de préférence si vous êtes concerné.

Il est vrai que son poids de plus de 1600 grammes se fait sentir, mais pas dans toutes les conditions d’usage !

Usage sur route

Sur la route justement, il s’avère que l’aérodynamisme du casque Bell compense en partie ce poids sur la balance. Le poids ressenti est amoindri par votre vitesse au delà des 50 km/h pour faire simple.

Attention, cela n’est vrai que si vous positionnez la casquette en position basse et non en position haute. En position haute, bien qu’elle ait l’avantage de disparaître complètement du champ de vision, elle se retrouve du fait à avoir une prise au vent très importante dès les 80km/h, ce qui rend le casque particulièrement désagréable à l’usage sur route car il vous tire méchamment sur la nuque. J’insiste d’autant plus que le casque est livré d’origine avec la casquette en position haute, ce qui peut vite laisser une première mauvaise impression.

 

Or, il suffit de dévisser la vis supérieure du casque (complètement, ce n’est pas un système coulissant) pour la décaler dans le pas de vis d’à côté et ainsi changer radicalement son comportement. Le flux d’air qui frappe le casque est alors beaucoup plus supportable et permet de diminuer le poids ressenti sur votre tête. Mais si vous avez une longue route à faire sans passage en tout-terrain, le fait de retirer la casquette le fait alors passer pour un pur casque routier, très agréable et avec une prise au vent quasi nulle même sur les mouvements de tête, surtout avec une petite bulle de protection sur la moto.

Du côté des nuisances sonores, on s’étonne de n’avoir que peu de remous pour un casque de ce prix. L’essentiel du bruit perçu provient du vent qui frappe le casque, mais même si de l’air passe par dessous la mentonnière puisqu’il ne dispose pas de bavette, je ne constate pas de remous notables. On a donc un casque qui ne s’avère pas excessivement bruyant, surtout sans sa casquette où il se fait alors assez discret à l’usage sur route.

 

Très silencieux et robuste à la manipulation, le système de la visière dispose de 3 crans d’ouverture. Le premier à 4 cm environ, puis 8 cm, et totalement ouverte. Un premier cran plus fin aurait été apprécié dans l’idéal pour lorsqu’on évolue à faible allure. Cette visière n’est retenue que par les vis à main de la casquette du casque ou par les petites pièces en plastique fournies (d’une esthétique un peu douteuse soit dit en passant, par rapport au style de ce casque). Elle se retire donc très simplement pour pouvoir la nettoyer plus finement dans les recoins.

Le Bell MX-9 Adventure offre un champ de vision vraiment panoramique, je le classe parmi les meilleurs casques que j’ai pu essayer à ce jour sur ce point. L’angle de vue horizontal et vertical est vraiment optimal, et plus encore lorsque l’on relève ou retire la casquette. Le nez du casque ne remonte pas trop haut et la visière claire disparaît pratiquement de votre vue en position ouverte, c’est presque un sans faute.

Son traitement anti-buée plutôt qu’une lentille Pinlock permet d’obtenir une efficacité sur la totalité de la surface visible, ce qui est un confort non négligeable à l’usage. Et comme c’était le cas pour le casque Suomy MX Tourer précédemment testé sur le site, j’ai même trouvé ce traitement anti-buée plus efficace qu’un double écran Pinlock. Je n’ai absolument jamais constaté de buée, même furtive, en parlant ou en respirant fort dans le casque, visière et ventilation frontale fermées.

J’apprécie d’ailleurs le rebord présent au bas de la visière qui permet de l’ouvrir avec une grande facilité sans avoir à chercher une petite zone pour faire levier. Je cherchais les premiers jours à l’ouvrir par le centre à l’endroit prévu, mais mon doigt tombait presque systématiquement sur la ventilation frontale au lieu de la visière. Je préfère donc la manipuler grâce à ce rebord à gauche et à droite.

 

Pour ce qui est des ventilations, la frontale vous amène un flux d’air assez généreux en usage sur route. Cela ne frappe pas le visage, il est assez diffus à cause du filtre en mousse intégré mais bien présent et efficace. Le clapet d’ouverture pourrait gagner un peu en ergonomie afin de faciliter sa manipulation. C’est un système robuste et avec des clics francs cela dit.

Je reste par contre mitigé sur les ventilations supérieures du casque. D’une part car elles restent ouvertes en permanence, ce qui risque d’être un peu moins agréable en période hivernale, et d’autre part puisque le flux d’air ressenti est difficilement perceptible que ce soit avec ou sans casquette. Malgré tout, j’ai toujours trouvé que la régulation se faisait plutôt bien dans ce Bell MX-9 Adventure, signe que l’air circule et s’évacue correctement.

