En tant que motard Trailliste, vous pratiquez peut-être vous aussi le tout-terrain avec votre machine. Plus que jamais, cette pratique requiert un équipement de protection adapté non seulement pour votre intégrité physique, mais aussi pour votre confort de roulage et la respirabilité.

Acerbis m’a donc permis de mettre à l’épreuve leur gilet de protection X-Air dans sa version intégrale (disponible également sans manches). Voici ce que j’en pense après une période d’essai ponctuée d’environ 3 mois en tout-terrain, mais aussi sur la route.

Présentation du gilet Acerbis X-Air Body Armour

La société italienne étant spécialiste dans le domaine des protections du motard en tout-terrain, c’est donc une marque de choix pour ce genre d’équipement. Le gilet de protection Acerbis X-Air Body Armour, disponible au prix public de 149,95€, présente sur le papier des qualités évidentes.

 

L’assemblage et les finitions ne souffrent d’aucun reproche, tout est propre et présente bien. Les touches de rouge sur les bras reprennent le logo de la marque pour apporter un peu de visibilité à celui qui aimerait rouler sans veste, et donnent la petite touche de peps sur un gilet très sobre pour le reste.

Du côté des protections, on a droit à un ensemble complet de coques souples et amovibles signées POI Designs :

 

Les coques aux coudes et aux épaules sont particulièrement fines, légères et très ergonomiques, toutes homologuées CE EN1621-1 : 2012 de niveau 1. Les coques épaules ont en plus des prédécoupages pour favoriser de surcroît leur flexibilité à l’usage. Leur finesse peut surprendre au début je vous l’accorde, mais c’est un choix assumé et cohérent.

La protection dorsale est quant à elle dans un format standard, c’est à dire compatible avec ce que l’on peut insérer classiquement dans une veste moto. Ses dimensions sont de 44cm de haut par 29cm au plus large pour ce gilet en taille S/M. Ici aussi, c’est la légèreté et l’ergonomie qui ont été privilégiés puisqu’elle est homologuée CE EN1621-2 : 2014 de niveau 1.

Enfin, la protection pectorale reprend les mêmes spécificités que la dorsale et termes de matériau et d’épaisseur, et est homologuée CE EN1621-3 : 2017 de niveau 1. En taille M, cette dernière mesure 21cm de haut par 27cm au plus large.

De prime abord, on peut donc se réjouir de la qualité du matériau choisi qui fait bonne impression, et que toutes les protections soient certifiées CE au moins de niveau 1, ce qui n’est pas toujours le cas pour la protection pectorale dans cette gamme de prix. Pas d’homologation FFM cela dit si vous vous posiez la question.

L’essai du gilet intégral Acerbis X-Air

On commence par l’enfilage

Pour information, ce gilet est un taille S/M pour mon 1m74 et 85kg grosso modo. Il faut bien veiller à choisir une taille parfaitement juste afin que le tissu élastique puisse jouer son rôle de maintien des protections en vous collant bien à la peau. Prenez une taille au dessus et vous pouvez être certain que ces dernières auront tendance à bouger facilement et donc potentiellement à être moins efficaces lors d’une chute. Ce n’était pas le cas ici, la taille est idéale pour ma morphologie.

Chrono en main, l’enfilage ne prend que 30 secondes, il n’y a donc pas de quoi s’en priver. Le gilet n’étant pas ajouré au niveau des manches, on prend très vite le coup. Lorsqu’on a la peau bien sèche, on l’enfile assez bien sans trop avoir à forcer sur le tissu élastique. D’autant plus que celui-ci s’avère être particulièrement résistant au niveau des avant-bras, et c’est pas faute d’avoir été plus que bourrin parfois en le manipulant ! 😅

 

La fermeture frontale/latérale permet d’avoir une protection pectorale d’une pièce. On s’y fait très vite et sa robustesse est validée également, elle n’a jamais posé souci.

Le seul petit bémol que j’ai à noter, c’est que les protections des épaules ont tendance à un peu trop se positionner sur l’avant plutôt qu’à être directement dans le prolongement du bras. Prenez soin de peaufiner un peu leur positionnement après l’enfilage pour atténuer cela. Peut-être est-ce aussi une question de morphologie, ce sera plus sensible si vous avez les épaules larges.

Usage en tout-terrain : comme une seconde peau !

Quoi de plus pénible que d’être gêné par son équipement lors d’une sortie tout-terrain ? En faisant le choix de partir sur un gilet de protection dédié d’une part, vous éliminez toute masse en mouvement puisque les coques de protection vous collent au corps. Il ne reste plus que votre veste sur le dos, beaucoup plus légère une fois débarrassée des protections incluses. Et d’autre part, avec des protections souples et ergonomiques comme ici plutôt que des protections en plastique rigide, vous diminuez encore la sensation de gêne.

 

Ces gilets coûtent en moyenne un peu plus cher que les gilets à protections rigides mais l’intérêt est réel. D’autant plus que sur ce modèle X-Air, vous n’avez pas de ceinture ventrale qui vient ajouter un source de friction et potentiellement de chaleur. En effet, le tissu extensible étant suffisamment élastique mais ferme et de qualité, il suffit à lui-même pour maintenir tout cela en place. C’est un point particulièrement intéressant que j’ai beaucoup apprécié à l’usage comparé à mes autres gilets précédemment testés.

