Que vous débutiez en tout-terrain ou que vous soyez déjà un pratiquant régulier, votre priorité doit être la protection. Non seulement celle de la moto (retrouvez notre guide ici) mais surtout celle du pilote. Avec un gilet de protection intégral tel que ce O’Neal Madass Moveo, vous mettrez toutes les chances de votre côté lorsque vous chuterez dans les chemins.

Après quelques mois d’essai de ce gilet de protection intégral ainsi que du maillot O’Neal Hardwear Reflexx, voici mon retour complet sur ce qu’il procure en termes de protection du pilote, de confort, et de durabilité en tout-terrain.

Présentation du gilet de protection O’Neal Madass Moveo

Lorsque l’on cherche à s’équiper avec du matériel tout-terrain sérieux, on retombe bien souvent sur des gammes de produits enduro, et notamment sur la marque américaine O’Neal. Qui peut le plus peut le moins !

 

Comptez 239,99€ prix public pour ce gilet O’Neal Madass Moveo disponible dans 5 tailles du S au 2XL. On est ici sur un gilet de protection dit ergonomique, donc avec des protections souples sans aucune coque en plastique à l’extérieur. Distinguez bien ces deux gammes de produits tout-terrain l’une de l’autre, car le prix est effectivement différent mais le ressenti à l’usage l’est tout autant.

Le gilet est intégralement constitué d’une maille fine extensible et très respirante, avec la particularité d’être agrémenté de nombreux inserts plus ou moins épais en bio-mousse. On en retrouve aux hanches, aux bras, et par dessus presque toutes les coques de protection amovibles dont il est équipé.

Du côté des coques de protection justement, elles sont signées du fabriquant IPX. Les coques de protection d’épaules (IPX-HP 001.1-L2) sont certifiées CE EN1621-1 : 2012 de niveau 2, celles aux coudes (IPX-L 013.1) de niveau 1, et la dorsale (IPX Backprotector) est certifiée CE EN1621-2 : 2012 de niveau 2. Cette dernière est particulièrement généreuse puisqu’elle mesure pas moins de 47 cm de haut et 30 cm de large en taille M (sur mon gilet en taille L).

 

La protection pectorale est malheureusement aux abonnés absents puisque c’est une option à 14,99€. Ce sera la O’Neal IPX Chest protector certifiée CE de niveau 1 sous la référence IPX-HP 003.1, fabriquée dans le même matériau souple que les protections épaules et coudes. D’origine, vous avez simplement un insert en mousse très souple d’un peu plus de 1 cm d’épaisseur.

A l’exception des rembourrages, toutes les protections du gilet sont amovibles.

Notez d’ailleurs que les avant-bras du gilet sont détachables par un zip pour ceux qui voudraient rouler encore plus léger, de même que la grande dorsale de protection. Je n’en vois pas vraiment l’intérêt pour cette dernière mais il doit sûrement y avoir une bonne raison.

 

Là où le O’Neal Madass Moveo soigne également son pilote c’est sur les nombreuses possibilités d’ajustement. Vous en avez en velcro en haut des épaules pour ajuster la hauteur de la protection pectorale et en dessous pour venir la tendre afin qu’elle flotte le moins possible ; de chaque côté sur la grosse ceinture de maintien en Spandex et à l’arrière pour l’ajuster en hauteur ; un peu plus bas pour garder les renforts de hanches bien en place ; et enfin avec des sangles élastiques aux avant-bras. Tout y est pour s’adapter le mieux possible à la morphologie du pilote.

 

A savoir qu’il est pré-équipé pour s’associer à une protection cervicale telle que la O’Neal Tron grâce à ses 5 points d’accroche. Les petites sangles velcro viendront fixer cette protection au gilet afin qu’elle puisse parfaitement jouer son rôle en restant bien en place lors d’un choc.

Pour ceux qui souhaitent ponctuellement se passer d’une veste moto, la marque propose également toute une gamme de maillots aux coloris très sympas, de 30 à 50 euros en moyenne.