Un point qui pénalisera un peu sa polyvalence, c’est qu’il n’est pas équipé d’écran solaire rabattable. Lors des journées ensoleillées, on peut vite se retrouver éblouis à plusieurs reprises. Il conviendra donc soit de l’équiper d’une visière foncée ou iridium, à condition de ne pas avoir à rentrer de nuit, soit d’utiliser un masque de cross avec un écran teinté lui aussi pour faire simple. On peut alors retirer le masque et le ranger dans la veste pour un retour de nuit, je trouve cela plus pratique.

Mais aussi en tout-terrain !

Et justement, en parlant de masque de cross, le champ de vision de ce casque est tellement généreux que l’on a la place pour pouvoir l’utiliser probablement avec n’importe quel masque de cross. Mon modèle ProV Vision Base Iridium passe vraiment très facilement, il y a de la marge.

 

L’autre bon point, c’est qu’en plaçant les sangles par dessous la zone de rotation de la visière claire, on peut sans problème la fermer par dessus le masque de cross, sans résistance et avec une bonne herméticité au vent. Cela s’avère très pratique en utilisation mixte route et chemins pour se protéger un peu plus du vent à haute vitesse, surtout en période fraîche.

Ne l’ayant globalement testé qu’en période estivale, j’ai vite pu apprécier ses capacités de régulation de la température et les performances de séchage rapide des mousses. Le casque ne m’a pas donné la mauvaise sensation d’être une éponge à eau, les mousses aérées Moisture Wicking sont de bonne qualité, elle restent agréables et sans odeur sur la durée.

Bien que cela reste toujours une appréciation personnelle, j’aurais par contre apprécié une jugulaire rapide de type micrométrique ou à clip magnétique par exemple, plutôt qu’une double-D. C’est particulièrement vrai en tout-terrain avec des arrêts plus fréquents, pour attendre ou filmer ses collègues dans des franchissements, etc. A défaut, j’utilise la technique de l’ouverture maximale de la boucle pour pouvoir ôter le casque sans avoir à défaire et refaire la boucle systématiquement.

 

En parlant de la jugulaire, j’ai par contre constaté une usure assez rapide de la tirette rouge, depuis le premier mois d’utilisation. Trop fine pour la trouver facilement avec des gants et trop fragile en termes de conception. A savoir que si cela vous arrive, c’est quelque chose qui sera pris sous la garantie de 5 ans je le rappelle.

Pour ce qui est de la qualité de la peinture noir mat, le casque s’est pris des coups de branche (ou de porte, quand je m’approche trop près pour ouvrir mon garage 😀 ) dont certains bien violents, et je n’ai pas constaté de griffes notables sur la peinture. Quelques marques superficielles tout au plus, rien de plus normal avec l’usage que j’en ai.

En revanche, il est vrai que son poids peut se faire ressentir sur une grosse journée tout-terrain et plus. C’est un casque bien équilibré et agréable sur la route avec de la vitesse, mais un peu moins en tout-terrain technique avec la tête qui remue beaucoup.

 

Vous souhaitez nous soutenir ?

Si ce produit vous intéresse, sachez que vous pouvez nous aider à financer le site, en cliquant sur le lien ci-dessous pour l’acheter. Nous récupérerons ainsi une petite commission sur votre achat sans que cela ne vous coûte quoi que ce soit ✌️

Acheter le casque Bell MX-9 Adventure sur Motoblouz Acheter le casque Bell MX-9 Adventure sur La Bécanerie

 

Le test du Bell MX-9 Adventure en vidéo

Test du casque Bell MX-9 Adventure MIPS : sécurité et confort à l'honneur
Proposé sous la barre des 250€ prix public, ce casque Bell MX-9 Adventure qui intègre maintenant la technologie de protection MIPS, se trouve être une belle option pour un usage polyvalent.

Si l'absence d'écran solaire intégré ne pose pas de problème pour votre usage ou en fonction de la configuration prévue, du type visière fumée, masque iridium, etc, il s'avère être particulièrement intéressant et avec un style singulier.

Son niveau de confort permet de le porter des heures sans mal (si l'on exclue le poids un peu élevé), le champ de vision est excellent, et l'insonorisation est tout à fait correcte pour un casque de type dual sport de cette gamme de prix.
On a aimé
  • Confort très appréciable sur toute une journée
  • Sécurité renforcée avec le système MIPS
  • Champ de vision optimal et très adapté aux masques de cross
On n'a pas aimé
  • Absence d'écran solaire intégré
  • Taille et poids relativement importants
  • Tirette rouge de la boucle double-D qui s'effiloche
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.