On se retrouve donc avec un produit qui se fait très rapidement oublier, comme une seconde peau ! Il suffit de quelques minutes de roulage pour finir par ne plus sentir que votre veste sur le dos, toute légère. Lorsqu’on repasse sur une veste avec des protections intégrées après s’être habitué à ce genre de gilet, c’est le jour et la nuit, je vous le garanti.

 

Le choix des protections souples homologuées de niveau 1 « seulement » participe à cette sensation de légèreté. Même si je l’avoue, une dorsale homologuée de niveau 2 n’aurait pas été de refus. La colonne vertébrale étant une des parties les plus sensibles du corps humain ! A défaut, pourquoi pas également une protection pectorale plus couvrante encore pour s’étaler sur toute la cage thoracique comme cela se fait parfois.

Ceci étant dit, le prix de vente est assez compétitif par rapport à la concurrence sur le marché des gilets de protection ergonomiques, sans compter les réductions de prix fréquentes tout au long de l’année sur les produits Acerbis. La marque italienne propose quelque chose de cohérent avec ce modèle Acerbis X-Air.

A savoir que ce genre de gilet doit se porter avec une veste moto sur le dos puisqu’il protège des chocs évidemment, mais c’est au tissu de la veste à vous protéger contre l’abrasion en cas de glissade. C’est effectivement moins indispensable lors d’une utilisation purement tout-terrain avec des vitesses réduites, mais si vous avez quelques portions de route entre les chemins ou ne serait-ce que le trajet aller/retour à effectuer par la route, le gilet ne sera pas en mesure de vous protéger efficacement à lui seul.

 

Et sans surprise, si vous êtes équipé d’une veste bien ventilée (comme cette RST Adventure III), le gilet Acerbis X-Air ne viendra pratiquement pas en atténuer le flux d’air puisque le tissu est en maille aérée de partout, et que les protections dorsale et pectorale POI Designs sont suffisamment ajourées. C’est un sans faute sur ce point.
D’ailleurs, aux pauses de midi lors des sorties tout-terrain à la journée, j’ai toujours gardé mon gilet Acerbis X-Air étant donné qu’il se fait totalement oublier.

Ce gilet Acerbis n’offre pas le plus haut niveau de protection, on est bien d’accord. Il vaudra donc mieux le réserver aux amateurs de tout-terrain en mode balade – découverte, avec comme avantage d’être particulièrement léger et transparent à l’usage.

Usage sur route : et pourquoi pas ?

Parce-que j’aime le confort que cela apporte et pour en accélérer l’usure lors de la période de test, j’ai très souvent porté ce gilet lors des sorties route également. Mis à part 2 ou 3 fils qui dépassent par endroit comme souvent, je n’ai relevé aucun souci d’usure notable sur ce gilet.

On est d’accord que ce n’est pas ce qu’il y a de plus approprié pour se rendre au travail ou aller voir de la famille, mais si vous n’avez pas à vous déshabiller sur votre parcours, ce n’est pas plus contraignant que cela. Et vous profitez au passage d’une protection pectorale qu’il n’est souvent pas possible d’inclure dans une veste moto car rares sont les modèles à pouvoir en être équipé.

J’ai même été pris d’un coup de folie en pleine période de canicule pour aller rouler quelques kilomètres sans veste, ce qui m’a permis de mieux supporter la chaleur et de confirmer plus facilement ses capacités de ventilation au passage 😀
Aussi bien assis que debout, c’est un bol d’air frais qui vous traverse ! L’absence de ceinture de maintien est aussi un vrai bénéfice que l’on retrouve sur assez peu de gilets de protection.

 

Vous souhaitez nous soutenir ?

Si ce produit vous intéresse, sachez que vous pouvez nous aider à financer le site, en cliquant sur le lien ci-dessous pour l’acheter. Nous récupérerons ainsi une petite commission sur votre achat sans que cela ne vous coûte quoi que ce soit ✌️

Acheter le gilet Acerbis X-Air sur Motoblouz Acheter le gilet Acerbis X-Air sur La Bécanerie

 

 

Le test du gilet Acerbis X-Air en vidéo

Test du gilet de protection Acerbis X-Air Body Armour : comme une seconde peau
En conclusion, si vous cherchez un gilet de protection qui se fasse oublié à l'usage, qui soit donc très ergonomique et ventilé mais sans avoir un budget illimité, ce Acerbis X-Air est une bonne option.

Le niveau de protection offert n'est pas le meilleur du marché, on ne le choisira pas pour ça, mais les éléments POI Designs sont de qualité et néanmoins tous homologués de niveau 1.

Pour un tarif public de 149,95€, le gilet Acerbis est de belle facture, vieillit très bien dans le temps, et se place relativement bien sur ce segment. Je le recommande à ceux qui n'en auront pas un usage extrême de type enduro. Il sera plutôt adapté à de la balade un peu technique tout au plus et sans vitesses excessives.
On a aimé
  • Belle qualité de fabrication, produit durable
  • Toutes les protections homologuées EN 1621
  • Très respirant et ergonomique, comme une seconde peau
On n'a pas aimé
  • Une dorsale de niveau 2 aurait été souhaitable
  • Protections d'épaules orientées un peu trop vers l'avant
4.5Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.