 

L’essai du O’Neal Madass Moveo en tout-terrain

Usage et enfilage du gilet

Bien qu’une utilisation sur route soit parfaitement possible comme je le fais souvent, il n’en reste pas moins que ce produit est avant-tout dédié et optimisé pour un usage loisir ou pro en tout-terrain. Je vais donc me concentrer sur cet aspect pour rester cohérent avec l’utilisation qui en sera faite.

L’enfilage prend quelques minutes la première fois, puisque vous devrez prendre la peine d’ajuster les multiples réglages possibles sur ce gilet. C’est important afin qu’il vous « colle à la peau » et que chaque protection prenne place de manière précise pour être efficace. C’est une question de bon sens mais il vaut mieux le préciser pour ne pas que certains aient l’impression d’avoir un produit qui n’est pas adapté ou qui soit inconfortable alors que ce n’est qu’une question de réglages.

 

Le zip de fermeture à l’avant du gilet (de marque SAB) est très fin et n’a jamais posé de problème à la manipulation. A chaque enfilage, seules les 2 sangles à chaque avant-bras devront systématiquement êtres resserrées pour bien faire, car il sera plus facile d’enlever le gilet en les desserrant un peu (surtout après avoir transpiré). Vient ensuite la fermeture de la ceinture élastique ventrale puis le velcro des protections de hanches à remettre systématiquement, et enfin la tension des élastiques inférieurs de la protection pectorale.

On en est donc globalement à 9 manipulations à faire à chaque enfilage, et c’est pourquoi nombre d’entre-vous préféreront s’en passer pour un usage sur route j’imagine. Mais pour une efficacité maximum en tout-terrain, c’est au contraire un point rassurant car il viendra toujours vous seoir du mieux possible à chaque utilisation au fil des années. Il n’y a pas trop de craintes à avoir si vous prenez ou perdez un peu de poids.

Ensuite, libre à chacun en fonction des conditions de roulage, mais vous aurez le choix de porter le O’Neal Madass Moveo sous une veste Trail à condition de retirer toutes les coques de protection intégrées de cette dernière, ou bien seul avec un maillot enduro.

 

En association avec une veste, c’est clairement l’usage recommandé si vous avez de la route à faire. Car le gilet ne protégera principalement que des chocs alors que la veste viendra quant à elle vous protéger contre l’abrasion en cas de chute sur plusieurs mètres sur le bitume. A contrario, si vous arrivez au départ de la balade sur une remorque ou que vous avez une solution pour stocker votre veste textile, alors envisagez pourquoi pas l’utilisation du gilet seul avec un maillot enduro.

Confort d’utilisation et protections

Le O’Neal Madass Moveo est bel est bien un gilet ergonomique, c’est à dire avec des protections souples pour mieux prendre forme sur les points de contact de votre corps. Cela dit, les protections IPX sont à la fois denses et épaisses pour apporter la meilleure protection possible en premier lieu, ce qui apporte malgré tout une certaine rigidité à l’usage.

On a donc tendance à ressentir assez nettement les différentes coques de protection mais pour autant, elles n’apportent pas plus de gêne que cela en dynamique sur la moto si le gilet est bien ajusté. Pour faire face aux risques spécifiques du tout-terrain comme les branches, les pierres, ou des éléments de la moto lors d’une chute, des coques trop souples et malléables pourraient ne pas suffire, c’est compréhensible.

 

La protection dorsale est très couvrante, c’est un très bon point sur ce gilet. Il y en a malheureusement beaucoup trop sur le marché qui ont des dorsales de taille conventionnelle comme ce qu’acceptent la grande majorité des poches intégrées aux vestes moto. Ici, la dorsale couvre réellement l’entièreté de mon dos de haut en bas ! Et il en est de même pour la protection pectorale qui, même si elle est en option pour sa version homologuée CE, est très généreuse (30 x 22 cm). Les protections épaules sont elles aussi un peu plus larges que la moyenne (21 x 15 cm), seules celles aux coudes sont conventionnelles.

Là où je suis un peu plus critique c’est sur la respirabilité. C’est je pense le revers de la médaille d’une protection améliorée grâce aux rembourrages en mousse notamment, qui ont tendance à un peu trop restreindre le flux d’air malheureusement. Sous une veste moto qui n’est pas très adaptée au tout-terrain, vous risquez une élévation assez nette de votre température corporelle. Plus que jamais, je vous recommande donc de vous équiper d’une veste réellement polyvalente de type 3 en 1 munie de canaux de ventilation généreux.

 

En tout-terrain, dès les 10-15 degrés suivant votre sensibilité, vous n’aurez aucun mal à porter le gilet O’Neal Madass Moveo seul sous un simple maillot enduro. N’étant pas quelqu’un de frileux, j’ai trouvé cela agréable même à plus grande vitesse sur route par 15-18 degrés. Dans les chemins, cela dépendra du niveau de technicité de la balade et du poids de la moto à maîtriser pour conserver une bonne chaleur corporelle.

Attention simplement aux branches, ronces et compagnies si vous le portez sans veste textile par dessus, car ça risque de piquer un peu sur les bras qui seront pratiquement à nu ! Si vous n’êtes pas trop du genre à débroussailler dans les chemins, tout ira bien 😀

 

A ce propos, le maillot Enduro est aussi beaucoup plus sensible que le textile épais d’une veste Enduro ou Trail. Comme je l’ai constaté, il risque donc vite de présenter de multiples accrocs après des passages dans les chemins où la végétation a repris ses droits. L’avantage est qu’il est 100% respirant puisque c’est un textile polyester très fin légèrement extensible. Ce modèle O’Neal Hardwear Reflexx ne présente par ailleurs aucune spécificité technique particulière ni aucun renfort moussé comme ça peut être le cas parfois. Je peux simplement dire qu’il est très bien fini et que la coupe est parfaite en taille L dans mon cas (comme le gilet de protection), là où je porte des vestes en taille M.

Du côté du gilet, les seules choses à signaler sont tout à fait mineures puisqu’il s’agit simplement de quelques peluchages sur le textile à mailles fines, là où les velcros sont venus s’agripper parfois lors du stockage à la maison. Cela arrive avec tous les gilets de ce type sans exception. Rien à signaler pour le reste, il vieillit très bien et aucune couture n’a été détériorée.

 

Vous souhaitez nous soutenir ?

Si ce produit vous intéresse, sachez que vous pouvez nous aider à financer le site, en cliquant sur le lien ci-dessous pour l’acheter. Nous récupérerons ainsi une petite commission sur votre achat sans que cela ne vous coûte quoi que ce soit ✌️

Acheter le O’Neal Madass Moveo sur Motoblouz Acheter le O’Neal Madass Moveo sur La Bécanerie

 

Le test du gilet O’Neal Madass Moveo en vidéo

Test du O'Neal Madass Moveo : un gilet de protection pour les puristes
Pour une utilisation purement tout-terrain, je n'ai clairement aucun reproche à faire à ce produit en dehors du fait que la protection pectorale CE soit en option. A 14,99€ c'est une économie un peu étonnante vu le positionnement tarifaire de ce gilet de protection. Les 2 empiècements en mousse intégrés d'origine étant quand même plus que légers pour s'en contenter, je vous recommande donc cette option.

A côté de cela, le O'Neal Madass Moveo est équipé de protections très généreuses en surface, de niveau 2 pour les épaules et la dorsale, et est globalement assez agréable à porter pour un gilet aussi technique de ce type grâce à ses nombreuses possibilités d'ajustement.
De plus, les utilisateurs de protection cervicale se réjouiront des 5 sangles de fixation disponibles d'origine.
On a aimé
  • Nombreuses possibilités d'ajustement
  • Protections dorsale, pectorale et épaules très couvrantes
  • Bien optimisé pour les protections cervicales
On n'a pas aimé
  • Protection pectorale CE en option
  • Respirabilité perfectible
4.4Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.